Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Angola annule un appel d'offres après une suspicion de fraude

La une du Jornal de Angola concernant l'appel d'offres remporté par Telstar. Capture d'écran de Dércio Tsandzana, 19 avril 2019, utilisée avec autorisation

[Tous les liens sont en portugais, sauf mention contraire]

Le 18 avril dernier, le président angolais João Lourenço a annulé l’appel d’offres concernant le quatrième opérateur de téléphonie mobile du pays, au motif que Telstar, l’entreprise gagnante, ne respectait pas certaines exigences. Une décision qui met en lumière d’éventuelles divisions au sein du gouvernement angolais.

La création de Telstar remonte à janvier 2018, avec un capital de 550 euros, et ayant pour actionnaires le général Manuel João Carneiro (90%) et l’homme d’affaires António Cardoso Mateus (10%), selon le journal Português Observador. Le grade de général de Manuel João Carneiro lui fut accordé par l’ancien président José Eduardo dos Santos, à en croire le site d’informations angolais Club Net.

Selon l’Observador, 27 entreprises ont répondu à l’appel d’offres lancé par le Ministère des Télécommunications et des Technologies de l’Information, et supervisé par José Carvalho da Rocha.

Toutefois, le 25 avril, João Lourenço signa un arrêté établissant de nouvelles règles pour l’ouverture d’un appel d’offres, selon le Jornal de Angola.

Suite à la publication des résultats de l’appel d’offres, les Angolais s’interrogeaient déjà sur l’intégrité du processus, notant par exemple l’absence de site Internet de Telstar. C’est ainsi ce que pointe du doigt Skit Van Darken, éditeur et organisateur d’événements, sur sa page Facebook :

A Telstar – Telecomunicações, Lda, constituída a 26 de Janeiro de 2018, com capital de 200.000 Kwanzas…de acordo com o Diário da República, cujos accionistas são o general Manuel João Carneiro (90% do capital), na reforma, e António Cardoso Mateus (10%).

O accionista maioritário tem ligações à empresa Mundo Startel, uma sociedade de capitais anónimos, registada na INACOM, o regulador das telecomunicações, com licença de telefonia fixa, entretanto expirada. Uma empresa que nem se quer website tem!

EU NÃO ACREDITO SE QUER QUE EXISTIRAM OUTROS CONCORRENTES

ESSE PAÍS É UMA DESGRAÇA

Telstar – Télécommunications, créée le 26 janvier 2018, avec un capital de 200 000 Kwanzas… selon le Diário da República, dont les actionnaires sont le général Manuel João Carneiro (90% du capital) et António Cardoso Mateus (10%).

L’actionnaire majoritaire entretient des liens avec Mundo Startel, une société de capitaux anonymes, enregistrée auprès de l’INACOM, l’autorité de réglementation des télécommunications, avec une licence de téléphonie fixe, qui a depuis expiré. Une entreprise qui ne possède même pas de site web !

JE NE CROIS PAS QU’IL Y AVAIT D’AUTRES CONCURRENTS

CE PAYS EST UNE HONTE

Parallèlement, Joaquim Lunda, journaliste et utilisateur assidu des réseaux sociaux, a salué le geste du Président de la République, et estime que le ministre actuel devrait subir les conséquences de ses fautes :

Agradeço e é de louvar a decisão tomada pelo Presidente da República, João Lourenço em anular o concurso público que atribuiu à empresa angolana Telstar a licença para a quarta operadora de telecomunicações em Angola. Havia muitas reticências e muitos pontos por esclarecer no assunto. Não se reconhece idoneidade numa empresa que foi criada em 2018 c/ capital social de 200 mil kwanzas em ser lhe atribuído a tal empreitada.

Tenho a plena certeza que os dias do Ministro das Telecomunicações e das Tecnologias de Informação, José Carvalho de Rocha, estão contados. Após o desaire que foi o ANGOSAT 1, agora mais este que testemunhamos hoje, duvido se o “Dread” vai resistir.
Apreciemos os Cenários…Nas Calmas!!”

Je salue la décision prise par le Président de la République, João Lourenço, d’annuler l’appel d’offres qui attribuait la licence du quatrième réseau mobile d’Angola à l’entreprise Telstar. Il y avait de nombreuses réticences et beaucoup de points à clarifier. Aucun crédit ne pouvait être accordé à une entreprise créée seulement en 2018 avec un capital de 200 000 kwanzas, et qui obtient un tel contrat.

Je suis sûr que les jours du ministre des Télécommunications et des technologies de l’information, José Carvalho de Rocha, sont comptés. Après l’échec d’ANGOSAT 1, et ce que nous voyons aujourd’hui, je doute que le « Dread » résiste encore.

Réjouissons-nous de ce qui se passe… dans le calme !! »

La décision du Président de la République intervient plusieurs mois après que ce même ministre a piloté le projet de satellite Angosat 1, resté dans les mémoires pour ses nombreux fiascos [en français].

Pour Adriano Sapiñala, député du principal parti d’opposition en Angola, cette situation illustre l’absence de coordination au sein du gouvernement :

JLo tem de andar a combinar bem com os seus auxiliares porque ontem o Ministro de tutela dizia que o tempo das reclamações tinha terminado e por isso a Telstar teria avançado com os passos subsequentes sendo ela vencedora do concurso fraudulento e hoje JLo vem e anula o concurso!! Vocês comunicam assim tão mal?

Agora ou o Ministro coloca o seu cargo à disposição (demitindo-de) ou então JLo tem de o exonerar porque se anulou o concurso é porque não correu bem e para não beliscar ninguém inocente, que se apurem responsabilidades!!

JLo devrait mieux échanger avec ses collaborateurs car hier, le Ministre a déclaré que le temps des réclamations était terminé ; pendant ce temps, Telstar avance ses pions jusqu’à remporter l’appel d’offres frauduleux, et aujourd’hui, JLo annule l’attribution de la licence ! Communiquez-vous si mal entre vous ?

Désormais, soit le Ministre met son poste à disposition (en démissionnant), soit JLo le met hors de cause. L’appel d’offres a été annulé, tout ne s’est pas passé comme prévu, et comme on n’accuse pas un innocent, il faut déterminer les responsabilités !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site