Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Devant les feux de brousse et pluies torrentielles, la question des Australiens est : ‘Quel changement climatique ?”

Bushfires and flooding rains

Feux de brousse et pluies torrentielles – Arrêt sur image d'une vidéo du Service de Météorologie d'Australie

Les feux de brousses au Queensland et les pluies torrentielles à Sydney suscitent un débat en ligne en Australie sur la causalité du changement climatique dans les conditions météorologiques extrêmes.

Mercredi 28 novembre 2018, les températures-record dans le centre du Queensland ont eu pour conséquence 200 incendies, dont certains ont été classés catastrophiques. 8.000 personnes ont été évacuées de la petite ville de Gracemere, voisine de Rockhampton, le chef-lieu régional.

Plus loin au sud, le même jour, l'équivalent d'un mois de pluie, soit 100 millimètres, a submergé Sydney en à peine deux heures. Il y a eu des inondations étendues, des dégâts matériels et deux morts déclarés. Un ‘mini-ouragan’ a arraché le côté d'un immeuble.

Malgré la réputation du ‘pays brûlé par le soleil’ de “sécheresses et de pluies diluviennes”, de nombreux Australiens ont été prompts à accuser le changement climatique de ces événements sortant de l'ordinaire :

au saut du lit je viens de voir les infos, au diable la politique pendant cinq minutes, j'espère que tout va bien pour mes amis sur Twitter à Sydney, sur la côte sud et au Queensland – quel cauchemar météo absolu, ah oui il est temps de parler de changement climatique.

En voyant une moitié de la côte est en feu et l'autre moitié sous l'eau, est-ce que le moment serait venu d'écouter les scientifiques ?

Un avis qui n'était pas unanime. Certains ont argué que des événements météorologiques isolés ne donnaient pas la preuve qu'ils étaient liés. Ce tweet d'un site d'information a offert cette riposte :

Du point de vue d'un moment unique dans le temps ce serait idiot. Des calamités météorologiques pires se sont produites de nombreuses fois dans l'histoire. Simplement les gens n'avaient pas l'étiquette “changement climatique” à brandir à la ronde

Melanie Elron s'intéressait davantage au tableau à long terme :

Malgré tout la tempête de Sydney n'est rien de nouveau. Vous vous souvenez de l'anormal orage de grêle de 1999 ? Ceci n'est pas une preuve de changement climatique. C'est la recherche soutenue dans le temps qui prouve le changement climatique

L'action, ou plutôt l'inaction, du gouvernement australien, est un sujet brûlant ces temps-ci. Par coïncidence, l'ONU a publié le même jour un rapport. Selon l'ONG australienne Climate Council :

A NEW UNITED NATIONS report has found that Australia, along with countries such as Saudi Arabia and the United States, is not on track to meet its 2030 Paris climate target.

UN NOUVEAU RAPPORT DE L'ONU indique que l'Australie, avec des pays comme l'Arabie saoudite et les États-Unis, n'est pas sur la voie d'atteindre ses objectifs 2030 de Paris sur le climat.

Jonathan Meddings rejette la faute directement sur les politiques (appelés ici les ‘pollies’) :

Incendies record au Queensland. Pluie record à Sydney. Sécheresse record dans des parties de la côte est. Voilà à quoi ressemble le changement climatique. Pendant que le Queensland brûle et que Sydney se noie, la plupart des ‘pollies’ ont la tête dans le sable. Pas assez bon pour eux.

Pendant ce temps, les élèves agissent à leur manière en séchant les cours pour participer aux rassemblements de la grève des écoles pour l'action climatique dans tout le pays :

Regardez ce super reportage sur Junkee avec un portrait fabuleux de tous les élèves qui se mobilisent dans leurs communautés afin d'agir pour le climat

Leur action n'a pas manqué de stimuler le Premier Ministre Scott Morrison, qui a appelé à “moins de militantisme et plus d'étude dans les écoles”. Sur les médias sociaux, nombreux sont ceux qui se sont rangés du côté des élèves :

Merci aux élèves des écoles qui tiennent tête à Scott Morisson et à l'inaction criminelle de son gouvernement sur le changement climatique. La vision de Scomo d'élèves qui se désintéressent de la politique ou de l'avenir dépasse l'imagination.

Bien joué, cet élève ! (sur sa pancarte : “Si vous étiez intelligent, nous serions à l'école”)

Le changement climatique promet d'être un thème majeur des élections fédérales australiennes prévues en mai de l'année prochaine.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site