Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

@ActLenguas : Irma Alvarez Ccoscco, poète et militante quechua, du 4 au 10 février 2019

Photo provided by Irma Alvarez Ccoscco

En 2019, nous avons décidé d'inviter différents hôtes à piloter le compte Twitter @ActLenguas et à partager leur expérience sur la revitalisation et la promotion de leur langue natale. Cette semaine, Irma Alvarez Ccoscco (@Sankaypillo), nous explique ce qu'elle a l'intention de discuter.

Rising Voices (RV): Pouvez-vous nous parler de vous ?

Irma Alvarez Ccoscco (IAC): I am from Haquira, in the Apurímac region in Peru. I am a Quechua poet, and I use the lyrics and my voice to express my language, and my life. My approach to activism has focused on localization (L10) of my native language in software. The project involves the systematization of the language in software, and team work with programmers.

I am interested in promoting the language (L1) in teaching writing and teaching it to native speakers. Likewise, I use poems in public spaces to express the sonority of the language in its multiple uses.

Irma Alvarez Ccoscco (IAC) : Je viens de Haquira, dans le département d'Apurímac, au Pérou. Je suis une poète quechua et j'utilise les mots et ma voix pour exprimer ma langue et ma vie. Mon approche du militantisme s'est centrée sur la localisation (L10) de logiciels dans ma langue natale. Ce projet implique la systématisation de [l'usage de] la langue dans un logiciel ainsi que du travail d'équipe avec des programmeurs.

Je m'intéresse à la promotion de la langue (L1) dans l'enseignement de son écriture, et je l'enseigne à des locuteurs natifs. De la même façon, j'utilise des poèmes dans des espaces publics pour exprimer les sonorités de la langue dans ses multiples usages.

RV : Quel est l'état actuel de votre langue sur et en dehors d'Internet ?

IAC: There are individual and collective movements for strengthening the language, either from the academia, civic initiatives or the government; but they still need to be better articulated.

On the other hand, the internet is a limitless space where I think the language can be freely expressed, and thus there are more and more resources. There are many initiatives for teaching and learning in social media. There are different approaches for the Quechua variants. By providing readings by linguists and speakers, and by sharing support materials, the internet represents a medium for strengthening the language. But the internet is limited in terms of access and cost. The monopolization of data and the high cost make access a privilege for many.

IAC : Il existe des mouvements individuels et collectifs pour renforcer la langue, qu'ils viennent du milieu académique, du gouvernement, ou qu'ils soient des initiatives citoyennes. Mais ils ont besoin d'être mieux articulés.

D'un autre côté, Internet est un espace sans limite, où je crois que la langue peut s'exprimer librement, et on y trouve de plus en plus de ressources. Il y a de nombreuses initiatives pour enseigner et apprendre le quechua sur les médias sociaux. Les approches sont différentes pour les différentes variantes du quechua. En offrant des textes de linguistes et de locuteurs et en partageant du matériel pédagogique, Internet représente un moyen de renforcer la langue. Mais Internet est aussi limité en termes d'accès et de coût. La monopolisation des données et le coût élevé en font un privilège pour beaucoup.

RV : Sur quels sujets allez-vous communiquer sur @ActLenguas ?

IAC: I plan to focus on software projects involving Quechua: Quechua voices in the networks and poetry.

IAC : Je vais me concentrer sur les projets informatiques concernant le quechua : les voix quechuas dans les réseaux et dans la poésie.

RV : Qu'est-ce qui motive votre militantisme linguistique pour le quechua ?

IAC: I would like to have the freedom of expression in any domain, context, country, in my native language. To create a society with linguistic democracy.

IAC : Je voudrais la liberté d'expression dans ma langue natale dans n'importe quel domaine, contexte ou pays. Créer une société avec une démocratie linguistique.

RV : Qu'espérez-vous pour votre langue ?

IAC: I hope to see the strengthening of programs, teaching and dissemination of native languages ​​already established as State policy.

IAC : J'espère voir le renforcement des programmes, de l'enseignement et de la dissémination des langues autochtones déja inscrits dans la politique de l'État.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site