Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Alors que le monde célèbre la Journée Bob Marley, le reggae change et ses fans aussi

Une peinture murale de l'icône du reggae Bob Marley; photo par Vanessa, CC BY-NC-ND 2.0

[Article d'origine publié le 8 février 2018] L'icône du reggae Bob (Robert Nesta) Marley est né le 6 février 1945. Son anniversaire est maintenant célébré dans le monde entier sous le nom de Journée Bob Marley. Cette année, il aurait eu 73 ans. La ville natale de Marley, Kingston, en Jamaïque, est maintenant reconnue par l'UNESCO comme ville créative de musique [fr].

Sur l'île reconnue berceau de la musique reggae, les mélomanes du monde entier se rendent en pèlerinage au musée Bob Marley dans le quartier chic de Kingston, site de l'ancienne demeure de Marley. Les visiteurs se rendent également au centre-ville pour visiter les Tuff Gong Studios, fondé par Marley en 1965, et le “Culture Yard” à Trench Town, où Marley a grandi, a appris à jouer de la guitare et a formé son groupe, les Wailers.

Bob Marley reste une icône et un héritage durable en Jamaïque, mais au fur et à mesure que les goûts musicaux et les tendances changent, certains Jamaïcains se demandent si l'esprit du roots reggae traditionnel n'est pas entrain de disparaître.

Le mois du reggae a été proclamé par le gouvernement jamaïcain en 2008. Il est actuellement en cours en Jamaïque.

En passant devant l'ancienne maison de Marley, un fan a tweeté une photo des festivités célébrant la Journée Bob Marley :

Devant le musée Bob Marley Grand bal

Le musée lui-même a partagé un flux en direct :

Ça se passe maintenant! Suivez notre flux en direct
💥
Nous célébrons la Earthstrong de Bob Marley: # SoulRebel73 ici au Bob Marley museum

Le célèbre groupe de reggae britannique UB40 a publié ses félicitations :

Joyeux anniversaire

Beaucoup d'amour

UB40

Des institutions publiques et privées jamaïcaines ont publié des tweets créatifs, des citations de Marley et bien sûr de la musique :

“Ouvrez les yeux, regardez à l'intérieur. Êtes-vous satisfait de la vie que vous vivez?” -Bob Marley

AK Dixon, un Jamaïcain vivant à Toronto, Canada, où la Journée Bob Marley est célébrée chaque année, a exhorté la Jamaïque à faire plus :

Aujourd'hui aurait dû être une fête nationale ….

Le rappeur américain Common a ajouté ses souhaits d'anniversaire sur Twitter, reconnaissant ce qu'il a appris de Marley :

Joyeux anniversaire Bob Marley ! Merci de m'avoir montré comment utiliser mon art pour aider les autres.

De Los Angeles, en Californie, l'utilisateur de Twitter Isaac Bryan nous a rappelé le militantisme de Marley :

En ce jour anniversaire de la naissance de Bob Marley, rappelons-nous …

“Lève-toi, lève-toi, lève-toi pour tes droits. Lève-toi, lève-toi, n'abandonne pas le combat.”

Pour marquer cette journée, Damian “Junior Gong” Marley a tweeté une charmante photo d'enfance de lui-même avec son père :

Longue vie The Gong !!!

Les jeunes Jamaïcains ont-ils oubliés les vibrations du reggae ?

Alors que la Journée Bob Marley a suscité des messages de célébration des médias sociaux de la diaspora jamaïcaine ainsi que des individus et des organisations non-jamaïcaines, les jeunes Jamaïcains étaient relativement discrets en ligne.

Winston Barnes, un Jamaïcain basé en Floride qui anime un talk-show sur une radio de la diaspora, a déploré le fait que l'intérêt pour la musique reggae semble décliner, attribuant cela à l'influence aux styles de musique occidentale tels que le hip hop :

I am now convinced that Marley's work was in vain. At least for Jamaicans. We know so little about what he did, as evidenced by our disrespect for his work and by extension our culture. Jamaica has many more radio stations than ever and cumulatively, they play less Jamaican music than before. This at a time when Jamaicans create and produce virtually every genre of music! What would we say to Bob if he was among us physically? I listened to a motivational feature on Jamaican radio last evening and virtually all the inserts originated from outside of Jamaica! In 2018?
Foreigners respect and regard Marley's music, at least publicly more than we ever have even in 2018! I am now convinced that maybe it is too late to fix this problem we face as a country and as a culture…and then we turn around and talk rubbish about the Grammies and Reggae!

Je suis maintenant convaincu que le travail de Marley a été vain. Au moins pour les Jamaïcains. Nous savons si peu de choses sur ce qu'il a fait, comme en témoigne notre manque de respect pour son travail et, par extension, pour notre culture. La Jamaïque a beaucoup plus de stations de radio que jamais et cumulativement, elles jouent moins de musique jamaïcaine qu'auparavant. Ceci à une époque où les Jamaïcains créent et produisent pratiquement tous les genres de musique ! Que dirions-nous à Bob s'il était parmi nous physiquement ? J'ai écouté une radio jamaïcaine hier soir et pratiquement toute la musique provenait de l'extérieur de la Jamaïque ! En 2018 ?

Les étrangers respectent et ont de la considération pour la musique de Marley, au moins publiquement plus que nous ne l'avons jamais fait même en 2018 ! Je suis maintenant convaincu qu'il est peut-être trop tard pour régler ce problème auquel nous sommes confrontés en tant que pays et en tant que culture … et puis nous nous mettons à raconter du n'importe quoi sur les Grammies et le Reggae !

Barnes se réfère aux plaintes des Jamaïcains selon lesquelles les Grammy Awards ne donnent pas suffisamment de crédit à la musique reggae, puisque le prix n'est pas télévisé.

Un point de vue que partage Stephen Cooper :

[Et l'an dernier quand l'album “Everlasting” de Raging Fyah a été nominé, mêmes réactions quand Ziggy a gagné. Il est peut-être temps pour la Caraïbe d'avoir sa propre cérémonie de type “Grammy”.]
C'est très malheureux. Malgré le fait que de nombreux artistes reggae insistent sur le fait qu'ils ne se soucient pas vraiment des Grammys – en partie parce qu'ils savent que c'est une arnaque – les Grammys sont l'un des rares endroits où le reggae est reconnu sur la scène internationale. Et, il stimule clairement les ventes de disques.

De nombreux Jamaïcains ont estimé que Chronixx, un jeune artiste reggae prometteur aurait dû remporter le Grammy au lieu de Damian “Jr. Gong” Marley. De tous les membres de la famille Marley, seuls quelques-uns vivent en Jamaïque, tandis que d'autres visitent occasionnellement. Cependant, d'autres utilisateurs de médias sociaux ont applaudi l'album “Stony Hill” de Jr. Gong comme celui d'un candidat de qualité :

Au fond, nous voulions tous que la jeunesse de la Vega l'obtienne … mais les enfants Grammy l'ont donné à la terreur de Stonyhill … bien joué

Le “facteur Marley” et l'avenir du reggae

Le Dr Sonijah Stanley Niaah, de l'Institut des études caribéennes et de l'Unité d'études sur le reggae de l'Université des Antilles, a expliqué le “facteur Marley” :

Jamaica is this cool place on the world map that is hardly visible, but everyone knows of the little rock because of its musical legacy. When it comes to the Grammys, Jamaica is always present. In the 2018 staging it was Shaggy's on-stage performance that ensured Jamaica's presence at the live Grammy show, and when he uttered “I'm a Jamaican in New York”…the crowd response peaked.

However, it wasn't Shaggy's performance which caused all the backstage rumbling that kept Jamaicans awash with emotion. It was Jr Gong [Damian Marley], and, more specifically, the ‘Marley factor.’

…This abundance of presence at the Grammys on the part of the Marleys has concerned Jamaicans in particular, and thus each year upon the release of the nominees for the ‘Best Reggae Album’ category, there is the inevitable combination of glee, grief, concern, and trepidation.

…Chronixx was leading in the court of public opinion ahead of all the other nominees and in particular, the only one close to him was Morgan Heritage, who were nominated for their Avrakedabra album, in the poll conducted by the Recording Academy. Unfortunately, the award is not granted on the basis of public opinion, sales figures, or even musical appeal…

La Jamaïque est cet endroit cool sur la carte du monde qui est à peine visible, mais tout le monde connaît le petit rocher à cause de son héritage musical. Quand il s'agit des Grammys, la Jamaïque est toujours présente. Dans l'édition 2018, c'est la performance de Shaggy qui a assuré la présence de la Jamaïque au spectacle Grammy en direct, et quand il a prononcé “Je suis Jamaïcain à New York” …l'enthousiasme de la foule a atteint son apogée.

Cependant, ce n'était pas la performance de Shaggy qui a causé tous les bruits de coulisses qui ont rempli les Jamaïcains d'émotion. C'était Jr Gong [Damian Marley] et, plus précisément, le “facteur Marley”.

… Cette présence bien visible aux Grammys de la part des Marley a été particulièrement appréciée des Jamaïcains. Comme chaque année, lors de la publication de la liste des nominés pour la catégorie “Meilleur Album Reggae”, il y a la combinaison inévitable de joie, de chagrin, d'inquiétude et d'appréhension.

… Chronixx était en tête dans l'opinion publique devant tous les autres nominés et en particulier, le seul proche de lui était Morgan Heritage, qui ont été nominés pour leur album Avrakedabra, dans le sondage mené par la Recording Academy. Malheureusement, le prix n'est pas accordé sur la base de l'opinion publique, des chiffres de vente ou même de l'attrait musical …

À ce jour, Ziggy Marley a remporté un total de sept Grammys. Stephen et Damian Marley ainsi que Bunny Wailer (une connaissance de Marley), en ont remporté chacun trois.

Malgré cela – ou peut-être à cause de cela – un blogueur basé à Kingston croyait que l'esprit rastafari et l'énergie de la musique reggae pouvaient perdre leur attrait :

It was through music that slaves communicated, the drums warned other slaves and motivated them toward rebellion and change. Reggae music with its origin in Jamaica was one of the most effective tools in advocating for peace and unity, challenging political movements and creating change

Bob Marley’s messages of love and unity was perhaps not as successful in the 1970s because our violence was imported and managed by and for external interests. As Babylon prepares for its fall, its hold on Jamaica is compromised, and this is the right time for the Rastafari messages of love and unity. Consciousness and liberation are still some of the messages we associate and expect from Rasta, unfortunately, it would appear that Rasta has lost its value locally and as an agent of change in our society.

Bob Marley, Reggae music and Rastafarianism represents a few of the most renowned parts of Jamaican culture, it seems however that the Marley legacy is busy chasing Grammys as opposed to using music to create change…as was the real impassioned legacy of Robert Nesta Marley, Reggae and Rastafari. We are left with Capitalist Rastafari, token international Grammy awards, and an ailing culture directed by dancehall music, reversely influenced by Hip-hop and the American lifestyle!

C'est à travers la musique que les esclaves communiquaient, les tambours avertissaient les autres esclaves et les motivaient pour la rébellion et le changement. La musique reggae originaire de Jamaïque a été l'un des outils les plus efficaces pour défendre la paix et l'unité, mettre au défi les mouvements politiques et créer le changement

Les messages d'amour et d'unité de Bob Marley n'étaient peut-être pas aussi couronnés de succès dans les années 1970 parce que notre violence était importée et gérée par et pour des intérêts extérieurs. Alors que Babylone se prépare à sa chute, son emprise sur la Jamaïque est compromise, et c'est le bon moment pour les messages Rastafari d'amour et d'unité. La conscience et la libération sont encore quelques-uns des messages que nous associons et attendons de Rasta. Malheureusement, il semblerait que Rasta a perdu sa valeur localement et comme un agent de changement dans notre société.

Bob Marley, la musique reggae et le rastafarisme représentent quelques-unes des parties les plus renommées de la culture jamaïcaine, mais il semble que l'héritage de Marley s'occupe à courir après les Grammys plutôt que d'utiliser la musique pour créer le changement… ce qui était le véritable héritage passionné de  Robert Nesta Marley, du Reggae et des Rastafari. Il nous reste le Rastafari capitaliste, les Grammy Awards internationaux symboliques, et une culture malade dirigée par la dancehall music, inversement influencée par le hip-hop et le style de vie américain !

L'avocat du secteur du divertissement, Lloyd Stanbury, a convenu :

Le reggae exige beaucoup plus que de savoir qui gagne le “Meilleur Album Reggae” au GRAMMYS

Alors que les Jamaïcains plus jeunes reconnaissent l'héritage de Marley, la musique reggae et ses fans changent au fur et à mesure que le monde change.

Chronixx, dont les paroles traitent du changement climatique, de la montée de la criminalité et de la dépendance à Internet, est surnommé le “nouveau golden boy” du reggae. Sa chanson à succès “Do It for the Love, not for the Likes” (Fais-le pour l'amour, pas pour les likes) est devenue un slogan et un hashtag populaires jamaïcains, #DoItFortheLove.

En réponse à tous ces changements, si Bob Marley était vivant aujourd'hui, il aurait bien pu nous rappeler un vers de sa chanson “Natural Mystic : “Il y a une mystique naturelle qui souffle dans l'air … si vous écoutez attentivement maintenant, vous l'entendrez.” En d'autres termes, le temps, l'espace – et tout ce qui s'y trouve – évoluent naturellement. Peut-être qu'à la fin, tout se résume à la musique, peu importe comment elle évolue.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site