Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Brésil en deuil de ses plus anciens trésors réduits en cendres dans l'incendie de son musée national

Les pompiers ont tenté pendant des heures d'éteindre l'incendie du Musée National. Le manque d'eau a été un problème | Image : Arrêt sur image du Facebook live de Felipe Milanez

Les Brésiliens ont le cœur brisé depuis que le Musée National du Brésil, le plus ancien, et probablement le plus important, gardien de la plus vaste collection d'histoire naturelle et d'anthropologie d'Amérique latine, a entièrement brûlé dimanche 3 septembre, dans un incendie qui a fait rage une nuit entière.

Le musée national a été fondé à Rio de Janeiro en 1818 par le roi du Portugal Dom João VI. Il était logé dans un palais de la même époque. Le site avait été la résidence des familles royales portugaise et brésilienne jusqu'en 1889. C'est aussi là que s'est réunie la première assemblée constituante du Brésil.

En plus de 200 ans d'existence — un anniversaire qui venait d'être célébré en juin de cette année –, le musée avait assemblé une collection de quelque 20 millions d'objets. Si la liste complète des objets anéantis reste encore à publier, des trésors comme le plus vieux fossile humain trouvé dans les Amériques, des pièces d'Égypte ancienne et l'original de la lettre qui a aboli l'esclavage au Brésil en 1888 sont irrémédiablement perdus.

Des individus, parmi lesquels le personnel et les scientifiques du musée, ont risqué leur vie en pénétrant dans le brasier pour sauver quelques objets.

Si le nombre de visiteurs diminuait d'année en année — plus de Brésiliens ont visité le Louvre en 2017 que le Musée national –, les réactions en ligne se sont multipliées à l'annonce de l'incendie.

Le journaliste et professeur Felipe Milanez a diffusé un live-stream du brasier du musée :

Un utilisateur de Twitter a posté une longue série, avec des images, des pertes possibles dans l'incendie :

[Tweet au-dessus : restes du squelette de Luzia, le nom du plus ancien fossile humain ancien jamais retrouvé dans les Amériques, daté d'il y a 11.500 à 13.000 années]

L'esquif de dame Sha-Amun-in-su. Egypte, Basse époque, vers 750 avt JC

[en haut : Indiens Ricbatas. Poupée en céramique (Statuette Litxocô), non datée]

Indiens Ricbactas. couronne radiale, sans date.

[en haut :peuple Yoruba. Masque de société secrète féminine Gelede, sans date]

Et il y a toujours le bâtiment lui-même

Une vidéo publiée par la page Facebook Realidade Simulada donne une vue aérienne du musée avant l'incendie :

Le prix de la négligence

Après la tragédie, les gens se sont souvenus de la façon dont les autorités négligeaient depuis des années le musée national. Le musée est géré par l'Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) publique et de plus en plus sous-financée.

Luísa Nunes, une étudiante de cette université, s”est rappelée sur Twitter que ceci était le sixième incendie majeur dans les locaux de l'UFRJ depuis 2011.

2011, Palais de la Praia Vermelha.
2012, Faculté des Lettres
2014, Laboratoire du Centre des Sciences de la santé
2016, Rectorat
2017, Résidence étudiante
2018, Musée National

Voici les bâtiments sous la garde de l'UFRJ qui ont souffert d'épisodes d'incendie dans la dernière décennie.

L'État de Rio de Janeiro connaît lui aussi une crise budgétaire sans précédent : les coupes dans les salaires des fonctionnaires affectent également ceux des pompiers. Les deux prises d'eau voisines du musée étaient à sec, et les pompiers ont dû improviser en cherchant l'eau d'un lac proche, ce qui a retardé de 40 minutes leur intervention.

Le budget annuel du musée, d'environ 500.000 reais (103.700 euros), a subi de grands coups de rabot dans les cinq dernières années, a révélé le journal brésilien Folha de S.Paulo dans un article de mai 2018. L'utilisateur de Twitter DanPimpao a publié un graphique montrant les baisses du budget du musée depuis 2013 :

Les budgets du Musée National de 2013 à 2018. Analysez vous-mêmes et tirez vos propres conclusions.

Le musée en feu. Image par Felipe Milanez, utilisée avec son autorisation.

Lors de son 200e anniversaire, la direction du musée a lancé une campagne de financement participatif pour rouvrir une intéressante salle de collection, où se trouvait le squelette du Maxakalisaurus, le premier grand dinosaure assemblé au Brésil. 58.000 reais furent collectés sur un objectif de 30.000 reais – cependant l'idéal aurait été de lever 100.000 reais.

Le professeur Stevens Rehen a commenté sur Facebook :

Na festa dos 200 anos, nenhum ministro de estado compareceu. O orçamento despencou de R$ 531 mil em 2013, para R$ 54 mil em 2018.

Esse ano todo o investimento do governo no Museu Nacional foi o equivalente a 1/4 do que cada deputado de Brasília recebe por mês somente para contratar assessores.

A la fête du 200e anniversaire, aucun ministre de l'État n'était présent. Le budget a plongé de 531.000 reais en 2013 à 54.000 reais en 2018.

Cette année, l'investissement public total dans le Musée National équivaut au quart de ce chaque député de Brasilia reçoit pour engager ses assistants.

Un utilisateur de Twitter en a comparé la somme avec d'autres dépenses publiques :

Le budget annuel du Musée National correspond à :

- 30′ de propagande électorale

- 0.0004% du coût de rénovation du stade de Maracanã

- au coût annuel d'un juge fédéral

- au coût du changement de la moquette du Sénat il y a 3 ans.

- au prix des boucles d'oreilles en tourmaline de la collection de joaillerie de Sergio Cabral [ancien gouverneur de Rio de Janeiro, actuellement en prison pour des charges de corruption]

Le musée était sur le point de recevoir des ressources exceptionnelles de la Banque nationale pour le développement économique et social pour mettre en place un plan de sécurité incendie. Le premier versement était prévu en octobre.

Le journaliste Breiller Pires a résumé le sentiment d'impuissance des Brésiliens voyant se consumer le bâtiment :

L'incendie du Musée National est la métaphore impitoyable d'un pays qui méprise la science, le savoir; et, par-dessus tout, l'histoire.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site