Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Sibérie brûle et la Russie suffoque

Des pompiers combattant un feu de forêt en Sibérie. De la vidéo YouTube de la chaîne Euronews “Лесные пожары не тушат из-за экономии средств” [“Les incendies de forêt ne sont pas éteints à cause des moyens économiques”, NdT]

D'immenses incendies de forêt ont touché la Sibérie, essentiellement dans les républiques de Bouriatie [fr], et de Sakha [fr] et autour d'Irkoutsk et de Krasnoïarsk. Selon Greenpeace, plus de quatre millions d'hectares brûlent, soit une superficie plus grande que la Belgique. Les vastes forêts boréales, parfois appelées les “poumons de l'hémisphère nord”, sont menacées.

Depuis près de deux semaines, des images de forêts en train de flamber ont été diffusées sur l’Internet russe ainsi que des images satellites montrant l'étendue de l'incendie, accompagnées des mots-clics #сибирьгорит (“la Sibérie brûle”), #гориттайга (“la taïga brûle”), #потушитесибирь, (“Éteignez la Sibérie”) et #мирспасисибирь (“Que le monde sauve la Sibérie”)

Les commentateurs sont furieux que les autorités locales n’aient pas commencé à combattre les incendies plus tôt. Bien qu'ils ne soient pas rares en Sibérie, les climatologues ont déclaré que ceux de cette année se propageaient de manière particulièrement agressive à cause d’une combinaison de vents puissants et d’un été exceptionnellement chaud. La lenteur à agir pourrait également s'expliquer par le fait que les incendies ont touché des régions éloignées.

Selon Alexander Uss [ru], gouverneur de la région de Krasnoïarsk, il n'est pas pratique de lutter contre les incendies dans des régions aussi éloignées. Lors d’une conférence à un forum de jeunesse organisée le 29 juillet dans une université sibérienne, A. Uss a ajouté que les forêts “se régénéraient naturellement”, que les incendies de forêt étaient “un phénomène naturel courant” et que les combattre n’avait “aucun sens et [qu’]il pourrait même être nocif d’essayer de le faire”.

Mais il n'y a pas de feu sans fumée. Ces derniers jours, cette fumée s’est élevée au-dessus des villes sibériennes telles que Novossibirsk et Tomsk, où le personnel médical a signalé une augmentation du nombre d'appels d'ambulances et de patients souffrant d'hypertension artérielle à cause de la pollution de l'air. Des habitants aussi loin à l'ouest que le Tatarstan et aussi au sud que le Kazakhstan ont également signalé des difficultés respiratoires ; ils partagent des images de fumées épaisses dans leurs régions via Instagram. D'autres partagent des selfies dans lesquels ils portent des masques respiratoires [ru] portant les mots “La Sibérie brûle”.

Une internaute a partagé l'expérience de ses proches vivant dans une ville de la région d'Irkoutsk :

говорила сейчас с сестрой, она живет и работает в Усть-Илимске. дышать там нечем совершенно, все сидят в закрытых квартирах с увлажнителями воздуха и терпят. я не нашла информации по погибшим (а в пожары городские люди часто гибнут не от огня, а от сердца, вспомните пожары в Центральной России 2011 года. но умирающие от сердца на счет пожара и совесть властей не пойдут)

Je viens de parler avec ma sœur, elle vit et travaille à Ust-Ilimsk. C’est vraiment impossible de respirer là-bas ; tout le monde est enfermé chez soi avec des humidificateurs d’air et tout le monde souffre. Je n'ai trouvé aucune information sur les victimes (et lors d'incendies, les citadins ne meurent souvent pas des flammes mais de [complications cardiaques], souvenez-vous des incendies survenues en Russie centrale en 2011.

— Oksana Vasyakina, Facebook, 29 July 2019

Une autre internaute a écrit un compte-rendu effrayant de ce qui attend les habitants de ces endroits :

Населённые пункты на запад от горящих лесов поглотил густой дым. Люди дышат токсичными продуктами горения. Наверное, вы знаете, что, когда пожарные входят в горящий дом, на них надеты специальные маски, чтобы они не задохнулись от угарного газа. По этой же причине во время пожара в помещении рекомендуется дышать через мокрую тряпку. Но это делают, когда горят только здания, из которых можно выбраться и начать дышать свежим воздухом, а сейчас пламенем охвачены гигантские лесные массивы, а смог от этих пожаров распространяется на тысячи километров. Людей до сих пор не начали эвакуировать, из-за этого они сильно пострадают. […] Многие последствия могут проявляться не сразу, а через несколько недель. Это бомба замедленного действия.

Les lieux habités à l'ouest des forêts en feu sont enveloppés d'un épais brouillard. Les gens respirent les émissions toxiques des incendies. Vous savez probablement que, lorsque les pompiers pénètrent dans une maison en flammes, ils portent des masques spéciaux pour ne pas suffoquer par le monoxyde de carbone. C’est la raison pour laquelle il est recommandé de respirer à travers un chiffon humide en cas d’incendie. Mais cela se fait quand un seul bâtiment est en flammes, dont on peut s'échapper pour respirer de l’air frais. Mais maintenant, les flammes couvrent de gigantesques forêts et la fumée de ces incendies s'étend sur des milliers de kilomètres. Les gens n’ont toujours pas commencé à être évacués, ils souffrent sérieusement. […] Beaucoup de symptômes ne se manifestent pas immédiatement, mais après plusieurs semaines. C’est une bombe à action lente.

— Alexandra Kukulina, Facebook, 28 July 2019

La journaliste bouriate basée à Saint-Pétersbourg, Alexandra Gamarzhapova, a évoqué la crise dans sa région d'origine :

Больше 3 млн га леса прямо в эти минуты горит в Сибири. В моей родной Бурятии введен режим ЧС.

Мы привыкли, что людям в общем-то друг на друга плевать (чиновников, которые отказывается тушить пожары, терпим мы с вами), но звери-то и леса тут причем?

Сотни тысяч животных гибнут сейчас, потому что человек говорит, что тушить пожары дорого.

Я присоединяюсь ко флешмобу #сибирьгорит и верю, что если нас, неравнодушных, будет миллионы, власти начнут борьбу с огнем.

P.S. За виртуальные флешмобы пока не сажают, так что присоединяйтесь.

Plus de trois millions d'hectares brûlent en Sibérie en ce moment-même. L'état d'urgence a été instauré dans ma région natale, la Bouriatie.

Nous sommes habitués à ce que les gens se fichent les uns des autres (les fonctionnaires qui refusent d’éteindre le feu : nous souffrons avec vous), mais pourquoi les animaux et les forêts doivent-ils souffrir ?

Des centaines de milliers d'animaux meurent en ce moment, parce qu'un homme a dit qu'il était trop coûteux d'éteindre les incendies ?

Je me joins à la flashmob #LaSibérieBrûle et je pense que si des millions d’entre nous n[‘y] sont pas indifférents, les autorités vont commencer à combattre le feu.

P.S. Ils n’emprisonnent pas encore les gens pour des flashmobs virtuelles, alors venez vous joindre à nous.

— Alexandra Garmazhapova, Facebook, 30 July 2019

Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles Alexander Uss est probablement l'homme le moins populaire de Russie à l'heure actuelle. C’est aussi pourquoi 780 000 personnes ont signé une pétition en ligne le 31 juillet demandant au gouvernement l’instauration de l’état d’urgence en Sibérie [ru].

Néanmoins, les déclarations d’A. Uss ont une base juridique. Comme le quotidien russe Vedomosti l'a noté [ru], de nombreuses zones éloignées où les incendies se sont déclarés sont des «zones de contrôle», terme introduit en 2015. En raison de leur éloignement des zones de peuplement et des infrastructures essentielles, les autorités locales ne sont pas obligées de lutter contre les incendies de forêt dans ces endroits, ce qui leur permet d'économiser de l'argent et des ressources. Grigory Kukshine, de Greenpeace, a toutefois indiqué à [ru] Sibir.Realii que de nombreuses zones de contrôle étaient loin d’être inhabitées et que près de 90% des incendies de forêt en Russie de l’été dernier se sont produits dans de telles zones. La Douma d’État, le parlement russe, envisage maintenant de revoir [ru] les “zones de contrôle”.

Les autorités commencent donc à répondre à la demande du public. Le 29 juillet, Rosleskhoz, l’agence forestière russe, a annoncé [ru] que des unités et des avions militaires avaient commencé à éteindre le feu. Mais cela semble trop peu et trop tard. Comme ce fut le cas lors des récentes inondations dans la région d’Irkoutsk, en Sibérie, les commentateurs russes lient déjà la réponse du gouvernement à des questions plus larges de responsabilité et de relations entre la société et l’État. À cette situation s’ajoute la proposition d’aide du président Vladimir Poutine à la Grèce pour lutter contre les incendies de forêt le 24 juillet [ru].

Il est important de noter que de nombreuses régions touchées souffrent déjà de problèmes écologiques, ce qui signifie que les mouvements écologiques existants (tels que le mouvement “Ciel clair” de Krasnoïarsk contre la pollution de l’air) ont joué un rôle important dans la mobilisation des habitants pour faire entendre leur voix.

Donc, l'idée que la lutte contre les incendies de forêt n'est “pas rentable sur le plan économique” résonne chez les personnes qui soupçonnent que c'est la façon dont le gouvernement voit leurs problèmes antérieurs. En fait, cette phrase est devenue un mème [ru], dans un esprit similaire à celui de Dmitri Medvedev : “Il n’y a pas d’argent, mais tenez bon et bonne journée”, avait déclaré le Premier ministre russe aux retraités de Crimée en 2016.

Ils nous disent qu’il n’est pas rentable d’éteindre la taïga de Krasnoïarsk. Mais les millions des salaires de Setchine, Miller, Kostine, sont-ils rentables ? Ou peut-être la construction d'une nouvelle résidence pour [le patriarche orthodoxe russe] Kirill pour près de trois milliards de roubles, est-ce rentable ? Avez-vous tous perdu la tête à Moscou ? Avez-vous oublié qui a sauvé vos culs des griffes des fascistes en décembre 1941 ? Nous, le peuple sibérien, exigeons une opération à grande échelle pour éteindre nos forêts, en utilisant toutes les forces du ministère des Situations d'urgence et du ministère de la Défense.

De même, le militant libertaire Mikhail Svetov, qui dirige une chaîne populaire sur YouTube, a lié le mécontentement au sujet des incendies de forêt à d'autres préoccupations :

Il n’est pas rentable d’éteindre la taïga. Mais il est rentable de consacrer 216 milliards de dollars à l'entretien de la garde nationale. Il est rentable d'empoisonner les enfants avec des décharges et d'envoyer des déchets toxiques à Chiyes. Alors que nous défendons la Russie et notre avenir, ils se battent pour avoir le droit de ravager notre pays.

Fidèles à leur habitude, certains internautes ont transformé la tragédie en une farce avec leur esprit acerbe :

C'est anti-patriotique de dire “feux de forêts”.
Comme tout le monde le sait :
Ce n'est pas une explosion, mais une boule de coton.
Ce n'est pas une inondation, mais une augmentation du niveau de l'eau.
Ce n'est pas une catastrophe aérienne, mais un atterrissage brutal.
Ce n'est pas la misère , mais une croissance négative des revenus.
C'est pourquoi ce ne sont pas des incendies de forêt, mais un écran de fumée contre les satellites espions de l'OTAN.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site