Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Inde, les électeurs ne se laissent pas décourager par les lacunes sur les listes électorales ou les violences

Une machine de vote électronique utilisée pour les élections générales indiennes de 2019 – En regard de chaque nom de candidat et symbole de parti sur la machine, se trouve un bouton bleu. Arrêt sur image de la vidéo sur YouTube de LatestLY.

Le 14 avril 2019, la plus grande démocratie du monde a commencé à voter pour l'élection aux sièges de la Lok Sabha, la Chambre basse du Parlement de l'Inde. Ce scrutin est crucial puisqu'il déterminera l'identité du parti de gouvernement, et au final le choix du Premier ministre de l'Inde.

Les 36 États et territoires variés qui forment l'Union indienne sont invités à voter en plusieurs phases, chacun ayant droit à un nombre différent de sièges en fonction de leur taille. Ceux qui ont voté dans cette première phase étaient les circonscriptions de la Lok Sabha de l'Andhra Pradesh avec 25 sièges, du Telangana avec 17, et de l'Uttarakhand avec 5. L'Arunachal Pradesh, le Jammu-et-Cachemire et le Meghalaya sont aussi entrés dans cette première phase des élections, avec deux sièges de représentants soumis au vote pour chacun. Enfin, le Manipur, le Mizoram, le Nagaland, le Sikkim, le Tripura, le Chhattisgarh, Andaman-et-Nicobar et Lakshadweep ont voté chacun pour un siège, tandis que sept sièges étaient attribués au Maharashtra. Au total, 91 circonscriptions faisaient partie de cette première phase.

Lire : Tout ce qu'il faut savoir sur les élections générales de 2019 en Inde [EN]

Au premier jour de l'élection, la participation est apparue élevée dans certains Etats, avec le Tripura du Nord-Est enregistrant la participation la plus forte, de 81,8 % pour sa circonscription unique. Le Jammu-et-Cachemire a enregistré une participation de 54,4 % pour ses deux circonscriptions, le taux a été de 50 % au Bihar en quatre circonsciptions, de 57,8 % dans l'Uttarakhand, de 60% au Telangana et de 66 % dans l'Andhra Pradesh. l'Etat-clé de l'Uttar Pradesh avec le plus grand nombre de circonscriptions a enregistré une participation de 64 %.

Température : 4°C. Et voyez l'énorme participation dans cette zone de haute altitude du 21-Gnathang Machong,  Sikkim oriental. Bravo !!

La commission électorale a déclaré qu'à part quelques incidents, le vote s'est déroulé dans le calme. Il y a eu toutefois quelques incidents qui ont entravé le droit de vote des citoyens.

L'Andhra Pradesh a signalé un affrontement violent et des défaillances de machines à voter électroniques qui ont empêché le processus électoral en entier et fait deux morts et 4 blessés.

Affrontement violent dans la circonscription de Kurnool, Allagadda. Il semble que TDP et YSRCP ne disputent pas une élection mais du prestige et une bataille d'agir ou périr dans les élections 2019 de l'Andhra Pradesh

Les deux princiaux partis politiques qui se sont affrontés dans l'Andhra Pradesh étaient le parti Telugu Desam et le parti du Congrès YSR. Le vote a pris une tournure violente quand le YSRC a accusé le TDPde truquer les machines à voter. Alors que de nombreux votants signalaient des machines défectueuses, les deux partis ont commencé à s'en rejeter mutuellement la faute. L'escalade a déclenché des affrontements qui ont été observés dans les villages de Kotha Veerapuram et T Sadum. A Veerapuram, la police a dû charger aux lathi pour disperser la foule, tandis que des renforts ont été amenés pour contrôler la situation. L'affrontement s'est terminé tragiquement : les dirigeants politiques locaux Chinta Bhaskar Reddy du TDP et K Pulla Reddy du YSRC ont succombé à leurs graves blessures. D'après un reportage du New Indian express, un site d'informations en ligne, un employé du YSRC est également mort dans le village de T Sadume.

L'Andhra Pradesh n'a pas été le seul Etat à connaître des perturbations. Des engins explosifs improvisés ont explosé dans le district de Gadchiroli du Maharashtra. La zone a un passé de heurts naxalistes et deux de ces dispositifs ont explosé, l'un le mercredi veille du vote, et l'autre le jour du scrutin. Celui de la veille du vote a détonné pendant une visite d'officiels au bureau de vote sous la protection de la Force de réserve centrale de police (CRPF).

[NdT : ce tweet n'est plus disponible] Le bataillon du CRPF de retour du bureau de vote essuie des tirs à Gadchiroli dans le Maharashtra, la troupe riposte

Un Jawan du CRPF a subi des blessures selon des informations. Le jour du scrutin, un autre engin a explosé à 150 mètres du bureau de vote où les gens faisaient la queue. Aucune victime n'a été signalée.

A Hyderabad, la capitale de l'Etat sud-central du Telangana, de nombreux électeurs ont été refusés dans les bureaux de vote car leurs noms étaient introuvables sur la liste électorale. Ces électeurs se sont sentis frustrés de l'exercice de leur droit de vote et sont repartis bredouilles. Parmi eux se trouvaient des dirigeants du monde des affaires comme Shobana Kamineni, vice-présidente d'Apollo Hospital, et RC Bhargava président de Maruti Suzuki.

Ma maman Shobana Kamineni n'a pas pu voter aujourd'hui. Elle a vérifié il y a 10 jours et son nom était sur la liste ! A présent il a disparu ! Elle paye des impôts ! Elle ne compte pas ? Elle n'est pas considérée comme une citoyenne indienne ?

Arvind Kejriwal, le Ministre en chef de Delhi, a tweeté :

Des électeurs radiés à grande échelle

Ces incidents mis à part, la participation électorale paraît avoir donné son ampleur à la consultation. Le Bengale occidental a aussi été parmi les Etats à haut taux de particcipation (81 %). L'Andhra Pradesh a prolongé jusque tard l'ouverture des bureaux de vote à cause des machines électroniques défaillantes qui ralentissaient les opérations. Dans toutes les circonscriptions, plus de 50 % des électeurs en règle ont voté. Les citoyens ont pris part à diverses initiatives pour encourager à voter. Certains l'ont fait sur Twitter.

En tant qu'Indiens, ce n'est pas seulement notre droit mais aussi notre devoir de donner notre vox aux bons représentants pour conduire la plus grande démocratie du monde. Si vous ne l'avez pas encore fait, votez maintenant !

Cher Narendra Modi, J'ai usé de mon droit démocratique de participer à cette fête de la démocratie. Vous nous avez appelé à voter Kar, c'est ce que nous venons de faire.

Dans l’État du Tamil Nadu, les gens ont même formé une chaîne humaine pour encourager plus d'électeurs à aller voter.

Tamil Nadu : Plus de 3.000 personnes forment une chaîne humaine au pont marin de Pamban à Rameswaram pour étendre la sensibilisation électorale jusqu'à 100 % de participation dans la circonscription de Ramanathapuram de la Lok Sabha.

La phase suivante de l'élection commence le 18 avril, et sera suivie de plusieurs autres à partir des 23 et 29 avril, 6, 12 et 19 mai, avant que l'Inde sache qui sera choisi Premier ministre. Le comptage des voix est attendu pour le 23 mai.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site