Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Ce n'est pas le sort. C'est du machisme” : Le Pérou s'indigne du meurtre d'une femme de 22 ans

Eyvi Ágreda. Image largement partagée sur les réseaux sociaux.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en espagnol.

En peu de temps, Eyvi Liset Ágreda Marchena, 22 ans, a fait la une des médias péruviens. La première fois, le 24 avril 2018, quand il est apparu qu'un homme l'avait aspergée de carburant et y avait mis le feu alors qu'elle rentrait du travail en autobus, puis le 1er juin, lorsqu'elle est décédée des graves brûlures sur 60 % de son corps.

Ce dernier cas de féminicide a choqué le Pérou et souligne un problème grave qui continue d'affecter le pays.

L'agresseur, Carlos Javier Hualpa Vacas, était un ancien collègue d'Ágreda et l'aurait harcelée pendant des semaines. Après avoir d'abord nié son implication, Hualpa a finalement avoué l'attaque qui a mené à la mort d'Ágreda.

Dans ses déclarations, Hualpa a révélé qu'il l'avait aspergée d'essence et y avait mis le feu “parce qu'il se sentait utilisé” par Ágreda. Il a prétendu qu'Agreda devait apprendre une leçon parce qu'elle lui devait de l'argent :

Como no me pagaba, entonces sentí que me había utilizado. […] no dormía, me ponía a llorar. Ella era muy feliz, haciendo su vida normal y yo fregado, discutía con mi mamá. […] alguien tenía que ponerle un alto […].

Realmente, yo no tenía las intenciones de dañar a nadie. Yo solamente quería dañarle su cara, porque ella siempre decía que su cara era bonita.

Comme elle ne me payait pas, j'ai senti qu'elle m'avait utilisé. […] Je ne dormais pas, j'ai beaucoup pleuré. Elle était très heureuse, elle vivait sa vie normale et j'étais dans la merde, je disputais avec ma mère. […] quelqu'un devait l'arrêter […].

Je n'avais pas vraiment l'intention de faire du mal à qui que ce soit. Je voulais seulement atteindre son visage, parce qu'elle disait toujours qu'elle avait un joli visage.

Hualpa a prétendu qu'il n'avait voulu pulvériser le carburant que sur son visage, mais que le bus a commencé à bouger et que le carburant s'est donc répandu sur tout son corps. D'autres passagers ont également été touchés dans l'attaque.

Le 27 avril, Hualpa a été condamné à neuf mois de prison préventive pour tentative de féminicide aggravée, blessures graves contre sept passagers de bus et atteinte à la sécurité publique. Au cours de l'audience, Hualpa a montré des signes de remords :

Si je suis condamné à 20, 30 ans, je vais l'accepter […] Je le mérite.

Pendant ce temps, sa victime a subi plusieurs interventions chirurgicales pour enlever le tissu nécrotique et greffer des tissus de porc. Ágreda a été maintenue sous sédation pour lui épargner la douleur de ses blessures, ainsi que sous respiration artificielle. Le 17 mai, elle aurait repris conscience et parlé avec ses proches, leur demandant si elle pouvait rentrer chez elle. Au total, elle aura subi 12 opérations en un peu plus d'un mois.

“Pour Eyvi, pour nous tous”

Le 1er juin, la nouvelle du décès d'Ágreda a choqué le pays. Le groupe “Ni una menos” (Pas une de moins) a immédiatement organisé une manisfestation le même après-midi :

Une de nous est manquante.
Pour Eyvi, pour toutes
—-
“Nous nous réunissons pour Eyvi, pour nous toutes. Nous prendrons la rue pour protester contre un système sexiste qui nous déshumanise, QUI NOUS TUE. Parce que s'il manque UNE D'ENTRE NOUS, nous descendrons toutes dans les rues. VIGILE AUJOURD'HUI AU POUVOIR JUDICIAIRE- 19H.

Sur Twitter, les mots-clics #EyviAgreda, #PorEyviPorTodas [pour Eyvi, pour toutes] et le déjà largement partagé #NiUnaMenos [Pas une de moins] ont été des sujets tendance et une caisse de résonance de l'indignation générale :

Ce n'est pas ce que la vie nous réserve. C'est du machisme .
—-
Ce n'est pas “ce que la vie nous réserve”, c'est du machisme. Graffiti fait aujourd'hui à Lima en réponse au président Martin Vizcarra, qui a attribué au destin et non au sexisme la mort d'Eyvi Ágreda, 23 ans, en raison de graves brûlures causées par un type qui l'a harcelée pendant deux ans.

Ce graffiti fait référence aux commentaires sur le décès d'Ágreda par le président Martin Vizcarra, pour qui “parfois, c'est ce que la vie nous réserve“. Vizcarra, qui a été durement critiqué pour sa déclaration, a ensuite expliqué qu'il ne parlait pas de l'agression mais qu'il faisait plutôt un commentaire comme quoi le destin n'avait pas permis aux médecins de lui sauver la vie.

J'ai 22 ans. Le 24 avril, Carlos Hualpa — qui n'a pas accepté NON comme réponse — m'a arrosée d'essence et a mis le feu au bus. Avec plus de 50 % de mon corps brûlé, je me suis battue. Je le dis parce qu'Eyvi Ágreda ne peut plus le faire. Le machisme tue.

Même l'avocat de Hualpa a eu des mots très durs pour son client :

Mario Arribas a déclaré qu'il continuerait à défendre Carlos Hualpa, mais “seulement pour protéger le droit de vivre de son client”. Qu'en pensez-vous ?
—-
L'avocat de l'assassin d'Eyvi Agreda, Carlos Hualpa : “Puisse-t-il pourrir en prison !” Qu'en pensez-vous ?

Le féminicide et la violence sexiste sont de graves problèmes dans la société péruvienne. L'enquête sur le développement et la santé familiale (ENDES 2017) a conclu que six femmes péruviennes sur dix admettent avoir été victimes de violence de la part de leur partenaire ou de leur conjoint. Bien que le taux de femmes victimes de violence ait diminué de 71,5 % à 65,4 % au cours des cinq dernières années, les chiffres restent alarmants. Seulement au cours des quatre premiers mois de 2018, plus de 40 cas de féminicides ont été signalés au Pérou, ce qui représente une augmentation de 26 % par rapport à la même période en 2017.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site