Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Aurat March : lorsque les femmes s'élèvent contre le patriarcat au Pakistan

Plus de 7000 femmes se sont rassemblées à Karachi, au Pakistan, pour l'Aurat March (la marche des femmes) le 8 mars 2019. Image postée sur la page Facebook de Aurat March, utilisée avec permission.

Le 8 mars 2019 se sont tenues dans les quatre provinces du Pakistan des marches de femmes, ou Aurat March, organisées par le mouvement Hum Aurtein (Nous les femmes) à l'occasion de la Journée internationale des femmes.

Depuis les métropoles jusqu'aux régions les plus reculées du Pakistan, des femmes se sont mobilisées et ont marché pour la justice économique, environnementale et sociale, pour l'accès à la justice des victimes de violences, pour les droits reproductifs, pour la fin de l'impunité des violences policières, pour davantage d'inclusion des personnes transgenres et des femmes atteintes de handicap, pour les droits des femmes issues de minorités, pour l'accès aux espaces publics, pour la paix et contre la guerre, contre la militarisation de la vie quotidienne et les rhétoriques nationalistes. Si les femmes étaient très nombreuses à l'évènement, quelques hommes se sont joints à la marche en solidarité.

Une femme se tient près d'une pancarte sur laquelle est inscrit : “Exiger une dot témoigne d'une manque d'estime de soi” à l'Aurat March, le 8 mars 2019. Image via la page de l'Aurat March. Utilisée avec permission

Le mouvement Hum Aurtein est une initiative conjointe de femmes féministes, de personnes transgenres, non-binaires et de minorités sexuelles de toutes classes et religions, qui considèrent les structures patriarcales comme responsables de l'exploitation sexuelle, économique et structurelle des femmes. Il s'agit d'une entité apolitique, qui n'est financée ni par les ONG, ni par le secteur privé. Le collectif était déjà à l'origine de l'édition 2018 de l'Aurat March. Cette année, l'évènement a pris de l'ampleur, à la fois en nombre d'organisatrices et de participant·e·s.

Les réseaux sociaux ont été essentiels pour donner de l'ampleur au mouvement. Les organisatrices de l'Aurat March à Lahore ont partagé sur Facebook leur manifeste, détaillant l'importance de la marche. Elles indiquent ainsi vouloir encourager l'action collective et le réveil des consciences pour s'opposer aux structures patriarcales du Pakistan qui engendrent une exploitation sexuelle, économique et structurelle des femmes. Voici un exemple de leurs revendications :

a. We demand that the right to autonomy and decision-making over our bodies;
c. We agitate for equal access to quality reproductive and sexual health services for women, all genders and sexual minorities.

a.Nous réclamons le droit à l'autonomie et à faire nos propres choix sur nos corps ;
c.Nous nous mobilisons pour un accès égal des femmes et de toutes les minorités de genre et sexuelles à des services de qualité pour la santé reproductive et sexuelle.

Pendant la marche, les participant·e·s ont brandi des pancartes décrivant les défis auxquels les femmes doivent faire face chaque jour. Certaines s'opposaient directement au patriarcat, tandis que d'autres soulevaient des problèmes sociaux et réclamaient davantage de droits.

Lahore :

La marche des femmes à Lahore. Image de Shaheena Kausar postée sur la page Aurat March Lahore. Utilisée avec permission.

Peshawar :

“Nous forgerons la visibilité positive des femmes #Equilibre pour le meilleur” Des femmes rassemblées pour l'Aurat March à Peshawar. Image de Syed Talib Abbas Raza postée sur la page Aurat March. Utilisée avec permission.

Gilgit Baltistan :

“Pense commune reine Une reine n'a pas peur déchouer. L'échec est un marchepied de plus vers la grandeur” Femmes participant à l'Aurat March lors de la #JournéeInternationaleDesFemmes dans le district de Hunza au Gilgit-Baltistan. Via Hunza 24/7 / Humans of Hunza et Aurat March. Utilisée avec permission.

Baloutchistan :

L'Aurat March à Quetta. La bannière rouge indique : “Nous empruntons la voie socialiste”. Photo de Jalila Haider via la page Aurat March. Utilisée avec permission.

Vous pouvez retrouver davantage d'images de la marche dans une vidéo d'Abdul Rahman sur Youtube :

Bien que la marche ait été largement soutenue à travers le pays, des internautes ont exprimé leur opposition à certains slogans du rassemblement sur les réseaux sociaux, où l'évènement était retransmis en direct par des participant·e·s.

Les slogans “Garde ton pénis pour toi”, “Nous ne sommes pas des punching bags” et “Nous voulons des droits, pas des demandes en mariage” entre autres ont recueilli de vives réactions de la part de certains internautes pakistanais.

Certains acteurs issus du monde du cinéma au Pakistan se sont également prononcés contre la marche. D'autres ont posté des commentaires répugnants menaçant ouvertement les femmes et ont même photoshoppé des images pour détourner le sens premier de l'Aurat March.

Shaan Shahid, un acteur de cinéma renommé, a donné son avis sur Twitter :

Ces slogans ne représentent pas notre culture, nos valeurs ni le respect que nous avons pour nos femmes, c'est ce que je voulais dire… et vous n'avez rien compris..

Veena Malik, une actrice de télévision récemment sous le feu des critiques à cause de son travail, a twitté :

Qui a organisé et financé cette #auratmarch2019 controversée ? Elle n'a été qu'une source d'humiliation pour les femmes au Pakistan, rien de positif n'en est sorti en terme d'émancipation, etc !!!

Certains présentateurs TV ont également critiqué la marche et demandé au gouvernement de prendre des mesures à l'encontre de ses organisatrices. Un parlementaire du parti Muttahida Majlis-i-Amal au Sindh, Abdul Rasheed, a même menacé de porter plainte contre l'Aurat March auprès de la police.

Les organisatrices de l'Aurat March de leur côté prévoient de porter plainte auprès de l'Autorité Fédérale d'Investigation après avoir été la cible sur Internet de menaces de mort et de viol.

La journaliste Nida Kirmani s'est fendue d'un tweet pour démontrer par l'exemple la façon dont une photo pouvait être retouchée et falsifiée :

Des images falsifiées de femmes portant des pancartes circulent sur les réseaux sociaux. Voici l'exemple de mon amie, Shahana Rajani. L'image retouchée est celle de gauche, l'originale est à droite. Le fait que certains se prêtent à de telles bassesses pour discréditer l'#AuratMarch2019 en dit long sur leur mentalité.

L'affiche originale sur la droite dit : “As-tu appris à réchauffer ton repas ?” tandis que l'image retouchée sur la gauche indique “Insérer avec amour” – accompagné d'un dessin de pénis.

Malgré ces retours de bâton, beaucoup de gens ont apprécié l'Aurat March et l'ont soutenue sur Twitter :

Ce fut inspirant de voir les efforts inlassables que les féministes ont concentrés dans l'organisation de l'#AuratMarch2019 & #AuratAzadiMarch dans différentes villes. La montée en puissance du mouvement pour les femmes est aujourd'hui l'une des plus belles causes d'espoir au Pakistan. Rejoignez-nous à Islamabad à 15h, devant le Press Club.

Thread : les pancartes les plus incroyables de l'#AuratMarch2019 que j'ai vues passer sur mon fil d'actualité

[Traduction : Aujourd'hui, mères et sœurs s'unissent pour de bon]

Le tollé provoqué par l'#AuratMarch2019 a suffi à faire de moi une marcheuse. Il est clair que le féminisme est compris totalement de travers, et la colère et la frustration des femmes face à tout ce qu'elles subissent restent inacceptables #JeSuisUneMarcheuse

Au lendemain de l'Aurat March, un groupe d'hommes a riposté en annonçant la tenue d'une Mard March (marche des hommes) à Karachi le 23 mars. Plusieurs hommes ont ainsi rédigé et placardé des affiches sur les réseaux sociaux en réaction à l'Aurat March. Mais leur initiative n'a pas remporté les suffrages :

Chaque action entraîne une réaction forte (Einstein modifié)

L'Aurat March s'est avérée une démonstration de force et d'unité par des femmes que l'on a peu l'habitude de voir dans l'espace public et dont les opinions et demandes sont quasiment toujours ignorées. La marche aura réussi à sensibiliser la population sur certains sujets et est de bon augure pour les organisatrices, pour qui cette édition n'était qu'une première étape sur la longue route visant à faire entendre les voix des femmes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site