Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le phénomène Ivan Golounov, bref moment de solidarité et d'euphorie dans la Russie de Poutine

Ivan Golounov, un reporter d'investigation de Meduza, a été arrêté le 6 juin et libéré le 11 juin sans charges après un tollé public // Evgeny Feldman pour Meduza, under CC BY 4.0

Choqués par l’arrestation du journaliste d'investigation de premier plan Ivan Golounov le 6 juin, la société civile et les médias indépendants de Russie ont réagi sans attendre en lançant des campagnes coordonnées et des actes individuels de solidarité sans précédent dans les 20 années depuis lesquelles Vladimir Poutine domine la vie politique russe. La démonstration d'indignation d'une telle ampleur, combinée à l'inquiétude du Kremlin sur la cote en baisse de Poutine a conduit à la remise en liberté de Golounov le 11 juin. D'autres actions publiques sont prévues cette semaine à Moscou pour réclamer des sanctions contre les parties prenantes à l'arrestation de Golounov, et prévenir d'autres cas de charges fabriquées contre les critiques du gouvernement russe.

Une des démonstrations les plus précoces et les plus longues de soutien public a été le ‘studio de selfies’ improvisé au n° 38 de la rue Petrovka dans le centre de Moscou, devant le siège de la police municipale moscovite. Pendant plusieurs jours, du 7 au 11 juin, les gens ont patienté des heures pour se faire prendre en photo à cet endroit en signe de solidarité avec Golounov.

Petrovka, 38, en ce moment même

Cette utilisatrice de Twitter présente le 7 juin raconte dans cette courte vidéo qu'elle a compté plus de 110 personnes dans la file d'attente pour la prise de leur selfie à Petrovka 38. Elle utilise l'expression ‘manifestation individuelle’, l'unique forme de manifestation publique ne nécessitant pas une autorisation des autorités locales en Russie.

J'ai compté exactement 100 personnes en rang pour la manifestation individuelle pendant que j'ai tourné cette vidéo à #Petrovka38. Quand j'avais fini, il y en avait environ 110, Les gens protestent contre l'arrestation douteuse du journaliste #IvanGolunov.

De semblables selfies ont été pris dans toute la Russie et mis en ligne en signe de solidarité. Des méthodes plus traditionnelles comme les pétitions en ligne ont recueilli plus de 180.000 signatures, comme pour celle postée sur www.change.org.

La campagne a cependant pris une tournure inattendue et humoristique, comme avec ce restaurant de Iekaterinbourg en Russie centrale qui offrait une bière gratuite à tout client arborant un T-shirt marqué du message désormais iconique “Je suis-nous sommes Ivan Golounov”.

Le restaurant Ogoniok à Iekaterinbourg a promis une bière gratuite à tous ceux qui entrent en T-shirt marqué Je suis – nous sommes Golounov”.

Une telle solidarité a aussi éveillé des échos dans les médias et chez plusieurs célébrités. Le 6 juin, trois journaux importants et plus indépendants, Vedomosti, RBC et Kommersant, se sont mis d'accord pour paraître avec le même message ironique dans exactement la même mise en page, encore une fois du jamais-vu de solidarité médiatique dans la Russie de Poutine. Les numéros ont été épuisés en quelques heures, et sont à présent en vente sur Internet comme objets de collection.

Le 9 juin, Kommersant, Vedomosti et RBC, trois journaux économiques russes de premier plan, ont parus avec des premières pages quasi-identiques en solidarité avec Ivan Golounov, le journaliste arrêté. // Evgeny Feldman pour Meduza, sous CC BY 4.0

Le chanteur populaire Andréï Makarevitch du légendaire groupe de rock Machina Vremeni a pris part à une campagne vidéo (il apparaît à 03'21), en compagnie d'autres célébrités demandant toutes la remise en liberté de Golounov et une enquête honnête. En conséquence, son concert prévu le 12 juin à l'occasion du Jour de la Russie, a été annulé en dernière minute.

Golounov relâché, beaucoup réclament plus de mesures pour sanctionner les membres des forces de l'ordre qui ont monté l'affaire de toutes pièces, mais évoquent aussi d'autres affaires similaires qui ont moins fait parler d'elles, et veulent empêcher que d'autres militants civiques et journalistes indépendants connaissent le même sort.

1 commentaire

  • Sylvain FOULQUIER

    En France, la censure de l’information existe aussi mais d’une manière plus insidieuse. Outre que les réalités sociétales de France et du reste du monde sont largement taboues et qu’y règne la sous-information la plus complète, la majeure partie des médias font la promotion du macronisme. Emmanuel Macron et LREM n’ont nul besoin d’organiser un ministère de la propagande : la plupart des chaînes de TV, des journaux et des chaînes de radio la font volontairement et en permance. Quant aux rares journaux faisant un travail honnête et serieux (Marianne, Causeur, Charlie Hebdo, Tribune juive, et un ou deux autres) ils ne risquent pas de poursuite pénale mais sont marginalisés et en quelque sorte tenus à l’écart. C’est en apparence moins brutal que chez Poutine, mais in fine la désinformation, la sous-information et la mise au pas de toute opposition démocratique fonctionnent quand même à plein régime.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site