Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une vidéo promotionnelle de Leica évoquant le massacre de Tiananmen devient virale sur les réseaux sociaux chinois puis en disparaît

“L'homme au char” du 4 juin reflété sur l'objectif de l'appareil photo. Capture d'écran de YouTube, Leica: – the Hunt

Une nouvelle vidéo faisant la promotion du fabricant allemand d'appareils photographiques Leica a provoqué des remous dans l'Internet chinois, ce qui a conduit à une interdiction de la vidéo et de ses dérivés.

Produite par l'agence de publicité de Leica F/Nazca Saatchi & Saatchi, la vidéo de cinq minutes a été lancée au Brésil le 16 mai pour célébrer le centenaire de la marque.

La vidéo, intitulée “The Hunt” (“la chasse”), présente des collages de photographes qui rendent compte de la violence et des difficultés rencontrées par les gens à différents endroits dans le monde. Elle s'accompagne au début et à la fin de scènes tournées à l'intérieur d'un hôtel à Pékin en 1989, où un photographe est pris à partie par des militaires chinois avant d'être laissé à lui-même. On peut entendre des coups de feu en fond sonore alors que le photographe marche jusqu'à la fenêtre et brandit son appareil photo. L'image célèbre des chars d'assaut sur la place Tiananmen qui convergent vers un simple manifestant qui se tient face à eux, se reflète sur l'objectif.

Les spectateurs bien au fait de l'histoire reconnaîtront la référence à la tristement célèbre photo de “l'homme de Tiananmen“[fr], prise à l'origine par Jeff Widener sur la place Tiananmen le 4 juin 1989. Ce jour-là, l'armée chinoise avait mené une répression brutale contre les manifestations étudiantes [fr] en faveur de réformes démocratiques. A l'époque, la Croix rouge chinoise avait estimé à 2700 le nombre de civils tués mais, selon des estimations plus récentes d'agences gouvernementales états-uniennes et britanniques, il pourrait y avoir eu plus de 10000 victimes.

Des chercheurs de l'université de Hong Kong ont mis en évidence le fait que le massacre de la place Tiananmen, souvent simplement nommé “4 juin”, était le sujet le plus censuré sur Internet en Chine.

En réaction à la vidéo, certains utilisateurs de réseaux sociaux ont déclaré qu'elle “était une insulte à la Chine” alors que d'autres ont commencé à remettre en cause l'accord de partenariat entre Leica et Huawei, le plus important fabricant de téléphones mobiles et développeur du réseau 5G en Chine. Huawei fait la promotion des objectifs de Leica sur certains de ses téléphones.

Bien que la vidéo ne soit pas destinée à un public chinois, elle a rapidement circulé sur les réseaux sociaux chinois et est instantanément devenue virale.

Les censeurs chinois ont eu tôt fait de réagir et ont donné la consigne suivante, qui a fuité le 18 avril (via China Digital Times) :

As quickly as possible, all video websites find and delete video and images from the Leica advertisement. (April 18, 2019)

Que tous les sites web de vidéo trouvent et effacent la vidéo et les images de la publicité de Leica dès que possible. (18 avril 2019)

Dans les quelques jours qui ont suivi, les utilisateurs se sont vus interdire d'écrire les mots “Leica” en anglais et “徕卡” en chinois sur Weibo.

L'utilisateur de Twitter @woilgoo a posté une capture d'écran du rapport de censure que les utilisateurs ont reçu lorsqu'ils ont tenté de publier ces mots sur Weibo. Le rapport fait état d'”une violation des lois et régulations concernées ou de la convention de la communauté de Weibo”.

Les mots clé sont bloqués par Weibo.

Néanmoins, les conversations autour de la vidéo se poursuivent sur Weibo. Les utilisateurs qui sont actifs sur les plateformes de Chine continentale et sur Twitter documentent certaines conversations sur Twitter, qui est bloqué en Chine mais encore accessible via les réseau privé virtuels.

L'utilisatrice de Twitter @cheriechancy a fait une capture d'écran du fil de commentaires sous le compte officiel de Leica sur Weibo :

Bien que la vidéo #TheHunt soit introuvable sur le compte Weibo de Leica, les utilisateurs de réseaux sociaux chinois sont quand même parvenus à laisser des commentaires sous un précédent post, faisant référence de manière subtile à la pub polémique et exprimant leur reconnaissance et leur surprise que le compte soit toujours ouvert.

Après le passage de la censure, les choses se sont rapidement tassées et toute trace de la vidéo a été effacée des principales plateformes de réseaux sociaux chinois.

A présent, les utilisateurs de réseaux sociaux peuvent publier des posts à propos de Leica tant que le propos n'est pas lié à un autre sujet sensible.

Hors de Chine, la vidéo a continué de circuler. Sur Facebook, de nombreux utilisateurs chinois à l'étranger ont partagé la vidéo pour commémorer le 30ème anniversaire du massacre du 4 juin. Sur YouTube, la plupart des réactions ont été très positives :

Good job Leica. Salute to all the brave journalists in the world!
You earned my respect Leica, dare to tell the truth…but may god bless your business at mainland China…
a great video, why people of china dislike it who knows… Maybe they cant face the truth of about there [sic] government …

Bon travail Leica. Mes hommages à tous les courageux journalistes dans le monde !
Tu as gagné mon respect Leica, oser dire la vérité… mais que Dieu bénisse tes affaires en Chine continentale… une superbe vidéo, qui sait pourquoi les Chinois ne l'aiment pas … Peut-être qu'ils ne peuvent pas affronter la vérité en face sur leur gouvernement…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site