Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une nouvelle base de données en ligne répertorie quelque 40.000 photos de l'occupation japonaise en Chine

Comfort Women Waiting at a Train Station in China in 1937

Des auxiliaires paramilitaire chinoises et japonaises recueillent les cendres (des soldats morts au combat) (国防婦人会員と共に遺骨の出迎をする愛路婦女隊員), archives ferroviaires de Chine du Nord. Image prise à la station de Changxindian, sur la ligne de chemin de fer Pékin–Guangzhou, décembre 1939 (détail de l'image). Droit d'image: CC BY 4.0.

Une nouvelle base de données en ligne lancée en février 2019 offre un aperçu de la vie sous l'occupation japonaise dans le nord-est de la Chine. Les archives ferroviaires de Chine du Nord, qui ont classé les 39.775 photographies dans un catalogue doté d'une fonction de recherche, sont une collaboration entre différents instituts de recherche japonais et l'université de Kyoto, qui est entrée en possession des photographies à la fin de la Seconde guerre mondiale.

A ce jour, en 2019, l'université de Kyoto a organisé plusieurs expositions où seules figurent un petit nombre de photos de la collection. Tant la nature des photos, prises dans le but de mettre en valeur ou de dissimuler l'occupation japonaise du nord-est de la Chine, que l'atmosphère générale des expositions photographiques, auraient provoqué de fortes réactions en dehors du Japon, en Chine.

memorial for workers killed during construction

Légende de l'image : “Des paysans célèbrent la mise en service de la ligne de chemin de fer de Shidexian et les monuments dédiés aux travailleurs de la construction tués” (建設の人柱の墓と開通を喜ぶ農民), Wangjiajing, 1941. Source image: Archives ferroviaires de Chine du Nord. Droit d'image : CC BY 4.0.

En tant que sources primaires, les images numérisées de la collection comprennent la mise en forme originale ainsi qu'une documentation détaillée sur la localisation de l'image, le moment où l'image a été prise, le nom du photographe et des notes sur ce qu'elle représente.

A l'origine, les images avaient vocation à être des banques d'images promotionnelles, et ont été prises par les employés de la compagnie de transport de Chine du Nord (華北交通). La compagnie opérait dans la région contrôlée par le soi-disant gouvernement provisoire de la république de Chine (中華民国臨時政府, en japonais), un Etat fantoche dans le nord-est de la Chine qui était soutenu par les forces d'occupation japonaises lors de la guerre sino-japonaise et collaborait avec elles.

La compagnie gérait des milliers de kilomètres de lignes de bus et de chemin de fer dans le nord-est de la Chine, reliant la région de Jingjinji qui entourait Pékin à Harbin et d'autres villes de Mandchourie, où se trouvait un autre Etat fantoche japonais [fr] dans le nord-est de la Chine.

buddhas

Détail de l'image : Bouddhas en pierre dans les grottes de Yungang [fr] à Datong en 1939. Source image : Archives ferroviaires de Chine du Nord. Droit d'image : CC BY 4.0.

En plus de mettre en avant les investissements japonais en termes d'infrastructures dans la région et de témoigner de l'ordre et de la paix supposés de l'occupation japonaise, les images faisaient également la promotion des destinations touristiques sur l'ensemble du réseau ferroviaire (carte) exploité par la compagnie de transport de Chine du Nord.

寺後街の鼓楼

Détail de l'image : Tour du tambour près de la station de Kaifeng sur la ligne de chemin de fer de Longhai en 1939. Source image : Archives ferroviaires de Chine du Nord. Droit d'image : CC BY 4.0.

Le nombre impressionnant de photographies de la collection fait qu'il y a de nombreuses scènes de la vie urbaine à Beiping (aujourd'hui Beijing, Pékin en français) et dans d'autres lieux du nord-est de la Chine lors des années d'occupation japonaise dans les années 1930 et 1940.

Image caption: "The view from Hengshui Castle"

Légende de l'image : “Vue du château de Hengshui” (衡水城外を望む). Image prise près de Hengshui en juillet 1941 (détail de l'image). Source de l'image originale : Archives ferroviaires de Chine du Nord. Droit d'image : CC BY 4.0.

Les photos ayant été effectuées par des photographes qui oeuvraient à la promotion de la compagnie de transport de Chine du Nord, il n'y a pas trace de documents sur les souffrances extrêmes qu'a connues le peuple chinois lors des combats et de l'occupation de la Chine au cours de la guerre sino-japonaise qui a duré de 1937 à 1945. On estime à plus de 22 millions le nombre de civils chinois morts [fr] durant ces années, alors qu'ils subissaient la brutalité et les atrocités commises par les envahisseurs japonais, par exemple lors du massacre de Nankin [fr].

La présentation en ligne des archives ferroviaires de Chine du Nord ne fait pas mention du rôle du Japon en tant qu'occupant et colonisateur, se focalisant plutôt sur la fenêtre sur le passé qu'offre la collection photographique :

日中戦争のさなかに発足した華北交通が広報用に撮った写真には、戦闘状況はほとんど描かれておらず、地域の交通インフラの整備、資源開発、産業の育成をはじめとして、風土、民俗、文物など多様かつ多彩なイメージが盛り込まれています。グラビア雑誌や新聞、各種博覧会で公表された写真は軍などの検閲が必要でしたが、未使用の写真はそうした規制を経てはいません。そのため、この膨大なストックフォト全体を注意してみれば、80年近く前の中国の風景を読み取ることも可能なのです。その一部には、いまの中国で失われたランドスケープも含まれています。

Les photographies prises par la compagnie de transport de Chine du Nord, initiées au milieu de la guerre sino-japonaise, étaient destinées aux relations publiques, et n'abordent que très peu les conditions sur le champ de bataille. Les photos immortalisent davantage la culture, le folklore (de la Chine en ce temps-là) ainsi que le développement des infrastructures de transport, des ressources et des industries de la région. Si les photos publiées dans des magazines sur papier glacé, des journaux et autres étaient censurées par l'armée, les photos non publiées (de la collection) n'ont pas subi cette censure. En regardant attentivement cette immense collection de banque d'images, il est donc possible d'avoir un aperçu de la Chine d'il y a presque 80 ans. Certaines photos représentent des paysages qui n'existent plus aujourd'hui en Chine.

Les expositions organisées par l'université de Kyoto sous le nom de “la Chine d'il y a 80 ans” (80年前の中国) présentent aussi les photos comme une ressource pour comprendre le passé et ne font pas référence au rôle du Japon pendant la guerre.

Faisant écho à un article en anglais du South China Morning Post, un commentateur qui écrit pour RecordChina, un site d'information japonais axé sur la Chine, note :

「中国メディアの参考消息によると、両国のネットユーザーの注目点は大きく異なり、中国のSNS上では『歴史を心に刻み、国辱を忘れるな』との声が次々に上がったのに対し、日本のネットユーザーのコメントは鉄道沿いの風景などに集中していた。NHKも日中両国のネットユーザーの注目点の違いに触れ『多くの中国人にとって、中国に対する日本の侵略とその後の占領は記憶から消えない痛みのようだ』と伝えている」と紹介した。

Les internautes japonais et chinois ne s'intéressent pas du tout aux mêmes choses. Sur les réseaux sociaux chinois, on trouve toute une série de commentaires qui disent : “N'oublions pas notre histoire et n'oublions pas le déshonneur national (de la Chine).” Les commentaires des internautes japonais se focalisent sur le paysage le long de la ligne de chemin de fer etc.

Les 39.775 images des archives ferroviaires de Chine du Nord sont organisées par mot-clé, par année et selon la gare la plus proche d'où la photographie a été prise. La licence permet de partager et de modifier librement les images, à condition de les attribuer aux archives ferroviaires de Chine du Nord.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site