Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le pape François attendu au Mozambique en septembre, en pleine campagne électorale

Papa Francisco | Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0)

Le pape François | Gabriel Trujillo – Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0)

Le pape François se rendra au Mozambique en septembre 2019, seulement quelques semaines avant le scrutin qui élira le nouveau président, les membres de l’Assemblée de la République, ainsi que les gouverneurs de provinces.

Le pape avait été invité en septembre 2018 par Filipe Nyusi, le président du Mozambique. Cette visite a été confirmée le 26 mars lors d’une cérémonie solennelle associant différentes instances de l’Eglise catholique du pays.

Le président Nyusi a déclaré que la visite du pape contribuerait à renforcer les pourparlers de paix avec la RENAMO, le parti de l’opposition qui a cessé les hostilités armées contre le gouvernement en 2017 dans le cadre d’un processus qui demeure tendu. Il a ajouté que cette visite constituerait également une occasion de réfléchir au conflit avec les groupes armés sévissant dans le nord du pays, notamment dans la province du Cabo Delgado.

Jean-Paul II avait été le dernier pape à se rendre au Mozambique, en septembre 1988.

La confirmation de la visite du pape était anticipée depuis la mi-février. Le Mozambique tiendra des élections ce mois d'octobre, et doit encore se remettre des ravages du cyclone Idai, qui a fait plus de 500 morts et plus d’un million de sans-abri. Le pape a fait part de sa solidarité envers les victimes :

J’exprime ma douleur et ma solidarité aux chères populations du Mozambique, du Zimbabwe et du Malawi touchées par le cyclone Idai. Je confie les nombreuses victimes et leurs familles à la miséricorde de Dieu.

La catastrophe provoquée par le cyclone, d’ores et déjà considéré comme l’un des plus violents enregistrés dans l’hémisphère sud, a touché la ville de Beira dans le centre du Mozambique le 14 mars, avant d’atteindre le Zimbabwe et le Malawi voisins où il a fait plus de 300 morts.

Depuis, le pays est toujours en état d’urgence, ce qui a amené le gouvernement à revoir le calendrier électoral et décaler la période d’inscription.

En pleine catastrophe, alors que le gouvernement cherche toujours comment secourir et abriter des milliers de personnes après le cyclone Idai, le président Nyusi annonce en direct à la télé que le pape se rendra au Mozambique en septembre. Mauvais timing, c’est le moins qu’on puisse dire.

Certains citoyens s’interrogent sur le fait que les élections se dérouleront peu après la visite papale, s’inquiétant d'éventuelles répercussions sur la campagne :

Il est clair que la visite du pape François en septembre joue en faveur du Frelimo et de Filipe Nyusi. De manière directe ou indirecte, cette visite ne sera pas neutre politiquement. Il serait bon de la repousser à novembre, après la confusion des élections générales prévues pour le 15 octobre.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site