- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Un évêque métropolite grec reconnu coupable d'incitation à la violence anti-LGBTQ+

Catégories: Grèce, Dernière Heure, Droits humains, Homosexualité (LGBT), Médias citoyens, Religion
[1]

La Sainte Cathédrale de l'Assomption de la Vierge Marie, à Kalavrita, en Grèce. Photo: Matěj Baťha (CC BY-SA 2.5) via Wikimedia Commons

Le 28 janvier, par une décision de justice historique en Grèce, l'évêque métropolite Amvrosios de Kalavryta et Aigion a été condamné à sept mois de prison [2] par les trois juges d'un tribunal de première instance sur des charges de propos haineux, incitation à la violence, et abus de position religieuse [3] pour un article homophobe publié sur internet. La peine est assortie d'un sursis de trois ans et d'une amende de 10.000 euros parce que l’ecclésiastique avait jusqu'alors un casier judiciaire vierge.

En mars 2018, un tribunal de première instance à juge unique l'avait initialement acquitté des plaintes déposées [4] le 16 janvier 2016 par neuf militants LGBT en vertu de la loi grecque contre le racisme.

L'affaire se rapportait à un billet de blog publié par l’évêque le 4 décembre 2015 [5], dans lequel, au moment où le Parlement débattait du statut juridique des unions de personnes de même sexe, il exhortait les fidèles à “cracher sur” les homosexuels

“Ne les approchez pas ! Ne les écoutez pas ! Ne leur faites pas confiance ! Ce sont les damnés de la société !” fulminait Amvrosios dans son billet de blog, traitant les homosexuels de “monstruosités de la nature.”

Dans sa déposition à l'audience, Amvrosios a contesté la compétence de la cour. “La cour n'a pas compétence pour me juger en tant qu'évêque, et je ne comprends pas pourquoi je suis aujourd'hui en accusation pour mon amour du Christ,” a-t-il déclaré. Ses avocats ont annoncé qu'ils vont faire appel devant la Cour suprême pour faire déclarer la condamnation nulle et non avenue.

L'évêché de Kalavryta et Aigialeia a publié une longue déclaration [6] sur le sujet, avec notamment cet avertissement :

Πλέον οι ομάδες των ομοφυλοφίλων ανεξέλεγκτα, ασύστολα και ανεμπόδιστα θα μπορούν να επιβάλουν προκλητικά τον τρόπο της ζωής τους, που δεν συνάδει με την οντολογία της ανθρώπινης φύσεως και το νόμο του Θεού.

Les groupes d'homosexuels pourront désormais, de façon incontrôlable et éhontée imposer par la provocation leur genre de vie incompatible avec l'ontologie de la nature humaine et avec la loi de Dieu.

Un jugement historique

Cleo Papapantoleon, un des trois avocats des plaignants, a souligné [7] l'importance de ce procès :

Δεν έχει σημασία η αναστολή, ούτε ενδιαφέρει αν καταδικάστηκε σε 7 μήνες, 7 ημέρες ή 7 χρόνια. Το θέμα ήταν να καταδικαστεί. Αυτή η απόφαση παράγει αποτελέσματα πολιτικά και παιδαγωγικά και γι’ αυτό έχει ιδιαίτερη σημασία.

Peu importe que sa peine soit avec sursis, ou qu'il ait été condamné à  sept mois, sept jours ou sept ans. L'important était qu'il soit condamné. Cette décision produit des effets politiques et pédagogiques, voilà pourquoi son importance particulière.

Le juriste grec Nikos Alivizatos relève également dans un entretien à la radio : [8]

Είναι η πρώτη φορά στην ιστορία του ελληνικού κράτους που καταδικάζεται από πολιτικό δικαστήριο Μητροπολίτης. Είναι μια μεγάλη τομή. Καταδικάστηκε όχι μόνο για ρατσιστικό λόγο αλλά και για κατάχρηση εκκλησιαστικού αξιώματος. Αυτό δημιουργεί ένα σημαντικό δικαστικό προηγούμενο.

Pour la première fois dans l'histoire de l’État grec, un Métropolite est condamné par un tribunal civil. C'est historique. Il a été condamné non seulement pour propos racistes, mais aussi pour abus de position religieuse. Cela crée un précédent judiciaire essentiel.

L'acquittement initial avait soulevé un tollé massif, surtout que Amvrosios avait osé dire devant le tribunal que “[s'il] avait un pistolet et que la loi le lui permettre, [il] s'en servirait contre eux.” Le parti ultra-nationaliste Aube dorée, pour sa part, a publié un texte enthousiaste [9], louant le tribunal d'avoir “justifié le discours ethnique d'Amvrosios, de défense de la Grèce, de l'Orthodoxie, de la Famille et des valeurs traditionnelles.”

Sur les médias sociaux, [10]les réactions du public ont été en majorité d'approbation de la dernière décision du tribunal, vue par beaucoup comme un pas vers une séparation de l’Église et de l’État.

Sur Twitter, Marka partage un dessin de John Antono  [11]critiquant le premier acquittement de l'incitation d'Amvrosios à “leur cracher dessus”.

Justice divine !
La condamnation du Métropolite de Kalavryta, c'est Dieu qui crache sur la haine qu'il cultive dans les cœurs.
Ce n'est pas un simple crachat : c'est un mollard divin. #Amvrosios

Personnalité controversée

Amvrosios avait déjà souvent défrayé la chronique [15]avec ses prises de position extrêmement racistes [16], fascistes et homophobes. Il ne cachait pas son soutien à la dictature des colonels de 1967, [17] et s'est prononcé publiquement en faveur [18] du parti néo-nazi grec Aube dorée après l'assassinat du musicien anti-fasciste Pavlos Fyssas par des néo-nazis [19] :

Εγράψαμε παλαιότερα, ότι εάν η Χρυσή Αυγή διορθώσει μερικές ιδεολογικές τοποθετήσεις της και εάν επίσης διορθώσει μερικές περιπτώσεις ακραίας συμπεριφοράς ωρισμένων τουλάχιστον Μελών της, θα μπορούσε να αναδειχθεί η “γλυκειά ελπίδα” στους δυσχειμέρους τούτους καιρούς, τους οποίους διερχόμεθα! ΔΕΝ ΜΑΣ ΑΚΟΥΣΑΝ! Και να το αποτέλεσμα! Εισπράττουν πλέον την γενική κατακραυγή!

Nous avons fait savoir précédemment que si Aube dorée corrigeait certaines de ses positions idéologiques et quelques cas de comportement excessif de leurs membres, ils pouvaient devenir un “espoir” en ces temps troublés ! ILS N'ONT PAS ÉCOUTÉ ! Voyez le résultat ! Ils sont maintenant la cible de l'indignation générale !

En juillet 2018, pendant les incendies de forêt dévastateurs de l'est de l'Attique, il a clamé que “le Premier ministre athée Alexis Tsipras attire le courroux de Dieu”, provoquant à nouveau l'indignation [20] sur les médias sociaux : [21]

ΠΟΣΟ ΜΑ ΠΟΣΟ ΝΑ ΚΡΑΤΗΣΩ ΤΟ ΣΤΟΜΑ ΜΟΥ ΝΤΡΟΠΗ ΣΟΥ ΕΛΕΕΙΝΟ ΥΠΟΚΕΙΜΕΝΟ .ΕΣΥ ΕΙΣΑΙ Ο ΑΘΕΟΣ ΚΑΙ Ο ΥΠΗΡΕΤΗΣ ΤΟΥ ΠΟΝΗΡΟΥ ΠΟΥ ΤΟΛΜΑΣ ΝΑ ΠΑΡΟΥΣΙΑΖΕΙΣ ΤΟΝ ΘΕΟ ΣΑΝ ΝΕΡΩΝΑ ΚΑΙ ΝΑ ΠΑΙΖΕΙΣ ΜΕ ΤΙΣ ΨΥΧΕΣ ΚΑΙ ΤΟΝ ΠΟΝΟ ΜΑΣ ΝΤΡΟΠΗ ΚΑΙ ΣΕ ΟΛΟΥΣ ΠΟΥ ΤΟΝ ΑΝΕΧΟΝΤΑΙ . ΤΙ ΝΑ ΠΩ ΑΝ ΣΥΝΕΧΗΣΩ ΘΑ ΠΩ ΧΕΙΡΟΤΕΡΑ ΚΑΙ ΣΗΜΕΡΑ ΕΙΝΑΙ ΜΕΡΑ ΠΕΝΘΟΥΣ

COMBIEN DE TEMPS ENCORE JE VAIS FERMER LA BOUCHE HONTE SUR TOI MISÉRABLE. C'EST TOI L’ATHÉE ET LE SERVITEUR DU MAL, QUI OSE DIRE QUE DIEU EST UN “NÉRON” ET RIRE DE NOS ÂMES ET NOTRE SOUFFRANCE. HONTE SUR TOUS CEUX QUI LE TOLÈRENT. SI JE CONTINUE, JE DIRAI PIRE ; ET AUJOURD'HUI EST UN JOUR DE DEUIL.

Mêmes quelques ecclésiastiques [22]ont condamné publiquement ses déclarations :

ΣΚΑΣΕ ΕΠΙΤΕΛΟΥΣ. Είμαστε παπάδες και τα λόγια μας πρέπει να είναι ΑΜΒΡΟΣΙΑ και ΝΕΚΤΑΡ στις ψυχές των ανθρώπων

FERME-LA À LA FIN. Nous sommes prêtres ; nos paroles doivent être comme de l'AMBROISIE et du NECTAR pour les âmes.