Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Manifestations nocturnes en Hongrie contre la réforme judiciaire et la ‘loi esclavagiste’

Manifestation devant le Parlement hongrois à Budapest le 13 décembre 2018. Photo : Atlatszo.hu / Márk Tremmel, CC BY-NC-SA 2.5.

Ce texte est basé sur l'article (en anglais) “Les Hongrois manifestent contre le gouvernement chaque nuit devant le Parlement” écrit par Anita Kőműves, avec des photos de Márk Tremmel et Áron Halász pour Atlatszo.hu, la première association de journalisme d'investigation en Hongrie. Il est reproduit ici en format adapté dans le cadre d'un partenariat avec Global Voices.

Les Hongrois manifestent devant le bâtiment du Parlement et à travers Budapest depuis que le parti de droite de Viktor Orbán a adopté un projet de loi autorisant les employeurs à exiger 400 heures supplémentaires annuellement de leurs salariés, ainsi qu'un autre facilitant le remplissage des tribunaux par des juges loyaux au parti d'Orbán. Bravant le froid, les contestataires sont dans les rues chaque soir jusqu'à minuit passé, et y affrontent les lacrymogènes des policiers.

Le parlement hongrois a adopté deux importants textes de lois mercredi. Passant outre aux critiques des partis d'opposition, l'assemblée dominée par le parti droitier au pouvoir Fidesz (Alliance civique hongroise) a réussi à voter la ’loi esclavagiste’ et une loi créant un nouveau système judiciaire.

12 décembre 2018, le jour où l'opposition hongroise a étonné PLEIN de monde (et il y a mieux)

Les tribunaux administratifs nouvellement créés seront entièrement séparés du système judiciaire actuel. Ils seront sous l'entière supervision du ministère de la Justice, et leur réglementation permettra de remplir aisément les nouvelles juridictions de magistrats loyaux au Fidesz. Ces tribunaux administratifs pourront statuer dans des affaires politiquement sensibles, de corruption, de loi électorale et de liberté de réunion.

Des policiers alignés devant le parlement hongrois à Budapest. Photo extraite de l'album de la première nuit de manifestations, par Atlatszo.hu / Márk Tremmel, CC BY-NC-SA 2.5. Cliquer sur l'image pour voir l'album.

Ce qui a été appelé la ’loi esclavagiste’ va augmenter le plafond annuel d'heures supplémentaires de 250 à 400 heures. Mieux, les employeurs pourront prendre jusqu'à trois ans pour les indemniser.

Selon cette loi, les salariés doivent accepter par écrit les heures supplémentaires, mais les protestataires affirment que les pressions des employeurs ne laisseront pas d'autre choix aux salariés que d'accepter les nouvelles conditions.

Les trois premières nuits de manifestations

Manifestation devant le parlement hongrois à Budapest. Photo extraite de l'album de la deuxième nuit de manifestations, par Atlatszo.hu / Áron Halász, CC BY-NC-SA 2.5. Cliquer sur l'image pour voir l'album.

Depuis le vote de la loi, des manifestations se déroulent devant le parlement, avec des milliers de protestataires qui déambulent dans les rues de Budapest en scandant bruyamment des slogans anti-gouvernement, et barrent brièvement rues et ponts. Une partie des manifestants sont retournés devant le bâtiment du Parlement scander leurs slogans face à la police anti-émeutes.

Bravant le froid et la neige de vendredi soir, les manifestants restent dans les rues jusqu'à 1 ou 2 heures du matin chaque nuit.

De nombreux manifestants ont été interpellés pendant la 2e nuit d'agitation après le vote par l'administration Orban de la #LoiEsclavagiste. La vice-présidente de Momentum est en ce moment dans un commissariat, l'accès à son avocat lui est refusé jusqu'à présent.

A la différence des manifestations des années précédentes, la  police a fait usage de gaz lacrymogènes pendant les manifestations, attisant la colère des protestataires.

Ils viennent d'asperger la foule

Les manifestants ont utilisé des bombes de fumigènes, brûlé des mouchoirs en papier et des journaux. Une fenêtre du Parlement a été brisée par un jet de pierre d'un manifestant.

Manifestation à Budapest (Hongrie). Photo extraite de l'album de la troisième nuit de manifestations, par Atlatszo.hu / Márk Tremmel, CC BY-NC-SA 2.5. Cliquer sur l'image pour voir l'album.

Les manifestations se sont poursuivies dimanche après-midi sur la place des Héros. Organisations étudiantes, partis d'opposition et syndicats ont annoncé qu'ils allaient se joindre aux manifestations.

Des milliers de Hongrois manifestent devant la télévision publique contre sa propagande permanente.

La police a utilisé les gaz lacrymogènes contre les manifestants devant le siège de la télévision publique. Atlatszo.hu a documenté les événements en fournissant une couverture vidéo en direct de la scène sur Facebook.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site