Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La bataille pour Istanbul atteint son paroxysme et l'AKP au pouvoir en Turquie a un problème avec la culture populaire

Des visages célèbres alignés en soutien au rival de l'AKP privé de la mairie d'Istanbul. Montage d'images emprunté à Indigodergis.com.

Le 23 juin, Istanbul, la plus grande ville de Turquie devra recommencer un vote déjà gagné par l'opposition, une première depuis 15 ans. Alors que fait rage la bataille pour une ville qui revêt une signification particulière pour le Président Recep Tayyip Erdogan et son parti au pouvoir AKP, la loyauté politique des pop-stars turques fait figure de fascinante intrigue secondaire.

Le parti turc d'opposition CHP a remporté les élections municipales dans les trois plus grandes villes de Turquie, İstanbul, Ankara, et İzmir, lors du scrutin du 31 mars.

La désaffection croissante pour l'AKP dans ces trois villes dont la population additionnée est de 25 millions était déjà visible dans d'autres votes ces dernières années.

Mais le 6 mai, le YSK (le Conseil électoral suprême) a décidé d’annuler les résultats de l'élection d'Istanbul et de priver le vainqueur Ekrem İmamoglu de son mandat. Le Conseil a convoqué une nouvelle élection fixée au 23 juin.

La période précédant le nouveau vote aura été extrêmement tendue. Le 16 juin, Ekrem Imamoglu du CHP et le candidat de l'AKP Binali Yildirim se sont même affrontés dans un débat pré-électoral télévisé, du jamais-vu dans des élections quelconques depuis plus d'une décennie.

Finie l'idylle avec les pop-stars

Imamoglu a férocement critiqué la décision du YSK et accusé le Conseil de partialité en faveur de l'AKP. Dans son allocution après la perte de son mandat, il a aussi dénoncé l'érosion des libertés en Turquie et réclamé une plus grande liberté d'expression pour les médias, les entreprises et la culture populaire.

Ce fut un cri de ralliement, et quelques-uns des musiciens les plus populaires de la Turquie, comptant des millions de fans sur les réseaux sociaux, y ont répondu.

Des stars comme le chanteur mondialement connu Tarkan, l'auteur de BD Neil Gaiman et l'actrice porno Stoya ont donné un fort soutien à Imamoglu, en reprenant son hashtag de campagne #Herşeyçokgüzelolacak’ (Tout sera merveilleux).  

Je n'ai pas dormi la nuit dernière.
Allez, la lumière de l'horizon au matin était plus claire que jamais.
Je comprends, #ToutSeraMerveilleux

“#ToutSeraMerveilleux” Bonne chance la Turquie

Après la décision de l'YSK d'annuler illégalement, la communauté artistique a laissé parler son cœur. Le courage est vraiment contagieux.

Culture populaire sur liste noire et iftars politiques

La direction politique de l”AKP a saisi l'importance du glissement. Ses succès électoraux depuis 2002 étaient bâtis sur de larges coalitions de soutiens avec de solides appuis des milieux d'affaires et des vedettes populaires s'additionnant à sa base traditionnelle socialement conservatrice.

Quelques jours à peine après les prises de position des stars en faveur d'Imamogulu, un bureaucrate de haut rang de l'administration présidentielle, Muhammet Safi, a tweeté une liste manuscrite de tous les musiciens et acteurs ayant partagé le hashtag #herşeyçokgüzelolacak, assortie des mots “pour info”.

La liste a été rapidement critiquée comme étant une “liste noire” et comprise comme un nouveau coup de semonce contre la liberté d'expression en Turquie.

Screenshot

Capture d'écran/Twitter

Le Président Erdogan a jeté son poids politique dans la bataille pour faire élire Yildirim maire de la ville qu'il a lui-même dirigée de 1994 à 1998.

S'adressant aux journalistes place Taksim le 12 mai, il a dénoncé la décision des artistes célèbres de se prononcer en soutien à Imamoglu.

Comment expliquer cela ? L'artiste parle avec son art, (et ne devrait) pas faire de la lèche à des gens comme (Imamoglu). Le 23 juin, nous aurons le plaisir d'être à nouveau contre les gouverneurs…Nous avons de grands projets et de grands rêves pour Istanbul.

Un des événements annuels régulièrement utilisés par Erdogan pour afficher le soutien des célébrités à son gouvernement est le dîner d'Iftar du 20ème jour du Ramadan.

Les années passées, on lui avait reproché d'exploiter l'éclat du chanteur-star travesti Bülent Ersoy au dîner, mettant de côté pour un soir la répression aussi ancienne que constante des groupes LGBT par son gouvernement.

Cette année encore Erdogan et son épouse ont dîné avec les pop-stars qui le soutiennent.

Le président Recep Tayyip Erdoğan a assisté au programme de l'iftar avec des artistes et des sportifs au palais de Dolmabahçe avec son épouse Emine Erdoğan.

Durant son discours au dîner du 25 ami, il a parlé des artistes comme de “ceux que chacun doit traiter avec honneur” et a réitéré ses critiques transparentes des stars qui avaient soutenu Imamoglu.

“La situation dans laquelle nos artistes et sportifs et sportives sont (impliqués dans) les débats politiques nous attriste beaucoup”, a déclaré Erdogan. “Les artistes doivent parler avec leur art, les vedettes des sports doivent parler avec leur sport”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site