Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

De la vente informelle à l'intelligence de marché : la Feira Preta brésilienne, la plus grande foire afro-descendante d'Amérique latine

Affiche promotionnelle pour la foire Feira Preta 2017.

Chaque année depuis 16 ans, la ville de São Paulo au Brésil accueille Feira Preta («Black Expo»), la plus grande foire afro-descendante en Amérique latine. Un événement d'une grande importance pour la communauté noire au Brésil, un pays avec une population majoritairement noire.

Des manifestations musicales, des expositions de beaux-arts, du cinéma, de la danse, de la littérature, de la mode, de la gastronomie, etc., se déroulent au cours de cette foire de deux semaines. Des milliers de visiteurs : entrepreneurs de l'industrie de la chaussure et du vêtement, stylistes, designers, communicants et bien d'autres, viennent découvrir, acheter et promouvoir les produits de plus de 100 exposants participant à l'événement. La Feira Preta n'est pas seulement un espace pour faire des affaires, mais aussi un lieu de rencontre de diverses initiatives qui interagissent et se complètent pour faciliter leur croissance individuelle.

L'année dernière, Adriana Barbosa, présidente et directrice générale de la foire, a été reconnue comme l'une des 200 personnes les plus influentes d'ascendance africaine dans le monde par la liste mondiale du Most Influential People of African Descent (MIPAD). Ce prix fait partie des initiatives de l'ONU dans le cadre du programme de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine .C'était la première fois qu'une femme noire d'Amérique latine était choisie par ce prix, une récompense déjà décernée à des personnalités importantes de la diaspora africaine, comme l'athlète jamaïcain Usain Bolt et des penseurs de l'Afrique contemporaine comme l'écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. Dans une interview avec Afroféminas, Barbosa soulignait que :

Este premio internacional me trajo una visibilidad nunca adquirida a lo largo de mis 16 años de trabajo. Fue a partir de este reconocimiento que ocupe la portada de la mayor revista de emprendimiento y negocios del país y recientemente recibí el premio de destaque en el tema de negocio de impacto social promovido por Facebook Brasil y por la Revista Pequeñas Empresas & Grandes Negocios.

Ce prix international m'a apporté une visibilité que je n'avais jamais atteinte au cours de mes 16 années de travail. C'est à cause de cette reconnaissance annoncée sur la couverture du plus grand magazine d'entrepreneuriat et d'affaires du pays et du prix que j'ai reçu récemment sur le thème de l'entreprise d'impact social promu par Facebook Brésil et le magazine Small Companies & Large Businesses.

La foire a commencé, cependant, dans un endroit beaucoup moins glamour. Dans une interview pour le site brésilien UOL, Barbosa a déclaré que l'idée est née d'un besoin plutôt que d'un rêve. En 2002, Adriana Barbosa avait été licenciée de l'entreprise où elle travaillait, elle devait donc commencer à vendre des vêtements dans les foires de rue. Quand elle est allée à Vila Madalena, un quartier bohème de la classe moyenne supérieure à São Paulo, elle a vu le grand potentiel d'un marché :

Tinha um enorme público de jovens negros, o DJ era negro, as hostess eram negras, mas os donos eram brancos. E eu pensava: como a gente consegue fazer circular dinheiro sendo produtores de um conteúdo cultural, mas no fim da noite a gente não está com esse dinheiro.

Le marché avait une audience énorme de jeunes noirs : le DJ était noir et les hôtesses étaient noires, mais les propriétaires étaient blancs. Et je me demandais pourquoi nous, les Noirs, réussissons à faire circuler de l'argent en tant que producteurs de contenu culturel, mais nous n'avons pas d'argent.

Elle a donc décidé d'organiser un événement et, en novembre 2002, elle a réuni une quarantaine d'exposants – en plus de spectacles musicaux et d'événements culturels – sur la place Benedito Calixto, célèbre à São Paulo pour ses foires en plein air. Ce fut un succès total : l'événement a attiré environ cinq mille personnes, un nombre élevé pour une première édition.

Seize ans plus tard, Feira Preta est passée de la petite place de São Paulo à Anhembi Morumbi, l'un des plus grands centres de congrès de la ville, avec plus de 700 exposants, dont 70 % de femmes. Depuis son ouverture, près de 140.000 personnes ont participé à la foire et, en 2017, elle a été organisée pour la première fois de manière décentralisée. La foire comprenait également des festivals de musique, de littérature et de cinéma, ainsi que des ateliers de formation professionnelle. La Feira Preta a multiplié les événements à São Paulo et est devenue encore plus significative en novembre, qui est le mois de la Sensibilisation aux Noirs au Brésil.

Une présence plus forte des entrepreneurs noirs dans l'industrie et la technologie est nécessaire

D'autres idées ont émergé au sein de la Feira , comme les Black Codes, un cabinet de conseil en communication et en intelligence de marché qui met l'accent sur les questions raciales. Des idées comme celle-ci sont dues à la croissance de la foire, qui est le résultat de multiples efforts pour obtenir du soutien, du financement et des sponsors. Selon Barbosa, le soutien à beaucoup de ces initiatives a été limité principalement par l'ignorance et du racisme, ce qui s'ajoute à la crainte que la foire soit un événement purement “ethnique”:

Sempre foi difícil fazer os potenciais patrocinadores entenderem que a Feira é um negócio, já que mais da metade da nossa população é negra, com uma enorme capacidade de consumo, capaz de criar muitas oportunidades de negócios.

Il a toujours été difficile pour les sponsors potentiels de comprendre que la foire est du commerce, car plus de la moitié de notre population est noire [c'est une population importante], avec une énorme capacité de consommation et capable de créer de nombreuses opportunités d'affaires.

Les données du Service brésilien de soutien aux petites et moyennes entreprises (SEBRAE) confirment la théorie de Barbosa. Selon l'agence, il y a eu une augmentation de 27 % des micro-entrepreneurs, dont 50 % d'Afro-descendants. Le revenu et le niveau d'éducation sont des facteurs clés de ce changement. Entre 2002 et 2012, la durée moyenne de scolarisation des noirs a augmenté de 38 %, passant de 4,7 à 6,5 ans. Parmi la population blanche, la hausse était de 21 %. Le revenu mensuel des Noirs a augmenté de 45 %, passant de 786,00 reales (environ 241 dollars) à 1 138,00 reales en moyenne (environ 349 dollars). Les Blancs ont continué à gagner 33 % de plus (de 1.843,00 à 2.460,00 reales, (soit environ 565 à 755 dollars américains).

Adriana Barbosa a déclaré dans plusieurs interviews que son intention était d'établir une petite foire et elle a fini par créer un écosystème qui a ouvert un marché entier reliant divers secteurs et entrepreneurs. Au cours des 16 dernières années, cela a développé une demande et un marché croissant pour divers produits et services que le commerce brésilien n'offre pas.

En ce qui concerne l'importance de Feira Preta, dans une interview avec Afroféminas, Barbosa déclare que:

En los festivales con formato de mercado, como es el caso de “Feira Preta”, es el espacio en el que se dan trueques de bienes materiales y simbólicos, donde preservamos nuestras raíces y transferimos conocimiento para las futuras generaciones. La Feira Preta ha ejercido, a lo largo de los 16 años que lleva en funcionamiento, un fortalecimiento y puesta en valor de la identidad negra brasileña. La población negra en Brasil representa más del 54% y, si llegamos a ese porcentaje, no se debe sólo a que hayan nacido muchas personas negras sino, sobre todo, a que la población negra brasileña ha comenzado a reconocerse como tal a partir de las acciones afirmativas, en las cuotas de las universidades, en los grupos culturales y por los artistas que, a través del arte y de la calidad estética traen un posicionamiento político en cuanto a su reconocimiento y afirmación como negros.

Les festivals au format de marché, comme Feira Preta , sont des espaces où s'échangent des biens matériels et symboliques, où nous préservons nos racines et transférons des connaissances pour les générations futures. Au cours des 16 années qui se sont écoulées depuis sa création, Feira Preta a réussi à renforcer et à mettre en valeur l'identité noire brésilienne. La population noire du Brésil représente plus de 54 % de la population totale. Ce pourcentage est dû non seulement à un nombre élevé de Noirs, mais surtout parce que la population noire brésilienne a commencé à se reconnaître comme telle par des actions positives, des quotas dans les universités, des groupes culturels et des artistes qui, par leur art et qualité esthétique, s'expriment en termes politiques de reconnaissance et d'affirmation en tant que peuple noir.

Des initiatives comme la Feira Preta et la façon dont elle revigore et rend visible les efforts des Noirs au Brésil prennent encore plus d'importance dans le contexte de l‘assassinat de la conseillère municipale et activiste Marielle Franco [fr]. Alors que Franco est pleurée par ceux qui défendent les droits des Noirs dans le monde, les espaces qui renforcent les projets et les mouvements des communautés afro-descendantes deviennent de plus en plus importants.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site