Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Bangladesh, pays le plus végétarien du monde ? Pas tout à fait

Marché aux poissons à Sylhet. Photo sur Flickr par David Stanley. CC By 2.0

[Sauf mention contraire, tous les liens de ce billet renvoient vers des pages en anglais.]

Un article récent publié par le journal britannique The Telegraph a désigné le Bangladesh comme le « pays le plus végétarien au monde ». Le rapport cite une étude réalisée en 2009 par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture dévoilant que chaque Bangladais ne consomme que quatre kilos de viande par an, un contraste frappant avec les 120 kilos de viande consommés aux États-Unis.

Cependant, sur les réseaux sociaux, les commentateurs n'ont pas tardé à souligner que l'étiquette de « végétarien » était inexacte : les Bangladais consomment très peu de viande parce que le poisson est un aliment de base traditionnel et que la viande est généralement chère.

Sumit Kumar Banshal de New Delhi, en Inde, conseille aux lecteurs de se faire une opinion sur l'article entier, et non uniquement sur le titre « végétarien », qui est trompeur :

This is stating the lowest consumption of meat per capita as the vegetarian country!! First of all low meat consumption does not make one vegetarian even metaphorically!!

Secondly, Bangladesh is a fish eater country at first place so there should be less consumption of meat!!

Very ill-use of statistical inference in this article!!

Il transforme la plus basse consommation de viande par tête en un pays végétarien !! Tout d'abord, une faible consommation de viande ne rend pas quelqu’un végétarien, même métaphoriquement !!

Deuxièmement, le Bangladesh est en premier lieu un pays consommateur de poisson, donc il devrait y avoir moins de consommation de viande !!

Très mauvais usage de l'inférence statistique dans cet article !!

Le Bangladesh [fr] est l'un des pays les plus peuplés du monde avec une population estimée à 163 millions d'habitants en 2016 pour une superficie de 147.570 kilomètres carrés. Son économie est essentiellement agricole et les aliments de base des Bangladais sont le riz, le poisson et le daal (lentilles) avec un large éventail d'autres currys. Le Bangladesh est réputé pour sa pisciculture en eau douce et se situe au quatrième rang mondial en termes de production de poissons.

Étant donné qu'il s'agit d'un pays à majorité musulmane, les protéines comme le bœuf et la volaille occupent une place plus importante dans les menus qui comprennent de la viande. Cependant, beaucoup de plats végétariens sont communs dans les ménages, parce que les Bangladais moyens, surtout ceux qui vivent dans les zones rurales, n'ont souvent pas les moyens d'acheter de la viande pour tous leurs repas.

L’informaticien bangladais expatrié Bickey Russell a commenté sur Facebook un menu typique d'aliments urbains au Bangladesh :

I'm not an expert by any means, but to my knowledge, Bengali culinary heritage is mostly all about fish and vegetables. While growing up in Dhaka in the late 90's, beef/chicken were not everyday items served at home. Sure, Bangladeshi food has some amazing meat dishes (e.g. kacchi, tehari, kababs etc etc.), but these are still fairly “modern” introductions to the cuisine. Also, meat is still super expensive for the average person/family in the country.

Je ne suis pas un expert, mais à ma connaissance, le patrimoine culinaire bangladais est surtout composé de poissons et de légumes. Durant mon enfance à Dacca à la fin des années 90, le bœuf et le poulet n'étaient pas des aliments de tous les jours à la maison. Bien sûr, la nourriture bangladaise contient des plats de viande étonnants (p. ex. kacchi, tehari, kebabs, etc.), mais ce sont encore des introductions assez « modernes » dans la cuisine. En plus, la viande est toujours super chère pour l’habitant / la famille moyenne du pays.

Selon un éditorial du Dhaka Tribune par Mahmood Sadi, « le Bangladesh a besoin de 43,25 kilos de viande par habitant, seuls 9,12 kilos sont disponibles, ce qui indique un déficit de près de 79 pour cent. En raison du faible pouvoir d'achat, la consommation est descendue à environ quatre kilos. »

Le faible pouvoir d'achat indique que la viande est de plus en plus chère au Bangladesh pour diverses raisons. M. Sadi note que près de la moitié de la viande consommée au Bangladesh est de la viande rouge, provenant principalement de vaches. Le Bangladesh a besoin de plus de 3 millions de vaches pour répondre à la demande ; environ 1 million proviennent de l'intérieur du pays, et le reste est importaté légalement et illégalement de l'Inde voisine.

En 2014, le Premier ministre indien Narendra Modi [fr] et son parti Bharatiya Janata [fr] (BJP) sont arrivés au pouvoir et ont pris plusieurs mesures pour protéger les vaches, le bétail étant considéré comme sacré [fr] dans la religion hindoue. Au cours des années suivantes, l'Inde a diminué l’exportation de bovins vers le Bangladesh, ce qui a entraîné une hausse de 50 % du prix de la viande bovine, soit beaucoup plus que la moyenne mondiale. En conséquence, le bœuf est maintenant un luxe pour beaucoup de pauvres dans le pays et on observe une augmentation de la consommation d'autres formes de protéines.

Une boucherie dans un marché de Dacca, au Bangladesh. Photo sur Flickr via l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, 2010. CC: BY-NC-ND 2.0

Certains ont sévèrement critiqué l'affirmation du Telegraph, qui a fait l'objet d'une couverture dans certains organes d'information locaux du Bangladesh. Shayan S. Khan s'est défoulé sur Facebook :

It's bad enough that some travel journalist at the Telegraph goofed up badly trying to be clever with some statistics, it's way more tragic though when it gets unquestioningly republished in our media, the level of daftness is unbearable.

C'est déjà assez triste qu'un journaliste de voyage quelconque du Telegraph ait gaffé en essayant d'être intelligent avec quelques statistiques, c'est encore bien plus tragique quand c’est republié aveuglément dans nos médias, le niveau d'idiotie est insupportable.

Rashed Rahgir, qui travaille dans le domaine du développement, a remis en question le battage médiatique :

S'agit-il d'une prouesse ?
Ou bien le verre est à moitié vide.
La plus faible consommation de protéines par tête !

De nombreuses personnes ont souligné que la majorité des Bangladais n'adhèrent pas à un mode de vie végétarien ; le président de l’Association végétarienne du Bangladesh a affirmé que seule une très petite partie de la population pourrait être végétarienne. Marie, l'auteure d'un blog de voyage végétalien, a noté qu'il reste souvent des traces de viande dans les plats bangladais et qu'il est difficile de faire un repas végétarien décent.

Et Nadia Khan a commenté sur Facebook :

You can’t even find a decent vegetarian place in Bangladesh less talk about most people eating vegetables mostly!

Vous ne pouvez même pas trouver un endroit végétarien décent au Bangladesh et vous entendez encore moins parler de la plupart des gens qui mangent surtout des légumes !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site