Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

30 ans après le massacre de Tiananmen : L'histoire mouvementée de la Déesse de la Démocratie

La Désse de la Démocratie sur la place Tiananmen,1989. Photo : Chan Ching-wah/Citizen News.

L'article ci-dessous a été originellement écrit par Kris Cheng et publié sur Hong Kong Free Press le 19 mai 2019. Cette version adaptée est reproduite sur Global Voices selon les termes d'un accord de partenariat de contenu.

La Déesse de la Démocratie a été debout cinq jours sur la place Tiananmen en 1989 avant le massacre sanglant du 4 juin.

La statue de dix mètres de haut, face au portrait de Mao Zedong suspendu sur la Porte de la Paix céleste, a été réalisée en trois jours seulement. Elle n'a pas pu être attribuée à un unique individu : des dizaines d'étudiants de huit institutions d'enseignement supérieur d'arts plastiques, musique et théâtre participèrent à son érection.

Quand la statue a été confectionnée, Pékin était soumis depuis presque dix jours à la loi martiale. Des étudiants disaient souhaiter grâce à la statue mobiliser et unir ceux présents sur la place.

D'après un récit d'un des sculpteurs, Cao Xinyuan, la statue ne pouvait être terminée en un temps aussi court qu'en faisant appel à une “méthode totalement académique” :

They decided to adapt to their purpose a studio practice work that one of them had already made – a foot-and-a-half clay sculpture of a nude man grasping a pole with two raised hands and leaning his weight on it.

[…]The students cut off the lower part of the pole and added a flame at the top to turn it into a torch; they repositioned the body into a more upright position; they changed the man’s face to that of a woman, added breasts, and finally draped the whole figure in a robe.

Ils décidèrent d'adapter à leurs fins un travail pratique de studio que l'un d'eux venait de terminer : une sculpture d'argile de 45 cm d'un homme nu empoignant une perche, les deux bras levés et s'appuyant dessus de son poids.

[…] Les étudiants sectionnèrent la partie inférieure de la perche et ajoutèrent une flamme au sommet pour en faire une torche ; ils repositionnèrent le corps plus à la verticale ; ils changèrent le visage de l'homme en celui d'une femme, ajoutèrent des seins, et finalement drapèrent le personnage entier d'une robe.

Le modèle original de la Déesse de la Démocratie le 27 mai 1989. Photo : Tiananmen Duizhi.

Dans la nuit du 29 mai 1989, la statue fut amenée sur la place en quatre parties et assemblée en seize heures. Des centaines de milliers de personnes observèrent le montage.

Une simple offrande de fleurs et une cérémonie d'inauguration eurent lieu le 30 mai. Les présents scandèrent “Vive la démocratie” et d'autres slogans, raconte Cao, et certains se mirent à chanter l’Internationale.

Les étudiants de l'Académie centrale de musique interprétèrent l'Ode à la Joie de la Symphonie N° 9 de Beethoven, puis un autre chant étranger et un chant chinois, et terminèrent avec encore une fois l'Internationale.

Dans une allocution déclarant l'inauguration de la statue, les créateurs exprimèrent leur vœu de la dédier à ceux en grève de la faim, aux présents sur la place, à plus d'un million d'étudiants universitaires en Chine, et à ceux qui les soutenaient à travers le monde :

Although the God of Democracy, sculpted in plaster, cannot be preserved forever – we believe the darkness will pass and the dawn will come…[The original text referred to a God of Democracy instead of a Goddess.]

We strongly believe that when true democracy comes, we will come back to the square to stand up a grand, huge and permanent God of Democracy. This day will come. The Chinese people will forever put the God of Democracy in our hearts.

Même si le Dieu de la Démocratie, sculpté en plâtre, ne pourra pas être préservé éternellement – nous croyons que les ténèbres auront une fin et que l'aube viendra… [Le texte originel évoquait un Dieu de la Démocratie au lieu d'une Déesse.]

Nous croyons fermement que lorsque la démocratie véritable arrivera, nous reviendrons sur la place pour dresser un Dieu de la démocratie majestueux, immense et permanent. Ce jour viendra. Les Chinois mettront pour toujours le Dieu de la Démocratie dans nos cœurs.

Les gens n'oublieront pas, une compilation d'articles de journalistes de Hong Kong qui ont suivi le mouvement démocratique, a enregistré les paroles des étudiants créateurs de la statue.

Un étudiant en sculpture a dit aux journalistes de Hong Kong qu'ils avaient réalisé la statue parce qu'il fallait à la Chine une image novatrice, une image représentant la démocratie, la liberté, l'égalité et la paix :

The Goddess of Democracy will represent the thoughts of the new generation of China. We need to get rid of old traditions, and get rid of the feudalistic parental system.

La Déesse de la Démocratie représentera les pensées de la nouvelle génération de la Chine. Nous devons nous débarrasser des anciennes traditions, et du système parental féodal.

Un autre étudiant impliqué dans la réalisation de la statue expliqua qu'elle avait pris pour modèle la statue de la Liberté à New York. La statue de la Liberté tient une torche dans la main droite et dans l'autre un livre sur lequel est gravée la date de l'indépendance américaine. La Déesse de la Démocratie de Tiananmen tient sa torche à deux mains.

Mais les étudiants n'anticipaient probablement pas la réaction du gouvernement de Pékin. Un étudiant affirmait à l'époque :

If the government ignores public opinion and forcefully destroys the statue, it will only show the authorities’ pettiness and their anti-democratic faces.

Si le pouvoir ignore l'opinion publique et détruit de force la statue, cela montrera seulement la petitesse des autorités et leurs visages anti-démocratiques.

Peu après l'érection de la statue, la commission de gestion de Tiananmen de Pékin déclara qu'elle était illégale et “une insulte à la dignité et à l'image nationales.” Le Quotidien du Peuple publia trois jours de suite des articles contre la statue.

Lorsque l'Armée populaire de libération dispersa les manifestants le 4 juin, la statue fut promptement abattue et écrasée par les tanks. Mais des répliques apparurent bientôt à Hong Kong et en d'autres lieux.

La “Déesse de la Démocratie”. Photo : Catherine Lai/HKFP.

La première réplique, selon l'Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocratiques patriotiques de Chine, fut réalisée le 18 juin 1989, par une dizaine d'artistes et une soixantaine d'étudiants de l'Académie des Arts de la scène. Elle fut créée pour que les gens de Hong Kong puissent se rendre dans Victoria Park dans Causeway Bay et se souvenir des morts. Toutefois, les créateurs furent incapables de trouver un lieu permanent pour cette réplique, qui fut démantelée avant la fin de 1989.

Une autre réplique fut confectionnée avec du fil de fer barbelé au début des années 1990, et fut utilisée dans les événements commémoratifs pendant la fête de Ching Ming, la fête de Mi-automne, et lors des anniversaires du massacre.

Mais la principale réplique est probablement celle créée en fibre de verre en 2004. Haute de 2,4 mètres, elle a servi lors des veillées aux chandelles commémorant l'anniversaire du massacre.

La “Déesse de la Démocratie” à Victoria Park, Hong Kong. Photo : Catherine Lai/HKFP.

Une réplique plus petite fut réalisée en 2009 – pour le 20ème anniversaire – et fut exposée publiquement à l'Université Polytechnique de Hong Kong. Des statues similaires furent également exposées dans des villes à Taïwan, aux USA, au Canada et en Australie. A part les répliques, Hong Kong abrite aussi une autre statue de la Déesse de la démocratie inspirée par celle réalisée en1980.

En 2010, Chen Weiming, un artiste de Nouvelle-Zélande né en Chine, a réalisé une nouvelle statue de la Déesse de la Démocratie, qui fut expédiée à Hong Kong.

Une polémique s'ensuivit lorsque l'Alliance l'installa dans une zone publique du centre commercial de Times Square à Causeway Bay le 29 mai : les autorités affirmèrent que la statue n'avait pas de licence de “divertissement” pour son installation. La police arriva et l'enleva. Sous la pression de l'opinion, la statue fut finalement restituée à l'Alliance et installée dans Victoria Park.

Le syndicat des étudiants de l'Université chinoise de Hong Kong projeta de déménager la statue sur le campus, mais l'administration refusa son accord. Malgré cela, des centaines de personnes escortèrent la statue jusqu'au campus après la veillée annuelle aux chandelles, et elle y est restée depuis lors.

La statue de la Déesse de la Démocratie arrie à l'Université chinoise de Hong Kong en 2010. Photo d'archive : Apple Daily.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site