Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Coupe du Monde FIFA 2018 : les supporters internationaux pris entre identité russe avant-gardiste et mises en garde de leurs gouvernements

Le topo qui va avec le logo explique que le petit rectangle rouge (brique de gauche) représente la Crimée, la presqu'île dont l'annexion est la source de nombreux problèmes pour la Russie ces dernières années. // russia-brand.com

[Article d'origine publié le 23 janvier]

Pour la Coupe du monde de la FIFA, qui commence en juin 2018, l'Agence fédérale du tourisme de la Fédération de Russie a reçu pour mission de doter le pays d'une nouvelle image. Les matches de foot auront lieu dans 11 villes réparties sur tout le territoire russe.

En prémices des jeux, le Rostourism a dévoilé la nouvelle identité visuelle touristique du pays, accompagnée du slogan«la Russie, tout un monde», choisi pour évoquer la richesse des cultures et des peuples qui se côtoient dans le pays.

Le logo vainqueur, désigné au terme d'un concours de deux années et distingué parmi plus de 500 projets, se base sur le riche mouvement avant-gardiste du suprématisme, un courant élaboré au début du XXe siècle par des peintres tels que El Lissitzky, Kasimir Malevitch et Ivan Klioune.

Le logo principal évoque la carte de la Fédération russe, depuis la Crimée annexée jusqu'à l'Extrême-Orient russe, en passant par l'Oural. Il veut traduire la diversité ethnique, linguistique et culturelle de la Russie contemporaine, où sont officiellement recensés plus de 170 groupes ethniques et 110 langues. Les autres variantes du projet consistent en collages juxtaposant sur ce même logo œuvres de peintres russes et images de paysages, sport, gastronomie, artisanat.

Collage de différents genres traditionnels de fresques sur le logo suprématiste de la campagne.// russia-brand.com

La proclamation du vainqueur représentait un moment crucial pour l'industrie touristique russe. Le gouvernement comme les leaders de l'industrie du tourisme espèrent que le nombre de touristes étrangers en Russie va continuer à croître, renforcé par l'intérêt pour le foot.

D'après les chiffres du Rostourism, de 2016 à 2017, le nombre de touristes étrangers a augmenté de 14%. La FIFA a récemment fait savoir que pour les différents matchs du Championnat, la demande dépassait les 3 millions de billets. Dans le cas où la demande dépasserait l'offre, un système de loterie a été prévu pour déterminer ceux qui obtiendront des billets pour tel ou tel match.

Sachant que, d'après les prévisions, 38% de ces demandes viendront de l'étranger, le gouvernement de Russie, en collaboration avec la FIFA, a mis au point un régime sans visa pour la durée des jeux. Le «passeport du supporter» qui remplace le visa donne également droit à un circuit gratuit dans les villes qui accueillent les jeux et, sachant les immenses distances [en anglais], que les fans vont devoir parcourir, il a pour but de rationaliser au maximum les déplacements des touristes pendant la durée des jeux.

Les spécialistes du tourisme escomptent un effet des jeux sur tout le secteur touristique, et ce même après la fin du championnat. Cependant, les espoirs ont été refroidis par l'expérience qu'a eue le pays avec la Coupe des confédérations 2017 de la FIFA. Comme le dit le communiqué de presse de la conférence sur le tourisme, publié sur le site du quotidien économique «Vedomosti» :

…[Кубок конфедерация] не оправдал ожидания туристического бизнес-сообщества, – гостей оказалось явно меньше, чем планировалось организаторами, жить они предпочитали в частном секторе, бронируя размещение через онлайн-сервисы в обход туроператоров, готовых предоставить им экскурсионные программы и удобную логистику.

…[La Coupe de la Confédération] n'a pas rempli les attentes du secteur touristique : les touristes ont été moins nombreux que ce que les organisateurs avaient planifié, ils ont préféré louer dans le secteur privé et réserver leurs locations en ligne, en contournant les tour-opérateurs qui étaient prêts à leur offrir des programmes d'excursion et toute la logistique nécessaire.

C'est pourquoi le nombre de visiteurs de l'étranger attendu pendant le Championnat du monde a été revu à la baisse après la fin de la Coupe des confédérations, de deux millions à un million.

Les États-Unis mettent en garde les touristes contre «le terrorisme et le harcèlement»

Et justement, alors que la première vague de vente des billets touchait à sa fin, le Département d’État américain a mis à jour ses recommandations [en anglais] destinées aux Américains voyageant en Russie, mentionnant le terrorisme et le harcèlement des citoyens américains par les forces de l'ordre comme des raisons de «reconsidérer un tel projet de voyage».

Du côté russe, cette mise à jour a été largement tournée en ridicule :

Les recommandations aux voyageurs du Département d’État américain classent la Russie en catégorie 3 sur 4:  «reconsidérez votre projet de voyage» — soi-disant «à cause du terrorisme et des persécutions». C'est complètement ridicule. Que ce soit une mesure politique ou de la bêtise, c'est d'un ridicule achevé.

*sauf pour la partie — sensée — d'éviter le Caucase du Nord ou la Crimée, qui est prudente.

Ces recommandations aux voyageurs ont bien vite été démenties par le ministère des Affaires étrangères, dont la porte-parole, Maria Zakharova, a exprimé ses doutes sur les risques qui existeraient pour les touristes américains.

Cependant, les États-Unis ne sont pas le seul pays à avoir publié ce genre de recommandations. La France en avait fait autant l'année dernière, même si, comme l'a fait remarquer un commentateur, elles étaient accompagnées d'une carte qui les rendait un peu plus compréhensibles :

Après les recommandations controversées du Département d’État aux voyageurs américains, voici les mêmes conseils du ministère français des Affaires étrangères : pas de risques, sauf dans le Caucase du Nord. Ce qui paraît plus raisonnable.

La Russie attend un nombre significatif de spectateurs du Championnat du monde en provenance des États-Unis et des pays européens, et on ne sait pas encore si ces recommandations auront une quelconque influence sur le nombre de touristes.

En tout cas, les experts russes n'oublient pas non plus le grand potentiel que représentent les fans latino-américains, parce que, à la différence des Européens — pour qui se rendre en Russie est facile et peut se faire pour quelques jours seulement — les fans qui viendront d'Amérique latine pourront rester plusieurs semaines, afin de justifier des durées de vol importantes. Indépendamment du fait de savoir quel pays enverra le plus de touristes, le slogan «La Russie, tout un monde» se vérifiera tout à fait cet été, pendant un mois.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site