Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un caricaturiste chinois envoie à Google, pour son retour en Chine, des casquettes ‘Rendre sa grandeur à la Muraille’

‘Rendre sa grandeur à la Muraille’ dessin du caricaturiste chinois Badiucao.

La version originelle de cet article a été écrite par Holmes Chan et publiée sur Hong Kong Free Press (HKFP) le 19 octobre 2018. La présente republication repose sur un accord de partenariat.

Le dessinateur politique chinois Badiucao a envoyé un lot de casquettes de baseball rouges avec l'inscription “Rendre sa grandeur à la muraille” au siège de Google en Chine, pour protester contre les projets hésitants de la firme d'introduire dans ce pays un moteur de recherche censuré.

Badiucao, un artiste et militant né en Chine et vivant à l'étranger, a déclaré à HKFP avoir envoyé une douzaine de casquettes rouges à des employés de Google pris au hasard. Il en a aussi placé une autre douzaine sur des sculptures autour du siège étasunien de Google, et a envoyé un autre colis de 50 casquettes à la boutique des visiteurs de Google.

Badiucao a fait savoir que les casquettes étaient une riposte au retour potentiel en Chine du géant du moteur de recherche :

“Je veux que [Google] sache que collaborer avec la censure chinoise est une erreur. C'est aussi honteux que le mur de Trump, seulement cette fois c'est un mur internet invisible — la grande muraille pare-feu.”

Google avait quitté le marché chinois en 2010, invoquant des préoccupations pour les droits humains. Mais depuis août 2018, des fuites de documents internes, des enregistrements audio,et des sources internes à la firme indiquent que Google se prépare à lancer un moteur de recherche sur mesure pour la Chine. Sous le nom de code “Dragonfly” (libellule), ce moteur de recherche identifierait et censurerait de façon automatique des sites web comme Facebook, Twitter, Wikipédia, la BBC, Global Voices et de nombreux autres actuellement bloqués en Chine, et retirerait les résultats de recherche considérés comme sensibles par les fonctionnaires du gouvernement.

Le PDG de Google Sundar Pichai a déclaré le 16 octobre qu'il était “important d'explorer” la possibilité de faire fonctionner un moteur de recherche en Chine. Jusque là, malgré de multiples fuites, aucun dirigeant de Google n'avait confirmé l'existence du projet. Pichai a indiqué que le projet était en mesure de servir plus de 99 % des requêtes de recherches tout en restant conforme aux lois chinoises sur la censure.

La casquette rouge “Rendre sa grandeur à la Muraille”

L'artiste a ainsi commenté les projets de la firme :

When Google left the Chinese market years ago, a lot people [applauded] its principle of defending free speech. But now, with the Dragonfly program and its CEO defending the program, it only left deep disappointment and fear of the consequences of this super [corporation’s] submission to a brutal regime.

Quand Google a quitté le marché chinois il y a des années de cela, beaucoup de gens [ont applaudi] son principe de défendre la liberté d'expression. Mais à présent, le programme Dragonfly, et sa défense par le PDG, ne laisse rien d'autre qu'une profonde déception et la crainte des conséquences qu'aura la soumission de cette méga [entreprise] à un régime brutal.

Badiucao a d'abord créé les casquettes comme élément d'un dessin, avec le porteur de la casquette ressemblant distinctement à Sundar Pichai. Il a par la suite fait réaliser matériellement des casquettes. Il dit qu'il a aussi tenter d'interroger des employés de Google sur le projet, mais la plupart ont refusé de s'exprimer et n'ont pas accepté les casquettes. Il dit toutefois avoir parlé à quelques employés chinois chez Google, qui semblaient approuver le moteur de recherche censuré. Il ajoute :

I hope [Pichai] will receive the message. If Google wants to help China or Chinese people, it should help us to fight and defeat the censorship system instead of becoming a part of it.

J'espère que [Pichai] recevra le message. Si Google veut être utile à la Chine ou aux Chinois, il doit nous aider à combattre et défaire le système de la censure au lieu d'en devenir une partie.

Quant au message sur sa casquette, Badiucao dit qu'il s'est décidé pour “Rendre sa grandeur à la Muraille” à cause de la double référence, au système de censure de la Chine surnommé la grande muraille pare-feu et au slogan de Trump (Make America Great again, Rendre sa grandeur à l'Amérique).

For me the Trump cap is the crown of shame… Giving something similar to Google is the best ironic thing I can do in the USA.

Pour moi la casquette de Trump est la couronne de la honte… Donner quelque chose de similaire à Google est ce que je peux faire de plus ironique aux USA.

HKFP a sollicité Google pour des commentaires.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site