Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Gabbie, un ‘chatbot’ pour aider les victimes de harcèlement sexuel aux Philippines

La page Facebook de Gabbie

Découvrez Gabbie, l'agent conversationnel ou ‘chatbot’ de Facebook Messenger qui aide les habitant.e.s des Philippines à signaler les incidents d'agressions et de harcèlement sexuels. Gabbie a été mis au point par Gabriela, un collectif de femmes aux Philippines.

Pendant l'année 2012, les femmes de 15 à 45 ans ont été plus d'une dizaine de milliers à connaître diverses formes de violences physiques et sexuelles. La police a enregistré plus de 23.000 affaires de femmes ayant subi des blessures corporelles et 1.897 cas de viol dans la même période. Tous ces chiffres sont ceux d'une étude de 2013 menée par le Service statistique des Philippines.

Avec Gabbie, Gabriela espère instruire les victimes et les encourager à dénoncer aux autorités les violences qu'elles sont subies.

Comment fonctionne Gabbie ? Quand une personne envoie un message à Gabbie, on lui demandera si elle ou il a été victime d'agression ou de harcèlement, ou souhaite simplement en savoir plus sur les violences sexuelles. Gabbie est codé avec des informations sur les lois philippines relatives aux violences contre les femmes.

Si la personne veut porter plainte contre son harceleur, Gabbie posera plusieurs questions sur l'incident, et les réponses seront compilées dans un formulaire qui pourra être téléchargé et adressé à des avocats, des services de ressources humaines ou des administrations. Une option permet aussi de transmettre la plainte à Gabriela.

L'utilisatrice de Facebook Lovely Ramos a testé l'appli et l'a trouvée pédagogique et facile à utiliser. Ci-dessous, des captures d'écran qu'elle a réalisées en envoyant un message à Gabbie.

Après qu'un.e utilsateur/utilsatrice a identifié le type de harcèlement rencontré, Gabbie donne des informations de base, y compris les lois correspondantes. Captures d'écran de la page Facebook de Lovely Ramos

Dans un entretien par courriel avec Global Voices, Joms Salvador de Gabriela décrit comment Gabbie les aide dans leur action pour apporter des services aux victimes de harcèlement sexuel :

Gabbie provided an additional platform for victims of sexual harassment to reach out to GABRIELA and for us to respond to specific situations where for example….Facebook is more accessible or convenient to them compared to phone or face-to-face counseling. Gabbie also served to complement our direct services to a growing number of victims even as we are faced with limited institutional staffing and volunteers.

Gabbie a fourni une plateforme en plus aux victimes de harcèlement sexuel pour contacter GABRIELA, et à nous pour réagir à des situations particulières où par exemple… Facebook est plus accessible ou commode pour elles comparé au conseil par téléphone ou face à face. Gabbie a aussi permis de compléter nos services directs à un nombre croissant de victimes alors que nous disposons de moyens limités en permanents et bénévoles.

Salvador ajoute que Gabbie est aussi pensé pour atteindre les étudiant.e.s et autres jeunes internautes :

Gabbie is almost a year old but she still has a lot of potential in further expanding our services to victims of sexual harassment and in educating the public about women’s rights. We are hopeful that through Gabbie, we can reach out more to young women, who are statistically the segment of the female population more vulnerable to sexual harassment, and who are more exposed to digital media.

Gabbie a presque un an d'âge, mais garde un grand potentiel d'extension de nos services aux victimes de harcèlement sexuel et d'éducation du public sur les droits des femmes. Notre espoir est de pouvoir, avec Gabbie, atteindre plus de jeunes femmes, qui statistiquement sont le segment de la population féminine le plus vulnérable au harcèlement sexuel, et le plus exposé aux médias numériques.

Depuis son lancement en novembre 2017, Gabbie est apparue dans plusieurs articles de médias, et fait l'objet de publicité dans les écoles, les mairies et les gares.

Gabriela veut aussi rendre Gabbie plus multilingue — pour le moment, il ne peut converser qu'en anglais. Gabriela prévoit aussi de promouvoir Gabbie chez les travailleurs philippins expatriés :

If we could improve on Gabbie’s program, she also has the potential further reach out to a growing number of overseas Filipino workers who may also be experiencing sexual harassment and are searching for information.

Si nous pouvons progresser sur la programmation de Gabbie, elle a aussi le potentiel d'atteindre aussi un nombre croissant d'employé.e.s phillipin.e.s expatrié.e.s qui peuvent aussi subir du harcèlement sexuel et être en quête d'information.

On estime à 12 millions le nombre de Phillipin.e.s vivant et travaillant à l'étranger.

Si cet outil facilite à l'évidence la recherche en ligne d'information sur le harcèlement et les agressions à caractère sexuel pour les Philippins, elle soulève aussi des préoccupations sur la protection de la vie privée et sur la sécurité. Gabbie a été conçu en conformité avec la loi philippine sur la confidentialité des données et fait tout le possible pour protéger la totalité des informations fournies par ses utilisateurs. Mais la protection des données des utilisateurs de Gabbie dépend toujours de l'infrastructure numérique de l'appli Messenger de Facebook, et des pratiques générales de stockage et de gestion des données de Facebook.

Facebook a été accusé à de multiples occasions de compromettre les données de ses utilisateurs. Fin septembre 2018 encore, l'entreprise révélait qu'au moins 50 millions de comptes étaient vulnérables à une faille technique permettant à des pirates d'accéder à l'intégralité des informations d'un utilisateur, y compris potentiellement des tchats privés comme ceux offerts par Gabbie. En avril 2018, les informations personnelles d'au moins 1,8 million de Philippins ont pu être compromises dans le cadre du scandale Cambridge Analytica sur les ventes de données. De fait, la Commission nationale philippine sur la vie privée a écrit une lettre à Facebook peu après, exigeant transparence et coopération dans l'examen de la mise à disposition non autorisée des données personnelles des utilisateurs philippins.

Facebook n'en reste pas moins l'application de messagerie la plus populaire aux Phillipines, ce qui fait de Gabbie une approche peut-être imparfaite, mais efficace pour diffuser la connaissance sur la façon de lutter contre les agressions et le harcèlement sexuels. Avec le premier anniversaire de Gabbie le mois prochain, Gabriela devra aussi rechercher des voies plus solides et plus sécurisées pour la protection optimale de ses utilisateurs et utilisatrices tout en maximisant sa popularité et sa portée.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site