- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

@DigiAfricanLang : Adéṣínà Ayẹni veut amener le yorùbá dans la cour des grands, du 27 mars au 2 avril 2019

Catégories: Médias citoyens

Photographie fournie par Adéṣínà Ayẹni.

En 2019, dans le cadre d'une campagne de célébration de la diversité linguistique sur les réseaux sociaux [1], nous avons décidé d'inviter des militants linguistiques africains à piloter le compte Twitter @DigiAfricanLang [2] et à partager leur expérience sur la revitalisation et la promotion des langues africaines. Adéṣínà Ayẹni, aussi connu sous le nom d'Ọmọ Yoòbá (@yobamoodua [3]) nous explique ce qu'il a l'intention de discuter pendant sa semaine.

Rising Voices (RV) : Pouvez-vous nous parler de vous ?

Adéṣínà Ayẹni otherwise known as Ọmọ Yoòbá is a journalist and cultural advocate who took up the socialization function of the media through the preservation, dissemination and transmission of the Yorùbá cultural heritage both online and offline. As a voice over artist, he has produced uncountable Yorùbá advertisements for Nigeria radio campaigns and TVC. He's the founder of Yobamoodua Cultural Heritage, a platform dedicated to the propagation of the Yorùbá language and culture. Ọmọ Yoòbá is also the língua manager for the Global Voices Yorùbá [4] site. He is a Yorùbá language instructor on tribalingua.com [5] where he has tutors students all over the world. He has also worked with Localization Lab, an international community of volunteer translators and end users, developers and intermediaries who work together to translate and localize digital security and circumvention tools.

Ọmọ Yoòbá has written a book titled: Ẹ̀yà Ara Ẹ̀dá Ọmọ Ènìyàn [6], a compilation of labeled diagram of the anatomy and morphology of the human body and herbs that work wonders on each parts of the body. He is a research fellow of the Firebird Foundation for Anthropological Research [7].

Je suis Adéṣínà Ayẹni, mais on m'appelle aussi Ọmọ Yoòbá. Je suis un journaliste et militant culturel, et j'ai repris la fonction socialisatrice des médias pour la préservation, la dissémination et la transmission du patrimoine culturel yorùbá à la fois sur Internet et dans la vie courante. En tant qu'artiste de doublage et de voix hors champ, j'ai produit de nombreuses publicités en yorùbá pour la radio nigériane et TVC [chaîne de télévision nigériane en continu, NdT]. J'ai fondé Yobamoodua Cultural Heritage, une plate-forme dédiée à la dissémination de la langue et la culture yorùbás. Je gère également le site de Global Voices en yorùbá [4]. J'enseigne le yorùbá sur tribalingua.com [5] et mes étudiants viennent du monde entier. J'ai travaillé avec le Localization Lab [8], une communauté internationale de traducteurs, utilisateurs, programmeurs et intermédiaires bénévoles qui traduisent des outils de contournement et de sécurité numérique.

J'ai écrit un livre intitulé Ẹ̀yà Ara Ẹ̀dá Ọmọ Ènìyàn [6], une compilation de diagrammes anatomiques et morphologiques en yorùbá et d'herbes qui font des merveilles sur chaque partie du corps humain. Je suis aussi chercheur à la Fondation Firebird pour la recherche anthropologique [7].

RV : Quel est l'état actuel de votre langue sur et en dehors d'Internet ?

Firstly, the interest of the Yorùbá language online is commensurate to that of online, because many native speakers had abandoned the language of their ancestors, they do not want to associate with the language.
Though there have been upsurge in the presence of promoters of the language online but the reception is not something to talk about. On the other hand, people seldom speak the language, even parents do not encourage their offsprings to communicate in the mother tongue. It is not a good thing for the development of the language. The status is not different online and offline, there is no support for the language like the official English language.

Tout d'abord, l'intérêt pour le yorùbá sur Internet est proportionnel à celui qu'on lui porte dans la vie courante : beaucoup de locuteurs natifs ont abandonné la langue de leurs ancêtres, ils ne veulent pas y être associés. Bien qu'il y ait eu une augmentation soudaine du nombre de promoteurs du yorùbá, on ne parle pas de la réception [des initiatives]. D'un autre côté, les gens parlent rarement yorùbá. Même les parents n'encouragent pas leurs enfants à communiquer dans leur langue maternelle. Ce n'est pas une bonne chose pour le développement de la langue. Son état n'est pas différent sur Internet, il n'y a aucun soutien pour le yorùbá comme pour l'anglais, la langue officielle.

RV : Sur quels sujets allez-vous communiquer sur le compte @DigiAfricanLang ?

History of the Yorùbá orthography, excerpts from the Ẹ̀yà Ara Ẹ̀dá Ọmọ Ènìyàn book, Yorùbá towns and villages, Yorùbá innovators, great individuals and et cetera.

L'histoire de l'orthographe du yorùbá, des extraits du livre Ẹ̀yà Ara Ẹ̀dá Ọmọ Ènìyàn, des noms de villes et villages yorùbás, des innovateurs et des personnes exceptionnelles yorùbás etc.

RV : Qu'est-ce qui motive votre militantisme linguistique pour le yorùbá ?

The ecological knowledge present in the Yorùbá indigenous language is too abundant to overlook or say, left to perish with time. Proverbs and ancient stories are insights into the theory and philosophy behind the Yorùbá heritage and language. These unique identity must be preserved due to its importance to the development of the world.

Le savoir écologique présent dans la langue yorùbá est trop abondant pour être négligé, ou pour être laissé de côté jusqu'à ce que le yorùbá périsse. Les proverbes et les récits anciens sont des apercus de la théorie et de la philosophie qui se cachent derriere le patrimoine et la langue yorùbás. Cette identité unique doit être préservée à cause de son importance pour le développement du monde.

RV : Qu'espérez-vous pour votre langue ?

That the Yorùbá language is recognised internationally among the major languages of the world, so that I can speak in Yorùbá language and an interpreter interpret to English or other languages. It is my hope that the language is used as the language of discourse and pedagogy in school across the South Western part of Nigeria, and that every Yorùbá child will speak, write and read the language fluently.

Que la langue yorùbá soit reconnue internationalement parmi les grandes langues du monde, de façon que je puisse parler en yorùbá et qu'un interprète [me] traduise en anglais ou dans une autre langue. Mon espoir, c'est que ma langue soit utilisée comme langue de conversation et d'enseignement à l'école dans le sud-ouest du Nigeria, et que chaque enfant yorùbá parle, écrive et lise le yorùbá couramment.