Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un festival cinématographique indépendant projette les vies des Papous d’Indonésie sur grand écran

Deux participants au second festival du film indépendant de Papouasie. Source : page Facebook de Papuan Voices, reproduite avec autorisation.

Papuan Voices [Voix papoues, NdT] est une organisation de défense des intérêts par la vidéo. Elle a organisé deux festivals de films indépendants depuis 2017 pour rendre hommage aux vie et aux luttes des Papous autochtones de Papouasie, une province du sud-est de l’Indonésie.

En 2015, Global Voices avait déjà publié un article sur Papuan Voices en tant que projet d'EngageMedia. Plus tard dans la même année, Papuan Voices avait pris son indépendance de ses organisations-mères et s’était établi dans six régions papoues.

Cette province est la plus riche en ressources naturelles mais aussi la plus démunie du pays. Un afflux récent d’Indonésiens d'autres régions a déplacé de nombreux Papous autochtones. Certains Papous dénoncent une occupation illégale et réclament leur indépendance.

Carte des provinces indonésiennes de Papouasie et Papouasie occidentale. Image de Google Map.

Dans ce contexte, le premier festival du film qui s'est tenu en Papouasie a eu pour but :

to highlight the issues of the indigenous people of Papua through documentary films as well as to build public awareness of the important issues impacting them.

de mettre en lumière les problèmes des habitants autochtones de Papouasie grâce à des films documentaires, et de sensibiliser le public sur les questions importantes qui les impactent.

Presque trente films avaient été soumis, cinquante personnes avaient participé aux ateliers de production avant le festival, et dix films avaient été produits grâce à des ateliers pour la jeunesse.

Forts de ce premier succès, Papuan Voices a organisé un second festival en août 2018, qui a rassemblé plus de mille membres du public. Au total, dix-neuf films de différentes régions de Papouasie ont été soumis.

Aujourd'hui est le premier jour d'un atelier de pré-festival du film dans le comté de Keerom (après Jayapura la semaine dernière), organisé par la communauté Papuan Voices. Ces ateliers encouragent les metteurs en scène locaux à préparer et soumettre des films pour le Festival du film papou 2018. Plus d'informations à venir.

L'un des participants, Mecky Yeimo, explique que les films ont fourni de nombreuses informations sur les disputes foncières entre les propriétaires terriens papous et les investisseurs, qui acquièrent des terres pour en faire des mines ou des plantations de palmiers.

Franky Samperante, directeur de Pusaka, une organisation non-gouvernementale autochtone indonésienne, note l'importance du festival :

In Papua, there are very limited options to obtain information by ordinary people because information is controlled by certain dominant groups. The information in these films will be very useful for many people at the local, national and international levels.

En Papouasie, les gens normaux ont du mal à obtenir des informations parce que celle-ci est contrôlée par certains groupes dominants. Les informations de ces films seront très utiles pour beaucoup à un niveau local, national et international.

La plupart des films des deux festivals ont dépeint les difficultés quotidiennes des Papous.

Par exemple, celui qui a remporté le prix du Meilleur film de 2017, “Monce Truck“, est un documentaire mis en scène par Imanuel Hindom. Il montre comment un ancien chauffeur de poids lourd pour une plantation de palmiers [fr] dans le comté de Keerom, trouve une façon d'aider les vendeuses papoues (“mama-mama” en papou) à s'assurer une nouvelle source de revenus en transportant leurs légumes dans de nouveaux marchés dans la capitale Jayapura :

“The Caretaker of Isio Hill Forest” [Le gardien de la forêt d'Isio Hill, NdT] est un autre documentaire passionnant sur Alex Waisimon, qui a transformé une forêt luxuriante de Papouasie en un endroit couru des touristes férus d'ornithologie. Ce film a été mis en scène par Asrida Elisabeth, Harun Rumbarar, Bernad Koten et Yosef Levi.

Depuis 2011, Papuan Voices et EngageMedia ont formé plus de cinquante metteurs en scène et produit environ cent films qui ont été diffusés dans plus de cinquante salles en Indonésie et ailleurs.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site