Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

@ActLenguas : Genner Llanes Ortiz intègre art et internet dans la diffusion du maya

Photographie fournie par Genner Llanes Ortiz.

En 2019, nous avons décidé d’inviter différents hôtes à gérer le compte Twitter @ActLenguas et à partager leurs expériences en matière de revitalisation et de promotion de leur langue natale. Dans cet article, vous en saurez un peu plus sur Genner Llanes Ortiz et les sujets qu’il compte aborder pendant sa semaine en tant qu’hôte.

Rising Voices (RV) : Parlez-nous de vous…

Soy un antropólogo maya yucateco y siempre he estado involucrado en el trabajo con comunidades y con organizaciones de la sociedad civil. De pequeño, no me enseñaron la lengua, pero la he ido re-aprendiendo en espacios de organización política y movilización cultural. A principios de este siglo, salí de mi región para estudiar y luego trabajar, pero siempre regresa mi corazón y mi anhelo a la tierra donde nací. En las redes sociales, escribí un blog, y compilé contenidos relacionados con la cultura y la lengua maya. También, he promovido campañas virtuales de visibilización de los pueblos e individuos mayas, junto con otros activistas. Más recientemente, compilé una lista de canciones en lenguas mayas en Spotify y de videos musicales en YouTube. Actualmente trabajo como profesor en la Universidad de Leiden en Holanda..

Je suis un anthropologue maya du Yucatan et j'ai toujours travaillé en collaboration avec des communautés et des organisations de la société civile. Lorsque j’étais enfant, on ne m’a pas inculqué la langue, mais je l’ai réapprise dans des espaces d'organisation politique et de mobilisation culturelle. J’ai quitté ma région au début du siècle pour faire des études puis travailler, mais mon cœur et mon affection reviennent toujours à la terre qui m’a vu naître. Quant aux réseaux sociaux, j’ai créé un blog et j’y ai compilé des contenus liés à la culture et à la langue mayas. J’ai également participé, en collaboration avec d’autres militants, à des campagnes sur Internet pour mettre en avant les peuples et les individus mayas. Plus récemment, j’ai élaboré une playlist de chansons en langues mayas sur Spotify et une autre de vidéo-clips sur YouTube. A l'heure actuelle, je suis professeur à l’Université de Leyde, en Hollande.

RV : Quelle est la situation actuelle de votre langue sur et en dehors d'Internet ?

La lengua maya fue el idioma predominante de comunicación cotidiana en la península de Yucatán hasta mediados del siglo XX. Desde entonces, ha ido perdiendo hablantes a una velocidad acelerada. A pesar de los discursos de gobierno, predomina la discriminación hacia los maya-hablantes, lo cual desanima la transmisión de la lengua a las generaciones más jóvenes. La lengua maya se usa en la enseñanza básica, y cuenta con literatura, música y otros medios que circulan de manera limitada. El uso de la lengua en línea ha aumentado en los últimos años pero aún falta mucho por hacer.

Jusqu'au milieu du XXème siècle, la langue maya était la langue de communication la plus utilisée au quotidien dans la péninsule du Yucatan. Au fil du temps, elle a très rapidement perdu des locuteurs. En dépit des discours du gouvernement, la discrimination à l'égard des locuteurs mayas est toujours d'actualité et cela décourage la transmission de la langue aux jeunes générations. La langue maya est utilisée dans l'éducation élémentaire et il y a aussi des livres, de la musique et d'autres supports, mais ils ne circulent pas beaucoup. Même si la langue est plus présente sur internet ces dernières années, il reste encore beaucoup à faire.

RV : Sur quels sujets allez-vous communiquer sur le compte @NativeLangsTech ?

En mi participación en esta campaña planeo compartir reflexiones sobre el papel de las artes en la revitalización de lenguas indígenas y otros idiomas minorizados en el mundo, sobre los factores más complejos que influyen en la pérdida de hablantes, así como sus efectos más dañinos. También compartiré ejemplos interesantes de comunidades lingüísticas que trabajan por la revaloración y la sostenibilidad de sus idiomas, tanto en América Latina como en otras regiones del mundo.

Dans le cadre de ma participation à cette campagne, j'envisage de partager des réflexions sur le rôle des arts dans la revitalisation des langues autochtones et autres langues minoritaires dans le monde, mais aussi sur les éléments plus complexes qui contribuent à la perte de locuteurs et sur leurs conséquences les plus nuisibles. Je partagerai également des exemples intéressants de communautés linguistiques qui œuvrent pour la réévaluation et la durabilité de leurs langues en Amérique latine, mais aussi dans d'autres parties du monde.

RV : Qu'est-ce qui motive votre militantisme linguistique pour le maya ? Qu'espérez-vous pour votre langue ?

A lo largo de estos años, al igual que otros compañeros y compañeras activistas, me ha quedado claro que las lenguas que no se hablen en el espacio familiar, no sobrevivirán la discriminación. Pero “hablar” las lenguas también significa hacerlas visibles en público, tanto en la escuela y el gobierno como en los medios de comunicación. Antes del internet, la circulación de materiales escritos en lenguas indígenas requería de recursos y herramientas que muchos hablantes no tenían. La web 2.0 cambió radicalmente esto. Hacer públicos los idiomas indígenas implica escribirlos, cantarlos, declamarlos, actuarlos, animarlos, comentarlos, etc. Espero que la transformación de los medios nos dé mayores posibilidades de “ver” nuestros idiomas más frecuentemente, tanto en línea como en la calle. Mi sueño es poder contribuir a que esto suceda.

Au fil des années, il m'est apparu évident, tout comme à d’autres camarades militants, que les langues qui ne sont pas parlées dans le cadre familial ne survivront pas à la discrimination. Mais “parler” des langues veut également dire qu'il faut les utiliser en public, aussi bien à l'école et par les dirigeants que dans les médias. Avant l'ère Internet, la circulation de textes écrits en langues indigènes dépendait de ressources et d'outils que beaucoup de locuteurs ne possédaient pas. Le Web 2.0 a radicalement changé cela. Rendre publiques les langues indigènes, cela implique de les écrire, les chanter, les réciter, les jouer, les encourager, les commenter, etc. J'espère que la transformation des moyens de communication offrira une plus grande visibilité à nos langues, tant sur Internet que dans la vie de tous les jours. Mon rêve est de pouvoir contribuer à cela.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site