Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Chine se dirige-t-elle vers une nouvelle révolution culturelle ? Entretien avec le professeur Xu Youyu

Le 18 mai 1989, des étudiants de l'Université de Pékin se mobilisent en nombre sur la place Tiananmen et entament une grève de la faim illimitée dans le cadre des manifestations pro-démocratie contre le gouvernement chinois qui agitent le pays. Catherine Henriette/AFP/Getty Images. Photographie historique, reproduite sous condition d'usage loyal.

Cette interview menée par Filip Jirouš a initialement été publiée en tchèque sur Sinopsis.cz dans le cadre d'une série d'articles sur le 30ème anniversaire du massacre de Tiananmen. Une version éditée est publiée ci-dessous dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Xu Youyu est un chercheur en sciences politiques ayant mené d'importants travaux sur la révolution culturelle en Chine. Proche des étudiants qui s'étaient mobilisés au sein du mouvement pro-démocratie de 1989, il était resté jusqu'au tout dernier moment sur la place Tiananmen avant que le massacre ne commence le 4 juin 1989. Il est l'un des signataires de la Charte 08, un manifeste réclamant une réforme constitutionnelle en Chine. Il fut brièvement détenu en mai 2014 pour avoir organisé un séminaire sur les événements du 4 juin et est depuis novembre 2015 professeur invité à l'université privée The New School à New York.

Sinopsis.cz a interviewé Xu Youyu sur son expérience des manifestations de 1989 et ses vues sur le climat social en Chine aujourd'hui.

Sinopsis (S) : 2019 marque le 30ème anniversaire du massacre de Tiananmen. Que ressentez-vous à cette occasion particulière ?

Xu Youyu (Xu): I feel sad. Justice has not been served to those who were killed, suppressed and jailed. Those who were exiled still can not return to their homeland.

Xu Youyu (Xu) : Je me sens triste. Justice n'a pas été rendue aux personnes tuées, muselées et emprisonnées. Ceux qui se sont exilés ne peuvent toujours pas rentrer chez eux.

S : Le mouvement pro-démocratie de Tiananmen a débuté le 15 avril 1989. Quand avez-vous commencé à observer ce mouvement ? Quand avez-vous commencé à y prendre part ?

Xu: I have forgotten when exactly. Between April 15 to 20, I started observing student protests and rallies in streets. By May, I participated in all kinds of rallies. I hoped the government could take students’ demand positively and resolve the conflicts and antagonism according to the law.

Xu : J'ai oublié la date exacte. J'ai commencé à observer les manifestations étudiantes et les rassemblements dans les rues entre le 15 et le 20 avril. En mai, j'ai participé à toutes sortes de rassemblements. J'espérais que le gouvernement réponde positivement aux demandes des étudiants et désamorce les tensions et antagonismes en conformité avec la loi.

S : Croyiez-vous alors au succès du mouvement pro-démocratie de 1989 ? Ou, dès le début, aviez-vous pressenti qu'il échouerait ?

Xu: I consider it successfully if the student protests were not repressed. That’s why I don’t think […] that the movement was doomed to fail but that it had a number of opportunities to be successful. The best opportunity was during Mikhail Sergeyevich Gorbachev’s China visit. The students could have retreated from the Tiananmen Square and returned to the campus. By end of May, the radical voices always gained a upper hand than the rational voices among the sit-in students in the Tiananmen Square. There wasn’t any legitimate leaders in the Square, if things got out of control, the consequences would be disastrous.

Xu : J'aurais considéré qu'il était réussi si les manifestations estudiantines n'avaient pas été réprimées. C'est pourquoi je ne pense pas […] que le mouvement était voué à l'échec, au contraire il avait plusieurs chances d'aboutir. La meilleure opportunité pour cela était la visite de Mikhaïl Sergeïevich Gorbatchev en Chine. Les étudiants auraient pu se retirer de la place Tiananmen et retourner sur leurs campus. À la fin du mois de mai, dans les rangs des étudiants qui participaient au sit-in place Tiananmen, les voix les plus radicales l'emportaient sur les voix plus rationnelles. Il n'y avait aucun chef de file légitime sur la place, et en cas de dégradation de la situation, les conséquences étaient vouées au désastre.

S : Êtes-vous resté sur la place jusqu'au bout ? Quelle était l'ambiance parmi les activistes ?

Xu: I retreated with the last group of students from the Southeast corner of the Square. People were in anguish and depressed.

Xu : Je me suis retiré avec le dernier groupe d'étudiants à l'angle sud-est de la place. Les gens étaient angoissés et abattus.

S : Vous avez tenté de convaincre les activistes étudiants d'évacuer la place Tiananmen avant que les chars n'arrivent. Pourquoi ? Aviez-vous pressenti qu'une tragédie allait se passer ? Comment ont-ils réagi ?

Xu: I tried to persuade the students to retreat from the Square and return back to school near the end of May. I told them the military troops had started to mobilize and would start cracking down on the protests. Two postgraduate students from Beijing Steel and Iron Institute in the sit-in area rebuked me: “How could people’s army repress its own people?”

Xu : J'ai essayé de convaincre les étudiants d'évacuer la place et de retourner en cours dès la fin du mois de mai. Je leur ai dit que les troupes militaires avaient commencé à être mobilisées et seraient bientôt déployées pour réprimer les manifestations. Deux doctorants de l'Institut de l'acier et du fer de Pékin [devenu l'Université des Sciences et de la Technologie] qui participaient au sit-in m'ont rétorqué : « Comment l'Armée populaire pourrait-elle réprimer son propre peuple ? »

S : Beaucoup ont qualifié le mouvement pro-démocratie de 1989 de mouvement étudiant. Pourtant, on y trouvait également des professeurs, des ouvriers, des officiers de police et des soldats qui soutenaient les jeunes présents sur la place. Parmi ces groupes, y avait-il des divergences de point de vue et de ressenti ?

Xu: People from all walks of life supported the students and expressed their sympathy. Among the supporters, the intellectuals spent more time reminding the students to take care of themselves and their bodies. They reminded the students to take long term considerations and avoid unnecessary sacrifice. They told them the path to democracy is very long and they had to be persistent.

Xu : Des gens issus de tous les milieux ont soutenu les étudiants et exprimé leur solidarité. Parmi eux, les intellectuels ont passé la plupart de leur temps à rappeler aux étudiants de prendre soin d'eux et de leur santé. Ils leur ont conseillé d'avoir une réflexion à long terme et d'éviter les sacrifices inutiles. Ils leur ont dit que le chemin vers la démocratie était très long et qu'ils devaient persévérer.

S : Êtes-vous en contact avec d'autres signataires de la Charte 08 ? Certains regrettent-ils de l'avoir signée ? [Note de l'auteur : cet appel public à une réforme de la Constitution a été initiée par Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la Paix emprisonné pour avoir soutenu le mouvement étudiant en faveur de la démocratie de 1989. Liu Xiaobo est décédé en juillet 2017 lors de son quatrième séjour en prison.]

Xu: We are still in contact and no one regrets.

Xu : Nous sommes toujours en contact, et personne n'a de regret.

S : Vous avez participé à la cérémonie d'inauguration du buste en laiton de Liu Xiaobo [en] à Prague. Qu'avez-vous pensé de cet événement ?

Xu: First of all, the brass bust is an invaluable piece of art. It touches and shakes the heart of the audience. Secondly, I am impressed to see that fact that people from the Czech Republic and Europe would commemorate Liu Xiaobo and support China’s democratic movement with such an affectionate manner. I learned during that ceremony that a number of Chinese fellows had traveled a long way to Prague for the unveiling ritual, I am so moved.

Xu : Tout d'abord, ce buste en laiton est une œuvre d'art inestimable. Il touche et bouleverse le cœur du public. Par ailleurs, je suis impressionné de voir des personnes en République tchèque et en Europe commémorer Liu Xiaobo et soutenir le mouvement en faveur de la démocratie en Chine avec tant de dévouement. J'ai appris au cours de la cérémonie qu'un certain nombre de mes concitoyens chinois s'étaient déplacés de très loin jusqu'à Prague pour l'inauguration, j'en étais très touché.

S : Dans une interview accordée à China Change, vous avez déclaré que le pire était à venir. Que voulez-vous dire par là ? La situation actuelle en Chine est-elle si désespérée ?

Xu: China is now moving towards the Cultural Revolution, moving towards North Korea. The worst would be it has returned to the Cultural Revolution Era and turned into another North Korea. There is still space for getting worse.

Xu : La Chine se rapproche aujourd'hui de la révolution culturelle, de la Corée du Nord. Le pire scénario serait qu'elle retourne à l'époque de la révolution culturelle et devienne une nouvelle Corée du Nord. La situation pourrait encore empirer.

S : Vous vivez aujourd'hui à l'étranger. Êtes-vous en exil ? Pourquoi avoir choisi de quitter le pays ?

Xu: I am not in exile. I have been invited by the New School in New York as a visiting researcher, similar to a previous arrangement. The environment here is very good for conducting research and I can observe the development of China from a new perspective. Hence I would like to stay here for a bit longer.

Xu : Je ne suis pas en exil. J'ai été invité par l'Université New School à New York en tant que chercheur invité, comme je l'ai déjà été par le passé. L'atmosphère y est propice à la conduite de mes recherches et je peux observer le développement de la Chine avec une autre perspective. Par conséquent, j'aimerais y rester plus longtemps.

S : Si vous aviez une année pour gouverner la Chine, quel type de réforme engageriez-vous ?

Xu: First, release all the political prisoners. Then open up freedom of press and freedom to form political parties.

Xu : Tout d'abord, libérer tous les prisonniers politiques. Puis, garantir la liberté de la presse et la liberté de former des partis politiques.

S : Comment l'Occident peut-il aider à résoudre la situation en Chine ?

Xu: Pay attention to the Chinese human rights situation and support Chinese people who advocate for and defend their own rights.

Xu : Suivez de près la situation des droits humains dans le pays et soutenez les Chinois qui militent et défendent leurs propres droits.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site