Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cent jours pour Alaa : la famille de l'activiste égyptien compte les jours jusqu'à sa libération

Alaa Abdel El Fattah, photo de Nariman El-Mofty.

[Article d'origine publié le 17 décembre 2018] Après avoir passé cinq ans en détention, le blogueur et activiste égyptien Alaa Abd El Fattah devrait sortir de prison le 17 mars 2019. Le 8 décembre, sa famille a lancé la campagne “100 jours pour Alaa” pour s'assurer de la fin effective de sa peine à la date fixée.

La date de libération en mars ne marque pas la fin de la peine d'Alaa, mais plutôt une transition vers la phase finale de celle-ci. Après sa libération, Alaa sera tenu de passer toutes les nuits au poste de police de sa localité pendant les cinq prochaines années. Il sera sous surveillance policière durant toute cette période.

Alaa a été arrêté et emmené de son domicile familial en novembre 2013. Plus d'un an plus tard, en février 2015, il a finalement été jugé et et condamné à cinq ans de prison pour avoir “organisé”une manifestation en vertu d'une loi de 2013 sur les manifestations qui interdit celles qui ne sont pas nommément autorisées. Bien qu'il ait participé à une marche contre les procès militaires de civils le 26 novembre 2013, Alaa n'a joué aucun rôle dans son organisation. Sa condamnation a été confirmée par la Cour de Cassation égyptienne en novembre 2017.

Omar Robert Hamilton, un cousin d'Alaa, a décrit les objectifs de la campagne :

  1. porter à nouveau son cas à l'attention locale et internationale pour s'assurer qu'Alaa soit effectivement libéré le 17 mars.
  2. introduire le concept de المراقبة (‘liberté surveillée’ ou ‘libération conditionnelle’) dans la conscience du public. Après sa libération, Alaa est toujours condamné, pour les cinq années à venir, à passer la nuit au poste de police. Nous devons préparer le terrain à faire pression contre cela.

Alaa a été emprisonné ou a fait l'objet d'une enquête sous tous les chefs d’État égyptiens en fonctions pendant sa vie. En 2006, il a été arrêté pour avoir participé à une marche pacifique. En 2011, il a fait deux mois de prison, lui faisant manquer la naissance de son premier enfant, Khaled. En 2013, il fut arrêté et détenu sans procès durant 115 jours.

Alaa travaille depuis longtemps sur des projets de technologie et d'activisme politique avec son épouse, Manal Hassan. Il est issu d'une famille d'éminents défenseurs des droits humains, dont l'avocat des droits de l'homme Ahmed Seif El Islam, le père d'Alaa, qui fut emprisonné à plusieurs reprises sous le régime de Hosni Moubarak. Les sœurs d'Abd El Fattah, Mona et Sanaa Seif, sont aussi des défenseurs des droits humains qui font campagne depuis longtemps contre les procès militaires des civils dans le pays. En 2016, Sanaa a purgé une peine de six mois de prison pour avoir insulté un fonctionnaire.

Le calvaire d'Alaa est similaire à celui de nombreux autres Égyptiens derrière les barreaux pour leur activisme. L’Égypte compte plus de 60,000 prisonniers politiques selon les groupes de défense des droits humains. Les personnes arrêtées pour des motifs politiques en Égypte sont souvent soumises à des disparitions forcées, des tortures, des détentions préventives prolongées et à l'isolement cellulaire.

Participer à la campagne #FreeAlaa

Dans une lettre aux participants de RightsCon, une conférence sur les droits numériques qui s'est déroulée à Toronto en mai 2018, Alaa a exhorté ses sympathisants à ”réparer leurs [propres] démocraties”.

Ma réponse à la question, comment pouvons-nous vous aider, est toujours la même. Je pense toujours que [réparer la démocratie] est la seule réponse possible. Non seulement c'est à l'endroit où vous vivez,travaillez, votez, payez les impôts et vous vous organisez que vous pouvez avoir le plus d'impact, mais un recul des droits humains dans un lieu où la démocratie est profondément enracinée servira encore certainement d'excuse à de pires violations dans des sociétés où les droits sont plus fragiles. J'espère que les évènements récents ont mis en évidence la nécessité de corriger beaucoup de choses. J'ai hâte d'être inspiré par la méthode que vous utiliserez pour réparer cela.

Nous encourageons les personnes voulant rejoindre la campagne ”100 jours pour Alaa” à envoyer ”des textes, des photos ou des actes de solidarité” qui seront publiés sur son site web :

Cette campagne est ouverte “open-source” – Nous allons lancer de nouvelles idées, mais il nous en faut plus encore, ainsi que nouvelles pensées et énergies. Alors réfléchissez avec nous !

Le hashtag, comme toujours, est #FreeAlaa – Merci de vous joindre à nous en préparant le terrain pour la libération d'Alaa.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site