Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#DisabilityPride à Rome : “Plus d'inclusion pour des milliers de citoyens”

Photographie prise pendant la Disability Pride, extraite du compte Twitter de @alfredoferrante. Reproduite avec l'autorisation de son auteur.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en italien.

Organisée par Disability Pride Onlus, en collaboration avec l’Association nationale des travailleurs mutilés et invalides (ANMIL en italien) et sponsorisée aussi par le Parlement européen et l’Association nationale des municipalités italiennes (ANCI), la deuxième édition de la Disability Pride a eu lieu à Rome le 15 juillet 2019, en présence de milliers de personnes handicapées et de leurs familles, leurs amis et tous les défenseurs de la pleine intégration sociale.

Irene Tartaglia décrit le programme sur finestraperta.it, le portail de l'Union italienne de lutte contre les dystrophies musculaires :

Dopo l’esibizione di skateboard, sedie a ruote e biciclette, il corteo è partito da via dei Fori Imperiali, ha attraversato il centro storico esponendo cartelli e indossando le magliette del Disability Pride con l’hashtag della manifestazione, ed è arrivato a piazza del Popolo, dove la festa si è sviluppata con intrattenimenti e spettacoli, tradotti in lingua dei segni, che si sono protratti fino a tardi.

Après la démonstration de planches à roulettes, fauteuils roulants et vélos, la procession a quitté Via dei Fori Imperiali, traversé le centre historique en arborant des panneaux et des t-shirts de la Disability Pride avec le mot-clic de l'événement, et est arrivée sur la Piazza del Popolo, où la fête s'est développée avec des spectacles et du divertissement traduits en langue des signes, qui se sont poursuivis jusque tard.

L’ACAPO, une coopérative qui mène des activités productives visant à intégrer les personnes handicapées physiques ou mentales dans le monde du travail, a rappelé que l'événement de Rome s'est tenu simultanément avec ceux de New York, Brighton et, pour la première fois, Dakar, et a affirmé que :

C’è ancora bisogno di rivendicare l’effettiva inclusione di migliaia di uomini e donne che quotidianamente lottano contro un mondo di barriere fisiche e mentali. Sono troppe le persone che rimangono ancora segregate in casa o in istituto, e sono vittime di una stigmatizzazione sociale che colpisce tutte le diversità.

Il est encore nécessaire d'exiger l'inclusion effective de milliers d'hommes et de femmes qui luttent quotidiennement contre un monde de barrières physiques et mentales. Trop de personnes sont encore victimes de ségrégation à la maison ou dans les institutions, et sont victimes d'une stigmatisation sociale qui affecte toute la diversité.

Il a fallu un certain temps avant que cet événement important ne s'établisse en Italie. Le site solamentesm.it, qui traite de la sclérose en plaques, en rappelle les étapes depuis le début :

Il primo Pride dei Disabili Italiani si svolse in più appuntamenti, tenutisi tra luglio e agosto del 2015, per tenace iniziativa di Carmelo Comisi, fondatore della onlus Disabilty Pride Italia. Alla manifestazione fu dato all’epoca il nome di Handy Pride.

A seguire, nel 2016, si tenne la seconda edizione del Pride (che cambiò nome nella formula attuale). Quell’anno, per la prima volta, la manifestazione si svolse in gemellaggio con New York, e le due parate sfilarono in contemporanea, agli estremi del Mondo.

Nel 2017, fu la volta di Napoli, per poi arrivare a Roma nel 2018, tappa che si è riconfermata anche per l’edizione di quest’anno.

La première Fierté des Personnes Handicapées Italiennes s'est déroulée en plusieurs événements, qui se sont tenus entre juillet et août 2015, à l'initiative tenace de Carmelo Comisi, fondateur de l'organisation à but non lucratif Disabilty Pride Italia. À l'époque, l'événement s'appelait Handy Pride.

Puis, en 2016 eut lieu la deuxième édition de la Pride (qui a changé son nom pour la formule actuelle). Cette année-là, pour la première fois, l'événement se tint en jumelage avec New York, et les deux défilés avancèrent simultanément, aux extrémités du monde.

En 2017, c'était le tour de Naples, puis de Rome en 2018, une étape qui a été reconfirmée lors de l'édition de cette année.

Stefania Catallo, présidente du centre anti-violence Marie Anne Erize [fr] et ambassadrice du Téléphone rose de Frosinone, rapporte les propos de Laura Coccia, déjà députée lors de la dernière législature, actuellement responsable des politiques sociales de l'Association européenne de la jeunesse, athlète paralympique et activiste pour les droits des personnes handicapées :

Oggi le persone con disabilità scendono in piazza per ricordare i loro diritti: per chiedere, ad esempio, pari opportunità per il diritto alla mobilità; per chiedere pari opportunità nell’accesso all’istruzione; per chiedere insegnanti di sostegno, fondi per i progetti di autonomia e di vita indipendente. Oggi le persone con disabilità scendono in piazza con una grande festa per ricordare quelli che sono i l diritti che hanno conquistato sulla carta e che, adesso, vanno messi in pratica.

Aujourd'hui, les personnes handicapées descendent dans la rue pour rappeler leurs droits : pour demander, par exemple, l'égalité des chances pour le droit à la mobilité ; pour demander l'égalité des chances dans l'accès à l'éducation ; pour demander un soutien aux enseignants, des fonds pour l'autonomie et des projets de vie autonome. Aujourd'hui, les personnes handicapées descendent dans la rue avec une grande fête pour rappeler les droits qu'elles ont acquis sur le papier et qui, maintenant, doivent être mis en pratique.

Leonardo Masnata rapporte sur le site Internet ilsalvagente.it, leader dans les tests en laboratoire contre la fraude des consommateurs, les paroles de Carmelo Comisi, promoteur de l'événement :

Nonostante la nostra sia una legislazione all’avanguardia in Italia, le problematiche relative al mondo della disabilità sono affrontate con un’impostazione meramente formale che non si trasforma in interventi sostanziali. Barriere architettoniche ovunque, il mondo del lavoro è precluso a molte persone con disabilità, il sostegno scolastico è assai carente, i mezzi pubblici inadeguati, nessuna normativa che legittimi l’indispensabile figura del care-giver, assistenza personale autogestita precaria se non addirittura assente.

Bien que notre législation soit à l'avant-garde en Italie, les problèmes liés au monde du handicap sont traités avec une approche purement formelle qui ne se transforme pas en interventions substantielles. Partout des barrières architecturales, le monde du travail est fermé à de nombreuses personnes handicapées, le soutien scolaire est très faible, les transports publics inadéquats, aucune législation ne légitime la figure indispensable de l'aide-soignant, une assistance personnelle autogérée précaire, voire absente.

Pour illustrer les obstacles qui peuvent se dresser devant les personnes handicapées, la journaliste Kay Wallace raconte cette histoire sur le blog “The view from Rome” publié sur Repubblica.it [en] :

“We are not rubbish, you must respect us”, the elderly priest shouted loudly as he and his wheelchair blocked the passage of the 160 bus stop in central Rome. Unable to board because there was no wheelchair ramp, he decided  he would ensure that no one else would get to their destination either. “Five lines pass here and not one has a ramp,” the exasperated priest explained to the policeman trying to move him on…

As to public transport, the bus service is beset by vehicles constantly breaking down –  or more spectacularly spontaneously combusting – and the underground is overcrowded and limited to three lines which only serve a tiny minority of the city.

« Nous ne sommes pas des déchets, vous devez nous respecter », a crié à haute voix le vieux prêtre alors que lui et son fauteuil roulant bloquaient le passage de l'arrêt de bus 160 dans le centre de Rome. Incapable de monter à bord parce qu'il n'y avait pas de rampe pour fauteuils roulants, il a décidé qu'il s'assurerait que personne d'autre n'arriverait à destination non plus. « Cinq lignes passent ici et pas une seule n'a de rampe », a expliqué le prêtre exaspéré au policier qui essayait de le faire avancer…

En ce qui concerne les transports publics, le service de bus est accablé par des véhicules constamment en panne – ou plus spectaculairement en combustion spontanée – et le métro est surpeuplé et limité à trois lignes qui ne desservent qu'une infime minorité de la population de la ville.

Le lecteur Lrahip décrit son expérience de l'époque où il vivait à Rome dans les commentaires de l'article :

Thanks for shining a light on this very serious situation, especially for tourists who are disabled and thinking they can get around. My brother in law visited us while we were living in Rome and we had to rent a wheelchair. Pushing him around on the streets was not only a nightmare because of the cobblestones and tiny sidewalks (where there were sidewalks at all) but almost no “cutouts” exist to get off the street and on to a sidewalk. To say nothing of getting into and out of the historic sites and museums.

Merci d'avoir mis en lumière cette situation très grave, en particulier pour les touristes handicapés qui pensent pouvoir se déplacer. Mon beau-frère nous a rendu visite alors que nous vivions à Rome et nous avons dû louer un fauteuil roulant. Le pousser dans les rues n'était pas seulement un cauchemar à cause des pavés et des trottoirs étroits (lorsqu'il y avait des trottoirs), mais il n'y avait presque pas de “découpes” pour sortir de la rue et remonter sur un trottoir. Sans parler des entrées et sorties des sites historiques et musées.

Les organisateurs et les participants ont également utilisé Twitter pour exprimer leur satisfaction :

Nous sommes très fiers du dimanche 14 juillet.
Un vaisseau spatial a atterri au cœur de la capitale et a déchargé une foule d'étrangers, festifs, colorés, bruyants et gesticulants.
Ce sont les très nombreux citoyens et citoyennes handicapé(e)s, comme celles et ceux que l'on ne voit pas souvent. pic.twitter.com/VtRuroQgvJ

En 2019, nous sommes encore confrontés à de nombreuses barrières culturelles, à des préjugés de toutes sortes et à des lacunes. https://t.co/UeUQAQkzqc #DisabilityPride #inclusivopresente #inclusione #umanita

En d'autres temps, mais aussi aujourd'hui, nous pouvons crier qu'il s'agira d'une lutte difficile contre les barrières culturelles et relationnelles. Tout est possible !

Il est vrai qu'il reste encore beaucoup à faire pour que l'Italie respecte les engagements qu'elle a pris en signant les différentes conventions des Nations Unies pour rendre les conditions de vie des personnes handicapées plus inclusives et vivables, mais c'est avec des événements comme celui-ci que chaque citoyen peut être sensibilisé à ces urgences.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site