Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Brésil, la thématique migratoire s'invite sur les plateaux d'un feuilleton télé

 

Ces tentes, utilisées par l'ACNUR pour abriter des réfugiés vénézuéliens à Boa Vista (RR), ont servi pour créer un camp fictif de réfugiés pour le feuilleton “Orphelins de terre”  (Globo). Photo : Victor Moriyama/ACNUR, utilisée avec son autorisation.

Ce texte, rédigé par Rodrigo Borges Delfim et initialement publié sur le site MigraMundo, est reproduit sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu. 

Les thématiques migratoires, et plus particulièrement celle de l'asile, devraient trouver, dans les mois à venir, un bon espace d'expression à la télévision brésilienne grâce au feuilleton “Orphelins de terre” qui aura comme toile de fond le conflit en Syrie. Un feuilleton proposé par TV Globo [fr] [le principal réseau de télévision au Brésil].

Le sujet prend toute son importance dans le paysage politique du Brésil en raison de l'exode des Vénézuéliens. Et le feuilleton fait son apparition à un moment où les mouvements migratoires internationaux sont en général la cible d'actions de rejet et même de politiques de criminalisation dans certains pays. Le Brésil a rejoint cette catégorie en se retirant du Pacte mondial pour les migrations, en janvier 2019.

Le feuilleton, écrit par Duca Rachid et Telma Guedes, est sorti le 2 avril [2019] et raconte l'histoire d'amour d'une réfugiée syrienne Laila et d'un Libanais Jamil, qui se rencontrent dans un camp de réfugiés au Liban et se retrouvent au Brésil. Au-delà de l'intrigue principale, d'autres points de la problématique migratoire sont abordés comme la cohabitation entre différentes cultures et la reconnaissance des diplômes pour continuer à exercer une même profession dans un autre pays — une demande récurrente des migrants et des réfugiés au Brésil.

Scène du feuilleton Orphelins de terre (Globo), qui va aborder la question de l'asile. Diffusion/TV Globo

“Orphelins de terre” se passe à São Paulo, une ville dont la population de migrants est estimée à au moins 387 000 personnes, en incluant les réfugiés et les demandeurs d'asile. Pour les premières scènes, la production a monté la réplique d'un camp de réfugiés avec l'aide du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCNUR), en utilisant des tentes qui avaient servi d'abri aux  réfugiés vénézuéliens à Boa Vista au Roraima, un État au nord du Brésil.

D'après l'ONU, il y aurait plus de 258 millions de migrants dans le monde, et ce chiffre devrait encore augmenter dans les années à venir. En ce qui concerne l'asile, les données du HCNUR estiment qu'il existe au moins 25,4 millions de personnes qui auraient demandé l'assistance d'un pays qui n'est pas leur. Environ 5,6 millions d'entre eux sont originaires de Syrie, le pays qui génère le plus de réfugiés au monde.

Au niveau national, le Brésil accueille approximativement 750 000 immigrants, qui représentent 0,4% de la population nationale, et il a déjà accordé le statut de réfugiés à 10 000 migrants. Près de 5 000 personnes vivent encore sous ce statut, et  94 800 personnes attendent toujours que leurs demandes d'asile soient examinées. Pour la plupart, ce sont des Vénézuéliens.

Pour l'écriture du scénario, des ateliers et des recherches ont été entrepris auprès de plusieurs institutions d'aide et d'accueil de migrants et de réfugiés, et les producteurs ont aussi cherché conseil auprès de réfugiés vivant au Brésil.

L'un d'eux, Abdulbaset Jarour, un syrien de 29 ans, qui fait partie de l'ONG África do Coração (l'Afrique du coeur), a été engagé pour ce rôle de conseiller après un entretien avec les producteurs du feuilleton.

Acredito que essa novela vai mudar mais o olhar das pessoas, deixá-lo mais solidário, tolerante e gerar empatia. Espero que isso realmente aconteça, porque refugiado e migrante sofre muito com preconceito aqui no Brasil.

Je pense que ce feuilleton va changer le regard des gens, les rendre plus solidaires, plus tolérants et générer de l'empathie. J'espère sincèrement que cela se produise, parce que les réfugiés et les migrants sont confrontés à de nombreux préjugés, ici, au Brésil.

Abdulbaset Jarour, qui a collaboré au scénario du feuilleton. Photo : archives personnelles, avec autorisation.

Le ressenti d'Abdul par rapport à ce feuilleton est un mélange de joie et de tristesse. Il croit au potentiel de la série, mais elle évoque aussi toutes les difficultés qu'il a traversées au Brésil.

Sofri aqui no Brasil de uma parte da população que tem um olhar preconceituoso e xenofóbico. Esse olhar deixa a gente desanimado, irritado. Atravessamos o mundo e aí encontramos pessoas que não aceitam nossa chegada, que nos veem como diferentes. Esse olhar quebra um pouco da nossa dignidade.

Ici au Brésil, j'ai souffert du regard plein de préjugés et de xénophobie que porte sur nous une partie de la population. Face à ce regard, on se sent déprimé, irrité. On a traversé le monde, et là, on arrive devant des gens qui n'acceptent pas notre venue, qui nous voient différents. Ce regard brise une partie de notre dignité.

Ali Jeratli a une vision un peu différente. Il travaille à la Coordination pédagogique du cours d'arabe de Abraço Cultural (Etreinte culturelle) à São Paulo, une ONG où les réfugiés travaillent comme professeurs de langues et enseignent l'anglais, l'espagnol, le français et l'arabe en fonction de leur propre expérience.

Eu acredito que é importante destacar o sofrimento que os refugiados passam em sua viagem até o destino final. Além disso, acho muito legal mostrar um pouco da vida dessas pessoas, dos refugiados, que muita gente não conhece e nem havia previamente se interessado.

Je pense qu'il est important d'insister sur la souffrance endurée par les réfugiés pendant leur voyage vers la destination finale. En plus, je trouve que c'est très sympa de montrer quelques aspects de la vie de ces personnes, de ces réfugiés, que peu de gens connaissent ou qu'ils traitaient avec indifférence auparavant.

Des réfugiés et des migrants d'autres pays se sont montrés curieux de l'intrigue et espèrent qu'elle sera édifiante et qu'elle ne va pas conforter les stéréotypes et la victimisation de ces communautés. C'est ce qui compte pour Yilmary de Perdomo, une Vénézuélienne de 35 ans, ergothérapeute, et qui est réputée pour sa gastronomie.

Gostaria que essa novela representasse a força e a valentia do imigrante e do refugiado, que consegue superar obstáculos que se representasse na vida. Não gostaria de ver uma novela na qual o refugiado seja visto como vítima.

J'aimerais que ce feuilleton symbolise la force et le courage du migrant et du réfugié qui parviennent à surmonter des obstacles qu'il n'auraient même jamais imaginé. Je n'aimerais pas que ce feuilleton fasse du réfugié une victime.

Le feuilleton compte au moins deux réfugiés à son générique : le Syrien Kaysar Dadour, arrivé second d'une télé-réalité, Big Brother Brasil [fr], en 2018, et le Congolais Blaise Musipere. D'autres migrants et réfugiés ont été embauchés pour faire de la figuration.

Il a connu deux guerres, il a perdu un grand amour, mais il a trouvé au Brésil un endroit où reconstruire sa vie. Voici l'histoire de @KaysarDadour, qui fait ses débuts dans le feuilleton Orphelins de terre de la @RedeGlobo. Dans la vraie vie ou dans la fiction, nous sommes #CommeLesRéfugiés. – ONU Brésil (@ONUBrasil) 4 avril 2019

Avant celui-ci, plus d'une dizaine de feuilletons ou séries brésiliens avaient abordé le problème migratoire. Ce feuilleton, cependant, est le premier à envisager la blessure de l'asile. Jusqu'ici, la perception du public sur les réseaux sociaux est plutôt positive.

Montrer ainsi la réalité, c'est trop émouvant!!!

On ne peut pas imaginer combien cela doit être douloureux de devoir abandonner l'endroit où l'on a vécu tant d'années, voir tout ce que l'on avait acquis être complètement détruit. Tout ça à cause de la cupidité de l'être humain ! Lamentable

“Vous pouvez toujours choisir comment vous habiller, avec qui sortir … Nous, non. On n'a pas le choix. Du jour au lendemain, tout est perdu. Pour ma mère, sentir cette nourriture, c'est comme être de retour chez elle. Mais vous ne savez pas ce que c'est. Vous n'avez pas de sentiments.”

Le problème des stéréotypes

Pour Roberta Brandalise, professeure en théorie de la communication et coordinatrice de l'enseignement de la culture à l'Université Cásper Líbero, les éventuelles appropriations et utilisations qui pourraient être faites de l'intrigue pourraient aussi altérer la thématique.

Uma telenovela com a proposta de “Órfãos da Terra” pode tanto sensibilizar e esclarecer a opinião pública sobre o tema quanto aprofundar estereótipos e preconceitos sobre imigrantes e refugiados. Afinal, as disputas de sentido sobre a problemática do imigrante e do refugiado se dá dentro e fora de qualquer narrativa.

Une télénovela comme “Orphelins de terre” peut tout aussi bien sensibiliser et éclairer l'opinion publique sur le thème qu'elle propose, qu'enraciner les stéréotypes et les préjugés sur les immigrants et les réfugiés. En fin de compte, les discussions de sens sur la problématique de l'immigrant et du réfugié ont lieu aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la narration.

Cependant, elle souligne que la visibilité apportée par le feuilleton peut, en fait, être positive pour la thématique de l'asile au Brésil.

A visibilidade midiática e o agendamento do tema no cotidiano brasileiro pode ser uma vantagem se contribuir para o desenvolvimento de políticas públicas, e demais ações que viabilizem a diminuição das condições desigualitárias em que se encontram os imigrantes e os refugiados. É importante que as vozes dos imigrantes e refugiados sejam ouvidas. Melhor ainda, se tivermos a participação deles na produção.

La visibilité médiatique et l'ordonnancement du thème dans le quotidien brésilien peuvent être un avantage s'ils contribuent au développement de politiques publiques et autres actions qui rendraient possible la réduction des conditions inégalitaires dans lesquelles se trouvent les immigrants et les réfugiés. Il est important que les voix des immigrants et des réfugiés soient entendues. Ou mieux encore : qu'ils participent à l'écriture du scénario.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site