Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Regards sur la PerifaCon, le festival de BD qui exporte la culture nerd, geek et pop dans la banlieue de São Paulo

Foto: Jeferson Delgado - Kondzilla. Uso autorizado pela organização do Perifacon.

La première édition a rassemblé plus de 4 mille personnes d'après les organisateurs | Photo: Jeferson Delgado – Kondzilla. Avec son autorisation.

Une heure avant d'ouvrir les portes de la PerifaCon, le 24 mars 2019, les organisateurs se sont trouvés face à une file gigantesque qui s'étirait dans la rue de la Fábrica de Cultura (Usine à culture), dans le quartier de Capão Redondo au sud de São Paulo. La “première Comic Con de la favela [fr]” était sur le point de commencer.

En première ligne se trouvaient les enfants et les adolescents qui fréquentent déjà chaque semaine l'espace culturel. Et d'après les organisateurs, plus de quatre mille personnes sont venues participer à l'événement :

 Foi imensamente gratificante receber o carinho da população da região, que abraçou o evento com muito amor. A fila foi triplicando de tamanho, chegando a dar duas voltas no quarteirão, e surpreendendo toda a equipe. Trazendo satisfação, e comprovando que existe uma demanda de acesso de forma gratuita à cultura geek/nerd nas periferias da cidade de São Paulo.

C'était très gratifiant de recevoir le soutien de la population locale, qui a accueilli l'événement avec beaucoup d'amour. La file d'attente a triplé jusqu'à faire deux fois le tour du pâté de maisons, et ça a surpris toute l'équipe. Nous sommes très satisfaits du résultat et de voir qu'il existe une demande pour un accès gratuit à la culture geek/nerd (culture faite d’informatique, de science-fiction, de bande dessinée et de jeux vidéo) dans les banlieues de São Paulo.

Il y a 268 729 habitants à Capão Redondo, ce qui correspond à une ville de taille moyenne au Brésil. D'après les organisateurs, le choix s'est porté sur cette ville car elle est le berceau de quelques-uns des groupes les plus importants du RAP brésilien comme les Racionais MC’s [fr], qui ont fêté leurs 30 ans d'existence en 2018.

En investissant Capão Redondo, l'événement a attiré des fans et des artistes du monde de la bande dessinée et les fameux cosplayers [fr] (personnes qui jouent le rôle et s'habillent comme leurs personnages préférés). Ces festivals servent à toucher le segment geek/nerd et attirent aussi les nombreux amateurs de BD et de culture pop.

Si vous êtes l'un d'entre eux, il est fort probable que vous connaissiez déjà des manifestations de ce genre, comme la Comic-Con International [fr] aux États-Unis et la CCXP [fr] au Brésil. Pour en savoir plus sur cette expérience d'apporter la culture dans les banlieues, GV a discuté par e-mail avec l'équipe de la PerifaCon:

Foto: Jeferson Delgado - Kondzilla. Uso autorizado pela organização do Perifacon.

L'événement a attiré un public de tout âge | Photo: Jeferson Delgado – Kondzilla. Avec autorisation.

Global Voices (GV): Pour rester dans le contexte bande dessinée, quel a été le “scénario de départ” de la PerifaCon ?

PerifaCon: Uma discussão de amigos sobre como seria legal todo mundo da quebrada poder ter acesso à cultura nerd e geek através de eventos como feiras de HQ.

PerifaCon : Une discussion entre amis sur le fait que ce serait super sympa si tous ceux du quartier pouvaient avoir accès à la culture nerd et geek grâce à des événements comme des festivals de BD.

GV: Comment avez-vous fait pour trouver de l'aide pour la réalisation du projet ?

PerifaCon: No começo foi difícil, pois não tínhamos tanta visibilidade, só um sonho. Mas isso não impediu de corrermos atrás de apoiadores e contatos. Todo mundo da equipe se esforçou bastante e, mais do que isso, as pessoas abraçaram a ideia desde o começo.

PerifaCon : Au début, ça n'a pas été facile, car il n'y avait pas trop de visibilité, seulement un rêve. Mais ça ne nous a pas empêchés de courir après les aides et les contacts. Toute l'équipe s'est beaucoup investie, et, surtout, les gens ont bien accroché à l'idée dès le début.

GV: Quelles sont les caractéristiques qui vous semblent importantes concernant l'impact d'un festival de bande dessinée en banlieue et sa capacité à attirer du public ?

PerifaCon: Se fosse para escolher uma palavra, seria DEMANDA, pois desde o começo o evento foi abraçado e atraiu um público bem expressivo, o que se desdobrou no dia do evento com a presença de 4 mil pessoas. Sobre o impacto, nós com certeza mexemos no imaginário das pessoas que pintam a favela como lugar de violência. Acreditamos que nós alteramos um pouquinho da realidade no sentido de dar visibilidade para essa pauta, que tem como foco a democratização da cultura nerd, geek e pop nas quebradas. Também quebramos aqueles estereótipos sobre a produção e o consumo nerd nas favelas. A maioria das pessoas espera que nossas produções estejam sempre ligadas – e reduzidas – a funk, samba e pagode.

PerifaCon : S'il fallait choisir un mot, ce serait DEMANDE, car dès le départ le projet a attiré et a été adopté par un large public, et ça s'est vérifié le jour de la manifestation avec quatre mille personnes présentes. Quant à l'impact, ce qui est sûr c'est que nous avons fait bouger l'imaginaire des personnes qui décrivent la favela comme un lieu de violence. Nous espérons avoir un tout petit peu modifié cette réalité en faisant connaître ce genre qui met l'accent sur la démocratisation de la culture nerd, geek et pop dans les quartiers. Et aussi avoir brisé certains clichés sur la production et la consommation du nerd dans les favelas. La plupart des gens s'attendent toujours à ce que nos productions soient liées – et réduites – au funk, samba et pagode [fr].

GV: Qu'avez-vous programmé pour la PerifaCon et quel spectacle aimeriez-vous mettre en lumière ? Quelles sont les tendances chez les lecteurs de la Perifa ? Qu'est-ce qu'ils lisent ? 

PerifaCon: A exposição RAP EM QUADRINHOS, onde pudemos mostrar o trabalho de dois artistas que transformaram cantores do rap nacional em famosos heróis das HQs. Também a presença de destaques do cenário do rap, como KL- Jay, DJ do Racionais, e Rashid, que também é um rapper conhecido. Poder trazer artistas da agência Chiaroscuro Studios foi de grande importância, já que eles sempre estão em diversas convenções nerd e geek pelo Brasil e mundo afora. Também teve os destaques da Lya Nazura, que é pesquisadora da afroancestralidade nos quadrinhos e a Marília Marz, quadrinista independente que tem um trabalho sobre a cultura negra e oriental presente no bairro Liberdade, na cidade de São Paulo.

Boa parte do público que compareceu ao Perifacon estava numa vibe de se encontrar nos quadrinhos também, se ver representado ali, sabe? O que chamou mais atenção no “Beco dos Artistas”, que era a parte da feira onde quadrinistas expunham seus trabalhos, foram as obras originais que traziam protagonistas negros e a favela como cenário das histórias. Com certeza a representatividade é uma caminho sem volta.

PerifaCon : L’exposition RAP EM QUADRINHOS (RAP en bandes dessinées) nous a permis de montrer le travail de deux artistes qui ont transformé des chanteurs de rap national en célèbres héros de BD. Mais aussi la présence remarquée de vedettes du rap, comme  KL- Jay, DJ des Racionais, et Rashid, un autre rappeur connu. Il était particulièrement important de réussir à faire venir des artistes de l'agence Chiaroscuro Studios, qui se produisent dans de nombreux festivals nerd et geek au Brésil et dans le monde entier. Un autre point fort a été la présence de Lya Nazura, dont les bandes dessinées sont une recherche sur l'afro-ancestralité et de Marília Marz, une dessinatrice indépendante qui travaille sur la culture noire et orientale dans le quartier Liberdade, à São Paulo. Une grande partie du public de la Perifacon était venu pour se retrouver dans les dessins, pour s'y voir représenté, tu vois ? Ce qui nous a le plus frappés dans le “Beco dos Artistas”, (Passage des artistes), qui est l'endroit où les dessinateurs de BD exposaient leur travail, c'est le nombre d'oeuvres originales qui mettaient en scène des protagonistes noirs et la favela dans leurs histoires. La représentativité est sans aucun doute un chemin sans retour.

Foto: Jeferson Delgado - Kondzilla. Uso autorizado pela organização do Perifacon.

Des participantes cosplays du héros Static Choc et de la vampire de X-Men | Photo: Jeferson Delgado – Kondzilla. Avec autorisation.

GV: Et parmi les artistes de bandes dessinées ? Avez-vous découvert des nouveautés que vous aimeriez faire partager aux lecteurs de Global Voices?

PerifaCon: Um dos destaques foi o Alexandre Ribeiro, que fez uma vaquinha (financiamento coletivo) para viajar para Alemanha com sua obra “Reservado”. Ele conta a história de um moleque de favela que vai receber uma notícia trágica. Teve também “Kauira, Dorme”, dos artistas Diego Torres e Lucas Andrade, que traz uma índia como protagonista da história.

PerifaCon : Il faut parler de Alexandre Ribeiro, qui a lancé une “vaquinha” (cagnotte) pour se rendre en Allemagne avec son livre “Reservado”. Il y parle de la triste vie d'un gamin des rues. Il y a eu aussi “Kauira, Dorme” de Diego Torres et Lucas Andrade, une BD dont la protagoniste est une indienne.

GV: Gros succès, beaucoup d'interviews, de bonnes répercussions… Il y aura une autre édition ?

PerifaCon: Claro que sim! Como disse, entendemos que existe uma demanda e estamos à procura de empresas que possam patrocinar o PerifaCon para que ela possa chegar em mais lugares.

PerifaCon : Bien sûr que oui ! Comme je l'ai dit, nous avons compris qu'il existe une demande et nous recherchons maintenant des entreprises qui puissent sponsoriser la PerifaCon pour qu'elle puisse aller dans beaucoup d'endroits.

==========
Plus d'informations sur le site de l'événement : perifacon.com

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site