Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Yougonostalgie : La vidéo slovène d'une course de vieilles voitures devient virale

Photos sur Wikipédia de voitures apparaissant dans la vidéo : Zastava 101, Renault 4Volkswagen CoccinelleZastava Yugo, Zastava 750, et Polski Fiat 126

Une vidéo produite en Slovénie d'une course de voitures anciennes de l'ex-Yougoslavie est devenue virale dans les Balkans. La vidéo, dans laquelle les modèles de légende des années 70 et 80 se disputent la suprématie, a éveillé l'intérêt des jeunes comme des vieux, apportant une bouffée de nostalgie à tous ceux qui ont vécu l'époque, et inspirant une nouvelle génération de fans de voitures made in Yugoslavia.

Produite par le site de fans automobiles Atmosferci, la courte vidéo “Chargez ! – Une course avec les autos de notre jeunesse” (Na juriš! – Dirka z avtomobili naše mladosti) montre une course entre six modèles populaires qui étaient des marqueurs de statut des classes moyennes à l'âge d'or du socialisme yougoslave. La vidéo comptait plus de 400.000 vues sur YouTube une semaine seulement après sa publication.

Parmi ces voitures, trois modèles sortirent de l'usine yougoslave Zastava de Kragujevac en Serbie, basés sur des modèles du fabricant italien Fiat.

Fast and Furious, version yougoslave

Les six automobiles qui apparaissent dans la vidéo d'Atmosferci et leur description par les trois présentateurs :

  • La Zastava 101, 1972 : “Comme celle que Tito offrit à Brejnev
  • La Renault 4 TL, 1977 : Appelée couramment en diverses langues “4L” et qui était assemblée sous licence française à Novo Mesto en Slovénie pour le marché yougoslave ;
  • La Volkswagen Coccinelle, 1973 : Fabriquée en Allemagne de l'Ouest et “à l'origine sur ordre de Hitler, mais paradoxalement adorée dans le monde entier, peut-être parce qu'elle fut conçue par le génial Ferdinand Porsche”
  • La Yugo, 1983 : Atmosferci proclame que la vieille idée ancrée dans la culture populaire nord-américaine que la Yugo est “une des pires jamais fabriquées” est tout bonnement fausse.
  • La Zastava 750, 1976 : Surnommée “Fičo” en slovène ; petite mais étonnamment spacieuse et capable de faire vroum-vroum avec la même énergie par tous les temps, ainsi que de tracter une caravane.
  • La Polski Fiat 126, 1987 : une icône culturelle en Europe non-occidentale, surnommée “petit fer à repasser” en serbo-croate et macédonien, et “petite puce” en slovène.

Conçues comme des voitures familiales, des versions modifiées de tous ces véhicules ont figuré dans des rallyes automobiles — un sport qui a été le sujet du film culte yougoslave “Nacionalna klasa” (1979).

Le titre de la vidéo d'Atmosferci (“Na juriš!”) était le cri du guerre des partisans yougoslaves. Il évoque la fierté patriotique reposant sur la lutte anti-fasciste couronnée de succès pendant la 2e guerre mondiale et le non-alignement de la Yougoslavie entre les blocs de la guerre froide.

Dans la vidéo, les trois présentateurs et trois célébrités slovènes se coursent en échangeant des propos du genre “Papa en conduisait une”. La vidéo est en slovène et sous-titrée en croate. Mais elle se comprend largement sans paroles, et les résultats de la course apparaissent sous forme de texte à l'écran.

La Yugo, un symbole du bien-être socialiste et de l'harmonie d'avant la guerre

Entre 1986 et 1992, la Yougoslavie exporta plus de 140.000 Yugo aux USA. Conformément à la perception largement répandue dans ce pays que cette voiture était de médiocre qualité, plusieurs films de Hollywood ont mis en scène une Yugo pour son effet tragi-comique dans les poursuites automobiles. C'est ainsi que les personnages de Bruce Willis et Samuel L. Jackson l'échangent contre une Mercedes détournée dans une scène du film à suspense de 1995 “Une journée en enfer“.

Mais pour beaucoup d'ex-Yougoslaves de la Génération X qui ont connu quelques avantages de la vie d'avant l'éclatement de la fédération, ces voitures sont chargées de nostalgie.

Le groupe bosnien de rock Zabranjeno Pušenje a dédié une de ses chansons d'après la guerre à la Yugo 45. Les paroles (on les trouve ici en bosnien et en anglais) racontent comment une famille a réussi à s'acheter la voiture. Dite du point de vue du plus jeune fils, l'histoire explique que le crédit bon marché était accessible à tous pendant le socialisme.

La vidéo tragi-comique suit de près la narration allégorique : jadis l'environnement multi-ethnique en entier utilisait la Yugo 45 pour les corvées comme pour les loisirs ; tout cela a pris fin avec le nettoyage ethnique de la guerre de Bosnie. L'usage ultime de la voiture est de permettre à la famille de fuir sa maison, en emportant seulement “deux sacs plastiques” de possessions, et de se réinstaller dans une autre ville comme réfugiés.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site