Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

@NativeLangsTech : Margaret Noodin et l'anishinaabemowin, du 25 au 31 juillet 2019

Photographie fournie par Margaret Noodin. De gauche à droite : Margaret Noodin, Fionna Noori et Shannon Noori.

En 2019, dans le cadre d'une campagne de célébration de la diversité linguistique sur les réseaux sociaux, nous avons décidé d'inviter des militants linguistiques amérindiens et des Premières Nations à piloter le compte Twitter @NativeLangsTech et à partager leur expérience sur la revitalisation et la promotion de leurs langues. Margaret Noodin (@OjibweNet) nous explique ce qu'elle a l'intention de discuter pendant sa semaine.

Rising Voices (RV) : Pouvez-vous nous parler de vous ?

I am a speaker and teacher of Anishinaabemowin originally from Minnesota and teaching now in Wisconsin. I am the mother of two brilliant daughters who often text me in Anishinaabemowin. I am also a Professor of English and American Indian Studies and the Director of the Electa Quinney Institute for American Indian Education. My book Bawaajimo: A Dialect of Dreams in Anishinaabe Language and Literature focuses on fiction by Anishinaabe authors and Weweni is a collection of bilingual poems in Ojibwe and English. In Milwaukee I work with Indian Community School, the Urban Ecology Center and the Milwaukee Water Commons to support indigenous ideas and ways of life in our city. I sing with Miskwaasining Nagamojig (the Swamp Singers) a women’s hand drum group and Minowakiing Chibizhiwag (the Milwaukee Panthers) whose lyrics are all in Anishinaabemowin (Ojibwe).

Je parle et j'enseigne l’anishinaabemowin. Je suis originaire du Minnesota, mais j'enseigne maintenant dans le Wisconsin. Je suis la mère de deux filles géniales qui m'envoient souvent des sms en anishinaabemowin. Je suis également professeure d'anglais et d’études amérindiennes, et directrice de l'Institut Electa Quinney pour l’éducation amérindienne. Mon livre Bawaajimo : un dialecte des rêves dans la langue et la littérature anishinaabe (non traduit en français) traite de la fiction écrite par des auteurs anishinaabe, et mon livre Weweni est une collection de poèmes bilingues en ojibwé et en anglais. À Milwaukee, je travaille avec l’École communautaire indienne, le Centre de l'écologie urbaine et le Centre des ressources en eau communales pour soutenir les idées et les modes de vie autochtones dans notre ville. Je chante avec Miskwaasining Nagamojig (les Chanteuses du marais), un groupe de tambours à main féminin, et Minowakiing Chibizhiwag (les Panthères de Milwaukee) dont les paroles sont toutes en anishinaabemowin (ojibwé).

RV : Quel est l'état actuel de votre langue sur et en dehors d'Internet ?

Anishinaabemowin is a term used to connect Ojibwe, Odawa and Potawatomi languages. Ojibwe and Odawa have several thousand speakers and online dictionaries. Potawatomi is the most endangered language in this group. It is frightening to consider the large percent of speakers over 70, but it is inspiring to see the many paths to learning used by youth today which include traditional songs and ceremony as well as sites in the social media landscape.

L'anishinaabemowin est un terme utilisé pour rassembler l'ojibwé, l'odawa et le potawatomi. L'ojibwé et l'odawa comptent plusieurs milliers de locuteurs et des dictionnaires numériques. Le potawatomi est la langue de ce groupe dans l'état le plus critique. Le nombre élevé de locuteurs de plus de soixante-dix ans est effrayant, mais c'est aussi une inspiration que de constater les nombreux chemins empruntés par les jeunes aujourd'hui pour apprendre la langue, dont des chansons et des cérémonies traditionnelles ainsi que des sites de médias sociaux.

RV : Sur quels sujets allez-vous communiquer sur le compte @NativeLangsTech ?

I plan to share the ways Anishinaabemowin is part of everyday life during the week I manage the account.

Pendant cette semaine, je prévois de partager les façons dont l'anishinaabemowin fait partie de notre vie quotidienne.

RV : Qu'est-ce qui motive votre militantisme linguistique pour l'anishinaabemowin ? Qu'espérez-vous pour votre langue ?

My motivation is to be part of the language chain being created by the account this year and my hope is that the language will reach a wider audience giving visibility to the diversity of language on earth.

Ma motivation est de faire partie de la chaîne de langues créée par ce compte cette année, et mon espoir est que la langue atteindra un public plus large et donnera plus de visibilité à la diversité linguistique de la terre.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site