Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le 7 mars 1929, Gandhi prônait une révolution pacifique en Birmanie 

Une photo de la dernière rencontre entre U Nu et le Mahatma Gandhi, prise à Birla House à Delhi, Inde, le 4 décembre 1947. Photo et légende : The Irrawaddy.

Le présent article de Wei Yan Aung provient de The Irrawaddy, un site indépendant d'information au Myanmar, et est reproduit par Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Le Mahatma Gandhi, leader du mouvement de l’indépendance de l’Inde contre le régime colonial britannique, arriva en Birmanie le 7 mars 1929, afin de recueillir des dons de ressortissants indiens pour la Handloom Association of India et partager son expérience avec le peuple birman.

Il s’adressa au peuple au Jubilee Hall et au Fytche Square (renommé Mahabandoola Park) à Rangoun (aujourd'hui Yangon) et s’entretint avec des moines bouddhistes à la pagode Shwedagon :

I am glad to find you telling me that the hponegyis (Buddhist monks) are leading the political movement in Burma, but you have a serious responsibility upon your shoulders when you undertake leading a political battle.

History shows that the clergy has not always interfered with the political matters to the benefit of mankind. Very often unworthy ambition has moved the clergy of the world as it has moved unscrupulous men to take part in politics, and if now you hponegyis aspire to lead the political movement of this, one of the fairest lands on the face of the earth, you are shouldering a tremendous responsibility.

Je suis heureux de vous entendre dire que les hponegyis (moines bouddhistes) sont les chefs de file du mouvement politique en Birmanie, vous avez cependant une lourde responsabilité sur les épaules lorsque vous vous engagez dans une bataille politique.

L’Histoire nous montre que le clergé n’est pas toujours intervenu dans les affaires politiques au profit de l’humanité.Très souvent, une ambition indigne a guidé le clergé du monde comme elle a guidé des hommes sans scrupules à se lancer en politique, et si vous, les hponegyis, aspirez à mener le mouvement politique de ce pays, l’un des plus beaux de la planète, vous assumez alors une énorme responsabilité.

Lors de sa visite de deux semaines, il se rendit dans plusieurs villes du centre et du sud de la Birmanie. Il déclara à Mandalay :

In India it is a common saying that the way to swaraj (which means independence for India) is through Mandalay. The British government has taught you too a great lesson by incarcerating one of India’s great sons here.

The way to swaraj is the way of suffering—indeed no country has come to its own without suffering.

On dit souvent en Inde que le chemin qui mène au swaraj (ce qui signifie l’indépendance de l’Inde) passe par Mandalay. Le gouvernement britannique vous a également enseigné une importante leçon en emprisonnant ici l’un des plus grands fils de l’Inde.

La voie du swaraj est celle de la souffrance — en effet, aucun pays n'est devenu indépendant sans souffrir.

En octobre 1924, le leader politique indien Subhas Chandra Bose avait été incarcéré à Mandalay pour une peine de deux ans et demi pour avoir défié le régime colonial. Au cours de sa visite, Gandhi déclara :

I have no other and no better guidance to offer to you than to commend to your attention the general principle of non-violence, in other words, self-purification.

Le seul conseil que je puisse vous donner, et je n’en ai pas de meilleur, est de porter une attention particulière au principe général de non-violence, en d’autres termes, à l’auto-purification.

Il termina sa troisième visite dans le pays le 24 mars. Avant 1929, il s’était rendu en Birmanie en 1902 et en 1915.

La non-violence prônée par Gandhi a par la suite inspiré la conseillère d’État birmane Daw Aung San Suu Kyi dans son combat pour la démocratie. Le Gandhi Hall et le Gandhi Hospital sont devenus des lieux importants dans les systèmes politique et de santé birmans. U Nu devenu le premier Premier ministre de Birmanie rendit visite à Gandhi à New Delhi en 1947, avant l'assassinat de ce dernier l’année suivante.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site