Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Yémen, la guerre, le changement climatique et la mauvaise gestion, tous responsables de la crise de l'eau

Capture d'écran d'une petite fille entourée de bidons vides. Arrêt sur image d'une vidéo de Positive Yemen.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages ou des documents en anglais.

Le Yémen, pays où se déroule l'une des pires crises humanitaires dans le monde, fait face à une importante pénurie d'eau : d'après l'UNICEF, 16 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable dans le pays.

“Qu'est ce qui est pire que d'être privé du plus basique des droits de l'homme, l'eau ?” se demande Shoushou, une jeune activiste de la capitale Sanaa, lors d'un entretien avec Global Voices.

Sanaa fait partie des dix villes les plus pauvres en eau du monde et elle court le risque de voir cette ressource se tarir d'ici quelques années. Un Yéménite utilise 95% d'eau en moins qu'un Américain moyen.

Trois années de guerre ont incontestablement affecté les sources d'eau, les réservoirs et les conduites ayant été régulièrement visés. En février 2016, des avions saoudiens auraient bombardé et détruit un bassin qui approvisionnait 30.000 Yéménites en eau potable. C'était peu après le bombardement d'une importante usine de désalinisation dans la ville de Mocha, un raid apparemment mené lui aussi par la coalition sous commandement saoudien.

Néanmoins, une mauvaise gestion explique également la détérioration de la situation. Forer pour atteindre des nappes phréatiques limitées est depuis longtemps la norme pour le gouvernement yéménite et il est assez improbable de voir les autorités mettre en place des stratégies plus responsables alors que la guerre fait rage.

“Je tiens le gouvernement responsable de ne pas avoir géré et supervisé la crise de l'eau. Personne ne se préoccupe du peuple,” déclare Shoushou à Global Voices.

Alors que les nappes phréatiques se sont considérablement appauvries, le climat au Yémen semble être de plus en plus aride. En 2009, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture prévoyait que le Yémen pourrait devenir le premier pays au monde à épuiser l'intégralité de ses ressources en eaux souterraines.

L'eau est déjà très chère dans le pays, où les citoyens ordinaires dédient plus de 30 % de leurs revenus à l'approvisionnement en eau de leurs maisons. C'est le taux le plus élevé du monde.

Alors que la crise s'intensifie, les combattants utilisent l'eau comme une arme. Qu'elles soient houthistes ou soutenues par l'Arabie Saoudite, les forces en présence ont à de nombreuses reprises bloqué des livraisons d'aide humanitaire constituées d'eau et de nourriture, ne laissant d'autres choix aux Yéménites que de stocker autant d'eau que possible, la plupart du temps dans des conditions insalubres.

Au Yémen, se procurer de l'eau est également un défi. Lorsque les sources sont situées loin des villes ou villages, la responsabilité d'aller chercher de l'eau tend à peser sur les femmes et les filles. Le long trajet les rend vulnérables au harcèlement sexuel, elles risquent de se noyer dans les réservoirs à ciel ouvert ou de faire des fausses-couches à cause du poids des bidons qu'elles doivent porter.

Les jeunes filles qui ne sont pas capables de porter de lourdes charges doivent souvent faire plusieurs voyages. Cette mission peut prendre toute une journée, les empêchant ainsi d'aller à l'école.

Épidémies de choléra

Le stockage inapproprié de l'eau a causé une épidémie de choléra au Yémen, la plus vaste et la plus rapide jamais répertoriée. Plus de 1,1 million de cas suspects ont été répertoriés depuis avril 2017, et 2.300 décès liés à cette maladie.

Un Yéménite sur 62 est touché par le choléra, dont une grande partie des enfants de moins de sept ans. Les hôpitaux déclarent recevoir chaque jour entre 60 et 70 cas suspects.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) met en garde contre une possible troisième vague de choléra après deux importantes flambées ces dernières années.

Heureusement, traiter le choléra est relativement facile, une combinaison d'antibiotiques et de liquides intraveineux étant généralement suffisante pour remédier aux cas les plus graves. Le traitement doit cependant débuter rapidement après l'apparition des symptômes, car sinon l'infection peut être fatale.

Le manque d'accès aux soins pose un problème pour les traitements : en 2017, quasiment 17 millions d'habitants n'avaient pas accès aux services de santé de base et seulement 45% des établissements de santé du pays sont actuellement opérationnels.

Malgré les efforts de programmes internationaux pour les droits de l'homme, tels que l'UNICEF ou l'OMS, cette pénurie laisse de nombreux Yéménites sans traitements. Les bombardements aériens d'août 2018 n'ont pas seulement tué une douzaine de personnes, ils ont également endommagé l'hôpital Al Thawra à Al-Hodeïda.

Nous présentons nos condoléances au peuple du Yémen à la suite de l'attaque de l'hôpital Al-Thawra à Al-Hodeïda. Selon les premières estimations, 14 personnes seraient mortes et 30 autres blessées (ces chiffres devraient augmenter à mesure que la situation évolue).

En moyenne 50.000 consultations sont réalisées chaque mois à l'hôpital Al-Thawra, qui est également un centre majeur de traitement du choléra. Après l'attaque, les cas de choléra à Al-Hodeïda ont augmenté de près d'un tiers.

Projet communautaire

Le projet #سقيا_1000‬⁩ vise à fournir de l'eau gratuitement à ceux qui en ont besoin. Lancé en novembre 2017, le projet a pour objectif de remplir 1.000 réservoirs d'eau dans la capitale Sanaa et ses environs. Il a atteint son but en février 2018 : le programme bénéficie aujourd'hui à 6.194 familles, soit 39.789 personnes.

Les activistes installent également de nouvelles cuves et procèdent périodiquement au nettoyage et à la maintenance des réservoirs nouveaux et existants. Jusqu'ici, ils ont mis en place 14 nouvelles cuves, en ont rempli 74 et ont aidé à en entretenir 21 existantes. L'ensemble du projet est basé sur des dons de personnes au Yémen ou de l'étranger. C'est leur unique source de financement.

Omar Mohamad, un militant yéménite impliqué dans le projet, a ainsi expliqué à Global Voices :

The project started on social media. We got the support of people from inside and outside Yemen. Their support was the main reason we were able to succeed.  We did not receive support from any political party. Alhamdulillah, we reached our goal in February 2018. After that, the movement turned into a project that regularly ensures reservoirs are filled. In the first half of this year, the project was working perfectly and according to the plan. But recently there’s a lack of support, and the shortage is increasing day by day. Therefore we seek alternative sources from traders or donors to support the project.

Le projet a débuté sur les réseaux sociaux. Nous avons reçu le soutien de personnes au Yémen et à l'étranger. Ce soutien a été la raison principale de notre réussite. Nous n'avons reçu aucune aide d'aucun parti politique. Grâce à Dieu, nous avons atteint notre objectif en février 2018. Après cela, le mouvement s'est transformé en un projet qui s'assure régulièrement que les réservoirs sont remplis. Durant la première partie de l'année, la mission s'est déroulée parfaitement et comme prévu. Cependant, depuis peu il y a un manque de soutien et la pénurie s'intensifie de jour en jour. Nous recherchons par conséquent des ressources alternatives auprès de commerçants ou de donateurs pour soutenir ce projet.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site