Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'amour l'emporte à Taïwan avec la légalisation du mariage des personnes de même sexe

Plus de 30 000 personnes attendent la décision finale sur l'égalité en matière de mariage devant l'organe législatif de Taïwan. Photo de Filip Noubel, avec son autorisation

Le 17 mai marque la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie, aussi connue sous le nom de ‘Journée mondiale contre l'homophobie [fr]. Mais cette date a pris une tournant historique cette année à Taïwan, lorsque le parlement a voté en faveur du mariage entre personnes du même sexe. La décision a par ailleurs fait de l'île le premier pays d'Asie à reconnaître l'égalité du mariage en faveur de l'ensemble de ses citoyens.

Trois heures de suspens sous une pluie battante

Pour toute la communauté LGBTQI+, le 17 mai fut une journée cruciale. Tout d'abord enthousiasmée par une décision prise en 2017 par la Cour constitutionnelle qui avait reconnu l'admissibilité du mariage homosexuel, la communauté LGBTQI+ avait ensuite été déstabilisée par les résultats du référendum de novembre 2018 rejetant la possibilité de réviser le Code civil en faveur de l'égalité en matière de mariage. La communauté LGBTQI+ a ainsi décidé de se rassembler dès l'aube le 17 mai dernier devant le Yuan législatif situé dans le centre de la capitale. Malgré une pluie battante et presque ininterrompue, une foule de plus de 30 000 personnes était présente pour suivre le processus électoral des législateurs retransmis en direct sur grand écran.

Jennifer Lu, l'une des plus ferventes porte-paroles des droits LGBTQI+ à Taïwan. Photo de Filip Noubel, utilisée avec sa permission.

La communauté a été représentée dans toute sa diversité, avec la présence de différents groupes. Jennifer Lu, qui est représentante du Parti social-démocrate (SDP) minoritaire et coordinatrice en chef de la Coalition pour l’égalité devant le mariage à Taïwan, fut l'une des premières à prendre la parole. Dans son discours d'ouverture, elle a réaffirmé la volonté de la communauté d'obtenir l'égalité des droits et l'idée qu'à ce stade, rien de moins que le mariage ne pouvait être accepté.

Chi Chia Wen et les leaders religieux pro-LGBTQI+ sur scène. Photo de Filip Noubel, utilisée avec sa permission.

Parmi la foule se trouvait également Chi Chia Wei, connu pour son coming out à la télévision nationale dans les années 1980, et considéré comme un vétéran du mouvement LGBTQI+. Brandissant son grand drapeau arc-en-ciel, il attendait avec impatience les résultats définitifs du vote.   

Alors que la principale opposition au mariage homosexuel provient de certains groupes chrétiens, une femme pasteur et plusieurs prêtres étaient présents sur la scène pour exprimer leur soutien à l'égalité du mariage et défendre l'idée que “Jésus ne fait pas de distinction entre les croyants hétérosexuels et homosexuels”.

Différents membres de la communauté LGBTQI+, originaires de régions et de pays dans lesquels leurs droits ne sont pas reconnus ou mal défendus et qui ne peuvent jamais ou rarement participer à une manifestation publique, se sont également joints à l'événement.

Des drapeaux malaisiens et hongkongais ont été brandis pendant la manifestation, car certains militants de ces pays demandent la reconnaissance du mariage transnational entre personnes de même sexe. Photo de Filip Noubel, utilisée avec sa permission

L'émotion a atteint son paroxysme vers 13h15, lorsque les législateurs ont voté l'article 4 du projet de loi qui est considéré comme étant essentiel parce qu'il consacre le terme “enregistrement du mariage” dans le projet de loi. Des scènes de larmes, d'accolades et de danse sous la pluie ont suivi l'annonce du soutien législatif.

La fin de deux ans de vide juridique

La question du mariage homosexuel est devenue un point central de la politique taïwanaise en mai 2017, lorsque la Cour constitutionnelle a statué qu'il n'y avait aucun obstacle dans la Constitution empêchant les couples homosexuels de se marier. La Cour a alors accordé une période de deux ans au Yuan législatif [fr], le Parlement taïwanais, pour modifier les lois alors existantes et garantir l'égalité en matière de mariage, quel que soit le sexe des personnes qui se marient.

À Taïwan, le mariage est régi par le Code civil. Après la forte opposition qu'a connue l'interprétation de la Cour constitutionnelle (communément désignée par le numéro 748) de la part d'un certain nombre de groupes politiques et religieux, le gouvernement a organisé un référendum en novembre 2018 pour consulter les citoyens taïwanais et savoir s'ils étaient susceptibles de soutenir une révision du Code civil en faveur du mariage homosexuel. Le référendum, qui portait également sur d'autres questions, a été rejeté par près de deux tiers des votants [fr].

À la suite du référendum, le gouvernement a annoncé le 21 février dernier que sa décision, fondée sur l'interprétation 748, devait tout de même être appliquée, en dehors du cadre du Code civil, étant donnée que la décision de la Cour constitutionnelle prévaut sur le référendum. La Cour a donc rédigé un projet de loi requérant le Yuan législatif de l'examiner de manière à respecter l'échéance du 24 mai. Le Kuomintang, principal parti d'opposition qui a dirigé la vie politique de Taïwan pendant la majeure partie du temps depuis 1949, a également rédigé sa propre version du projet de loi permettant l'union homosexuelle, mais qui se différencie sur plusieurs points et notamment sur l'absence de l'utilisation du terme mariage.

L'affaire s'est rapidement transformée en une mise à l'épreuve pour la présidente Tsai Ing-wen, qui représente le Parti démocratique progressiste [fr] (DPP) ayant perdu les élections locales de novembre 2018, après quoi cette dernière avait décidé de démissionner de son rôle de leader du DPP.

Il s'agit donc d'une double victoire, tant pour le DPP qui a ouvertement soutenu le projet de loi que pour la communauté LGBTQI+, pour qui l'heure est à la célébration. Le projet de loi adopté, des centaines de couples homosexuels en ont profité pour se marier le 24 mai dernier aux quatre coins de l'île. À Taipei, plus de 150 couples se sont déjà inscrits pour célébrer ce que certains attendent depuis des décennies. Un banquet de mariage traditionnel a également été organisé le 25 mai devant le siège de la Présidence, afin de témoigner publiquement de ce tournant historique au sein de la société taïwanaise.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site