Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Russie, adieu Coupe du monde et rebonjour réforme contestée des retraites et maux économiques

“Est né, a travaillé, est mort. Relever l'âge de la retraite, c'est un génocide !”: Affiche russe de manifestation, via leftfront.org

La Coupe du monde 2018, c'est fini en Russie, et probablement avec elle les mesures renforcées de sécurité. A côté des limitations aux ventes d'alcool et à la circulation, toute forme de protestation publique se heurtait promptement à des mises à l'ombre, comme on l'a vu lorsque même des manifestants solitaires se faisaient arrêter.

Avec la fin officielle des restrictions sur les rassemblements publics, c'est une potentielle vague de manifestations qui pourrait prendre la suite : le gouvernement russe, espérant éviter des démonstrations de masse, a annoncé ses projets de repousser l'âge de départ à la retraite pendant le coup d'envoi de la Coupe du monde. Une manœuvre qui n'a pas échappé à la masse des internautes :

Le football c'est juste un ballon, un jeu. Les retraites et les impôts, c'est votre vie. Pendant qu'on vous donne un petit ballon, le voleur vous dépouille… Continuez à jouer au ballon pendant ce temps.

A en juger par l'indignation et la condamnation immédiates de tout le spectre politique et de toute la population de Russie, ce programme a peu fait pour contenir la montée en puissance de l'activité contestataire : près de 100 actions ont été planifiées avant la fin de la Coupe du monde. Le pouvoir russe ne dispose plus de leviers pour garder les rues vides de manifestants.

L'union syndicale fait la force

L'espérance de vie étant basse chez les femmes russes, et davantage encore chez les hommes, relever l'âge de la retraite à 63 ans pour les femmes et 65 pour les hommes, aujourd'hui respectivement de 55 et 60 ans, ne pouvait que fâcher.

Le défi le plus imminent et sérieux provient de la Confédération russe du travail, une alliance de syndicats de salariés. Dans les jours qui ont suivi, en juin, l'annonce de la réforme de l'âge de départ à la retraite, elle a lancé une pétition appelant le gouvernement à renoncer à son projet. Au moment de rédiger cet article, elle comptait plus de 2.769.000 signataires.

Ne se limitant pas à l'activisme sur internet, la Confédération a aussi annoncé un programme de manifestations dans tout le pays et à Moscou une fois la Coupe du monde terminée. Le président de la Confédération en a fait l'annonce sur Facebook, en ces termes:

Москве шествие и митинг состоятся 18 июля. Выбор даты не случаен: 15 июля заканчивается чемпионат мира по футболу, а рассмотрение проекта в Думе будет не ранее 19 и не позднее 26 июля.

Il y aura un cortège et un rassemblement à Moscou le 18 juillet. La date n'a pas été choisie par hasard : la Coupe du monde prend fin le 15 juillet, et la discussion du projet à la Douma n'interviendra pas avant le 19 ni après le 26 juillet.

La Confédération a déposé des demandes d'autorisation de manifester dans pas moins de 50 régions, avec des dates diverses en fonction des décisions des organisateurs locaux.  

Nous réussirons tous unis ?

D'autres collectifs et partis politiques se mettent aussi en ordre de marche, indépendamment des projets de la Confédération. Le chef du Parti communiste de la Fédération de Russie a dévoilé son intention de provoquer un référendum sur la question du relèvement de l'âge de la retraite. Avec leur base nombreuse de retraités vieillissants et la mise à l'épreuve de leurs promesses d'améliorer les conditions sociales, les Communistes sont bousculés hors de leur somnolence et se doivent de passer à l'action. Un député régional du parti n'a pas mâché ses mots lors d'une récente session, affirmant :

Этот закон не дает право людям работать, он дает обязанность работать. До самой могилы. Нам говорят, что у нас денег нет в стране, но это же ложь! У нас огромные деньги вложены в американскую экономику. Половина денег от добычи нефти достается олигархам. Триллионы рублей нужны на выполнение пакета Яровой. У нас что, дел других нет, кроме как тратить деньги на слежку за своими гражданами? 700 миллиардов потрачено на футбол, показывать кино красивое. Если бы у нас победили Хорватию, я вас уверяю, у нас ввели бы крепостное право в этой стране.

Cette loi ne donne pas aux gens le droit de travailler, elle les force à travailler. Jusqu'à la tombe. On nous dit que le pays n'a pas d'argent, mais c'est un mensonge ! Nous avons des tonnes d'argent investies dans l'économie américaine. La moitié de l'argent du pétrole va aux oligarques. La mise en œuvre du Paquet Yarovaya [deux lois sécuritaires votées en 2016] va coûter des trillions de roubles. On n'a donc rien de mieux à faire que de flamber l'argent pour fliquer nos citoyens ? 700 milliards craqués dans le foot pour donner à voir un beau spectacle. Si nous avions battu la Croatie, je vous garantis qu'ils auraient rétabli le servage dans ce pays.

La police a débarqué dans sa maison peu après pour ouvrir une enquête pour extrémisme contre lui.

D'autres mouvements de gauche se sont joints au parti dans ses efforts de référendum et de contestation, tel le Front de gauche, une organisation militante non affiliée à un parti qui a essayé de s”assurer des autorisations tout au long de la Coupe du monde. Ils ont été particulièrement bredouilles dans un région [celle de Sverdlovsk], où les autorisations leur ont été refusées avec constance, un scénario qui s'est répété à travers le pays pour d'autres groupements.

Preuve qu'il ne s'agit pas seulement d'une thématique de gauche, Alexeï Navalny, la figure omniprésente de l'opposition russe, a aussi été perturbé par les projets de réforme des retraites. Qualifiant ce plan d’ “incontestable crime contre le peuple”, il a annoncé son propre programme de manifestations, qui se sont déroulées dans diverses villes le 1er juillet. Même le Parti libéral démocrate, de droite, et les Libertariens russes ont organisé des manifestations. Celles-ci se sont aussi étalées dans le temps. Au lieu que tous les mouvements d'opposition s'unissent pour une date commune et une démonstration de force, ils ont choisi d'agir en ordre dispersé. Sean Guillory, observateur de la Russie et animateur du podcast Sean’s Russia Blog, a déploré ces plans disparates :

Voilà donc comment l'opposition réagit à la réforme des retraites, en rivalisant de manifestations : Navalny 1er juillet ; Iabloko 3 juillet ; Front de gauche 4 juillet, et la seule organisation représentative des travailleurs, la Confédération du travail le 18 juillet. Votre idée de la solidarité.

Bots de tout le pays, unissez-vous !

Quoi qu'il en soit, le fait qu'autant de mouvements soient prêts à descendre dans les rues démontre la franche impopularité de la mesure envisagée. Face à un tel tollé, il a été initialement rapporté que le Kremlin allait “adoucir” ses réformes prévues, mais le chef à la Douma de Russie Unie, le parti au pouvoir, a récemment clos ces rumeurs en disant que le parti n'allait discuter d'aucun aménagement au dispositif proposé.

Le gouvernement russe a adopté une méthode tous azimuts pour convaincre de la nécessité de repousser l'âge de la retraite. Il s'est servi de la Coupe du monde pour “distraire” du projet de réforme, et est intervenu dans la liste de priorités des médias d’État avec des reportages vantant les merveilles de la longévité et du travail à un âge avancé.

L'animateur de télévision Dmitri Kisselev a déclaré dans son émission du soir “Nouvelles de la semaine” que les hommes ne peuvent s'en prendre qu'à eux -mêmes s'ils ne vivent pas jusqu'à la retraite. “Une mort précoce, c'est une erreur dans sa vie”, a-t-il dit.
Frères, ne commettez pas d'erreur, ne mourez pas…

A côté de leurs opérations de propagande plus traditionnelle, les autorités russes font un large usage de leurs capacités en ligne. Des utilisateurs de médias sociaux ont trouvé des publicités pour des contenus faisant la promotion de l'intérêt de relever l'âge de la retraite, accompagnés de catalogues d'images de seniors rayonnants. D'autres ont constaté une légère augmentation de comptes sur TJournal, un agrégateur de liens, qui republient un article visant à présenter des opposants connus comme des hypocrites. L'article utilisait des citations hors contexte afin de de montrer que ces derniers soutenaient précédemment la réforme des retraites et n'élèvent la voix aujourd'hui que parce que le gouvernement a décidé de la mener à bien.  

Si par la suite l'article a été réfuté, ces comptes n'en ont pas moins continué à le republier, et un peu de furetage numérique a fait apparaître que ces comptes étaient des faux-nez créés le jour de la publication de l'article, ou alors de vieux comptes dormants tout juste “réveillés” pour partager l'info. Quant aux comptes fraîchement enregistrés, tous provenaient de la même adresse IP et tous avaient payé pour un accès haut-de-gamme à TJournal depuis la même source.

Quel que soit le nombre de bots déployés ou de politiciens rejetant les inquiétudes, il ne fait pas de doute que le gouvernement russe devra batailler pour arriver à relever l'âge de la retraite. Si même les partis politiques établis tracent une ligne rouge et descendent dans la rue pendant que les syndicats russes promettent des manifestations de masse, c'est un signe de vie bienvenu dans un système politique par ailleurs moribond, où les partis d'opposition parlent plus souvent qu'ils n'agissent.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site