Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mozambique : les candidats en lice pour les élections générales

Vote à Nampula, 2013. Photographie de Txeka, publiée avec l'autorisation de son auteur.

A moins de quatre mois des élections générales du 15 octobre 2019 [fr], le Mozambique vient d'être informé de la liste des candidats à la présidence de la République.

Le 31 juillet, le Conseil constitutionnel a validé quatre candidatures : Filipe Nyusi, Ossufo Momade, Daviz Simango et Mário Albino.

Il est important de souligner que deux candidats, Helder Mendoça et Alice Mabota, ont été exclus pour irrégularités. Mme Mabota était la première femme à se présenter aux élections présidentielles du Mozambique. N'étant pas parvenue à réunir les signatures nécessaires pour appuyer sa candidature, elle a été éliminée de la course électorale.

Cet échec a suscité différentes opinions, la majorité regrettant de ne pouvoir compter sur la présence d'une femme parmi les candidats pour la présidentielle. Adriano Nuvunga, professeur universitaire et activiste social, a publié sur Twitter :

ALICE MABOTA n'est plus la première femme, dans l'histoire du Mozambique, à postuler pour la présidence de la République 🇲🇿… d'un autre côté, elle n'a même pas été candidate, tout comme Dinho Xs et Eugenio Estevão.
Que personne ne vienne nous dire que c'est la faute du Front de Libération du Mozambique (FRELIMO) 
🙏🏽.
—————
Le rejet de la candidature d'Alice Mabota à l'élection présidentielle est un bel exemple d'exclusion politique et va à l'encontre de l'esprit de paix et de réconciliation nationale.

Durant ces élections, les gouverneurs de province, qui jusqu'à maintenant étaient nommés par le président de la République, seront élus pour la première fois par les Mozambicains. Les deux cent cinquante députés qui composeront la prochaine Assemblée de la République seront également élus.

Il s'agit de la sixième élection générale depuis l'adoption de la Constitution multipartite de 1992. La campagne électorale commencera le 31 août et coïncidera avec la visite au Mozambique du pape François [fr] le 4 septembre.

Les candidats

  • Filipe Nyusi (FRELIMO, Front de Libération du Mozambique)

De son nom complet, Filipe Jacinto Nyusi, l'actuel président de la République et du parti FRELIMO, se présente pour sa réélection. Après cinq ans au pouvoir (2015-2019), le candidat du FRELIMO a été de nouveau chargé par son parti de renouveler son mandat, pour cinq ans de plus en cas de victoire. Né à Cabo Delgado, au nord du Mozambique, Filipe Nyusi a été ministre au sein du gouvernement d'Armando Guebuza (2009-2014). Tout comme les autres présidents du même parti qui se sont présentés avant lui, M. Nyusi est sur le point de commencer un second mandat.

  • Ossufo Momade (RENAMO, Résistance Nationale du Mozambique)

Ossufo Momade a été élu récemment président du principal parti d'opposition du Mozambique, après le décès en 2018 de l'ancien dirigeant, Afonso Dhlakama, suite à une longue maladie [fr]. Pour la première fois, la RENAMO se présente aux élections générales sans son célèbre leader historique depuis les premières élections démocratiques de 1994. Le décès d'Afonso Dhlakama met à l'épreuve la capacité du parti à promouvoir de nouveaux chefs de file. Originaire de Nampula, au nord du Mozambique, Ossufo Momade a occupé différents postes au sein du parti, en particulier dans le secteur militaire.

  • Daviz Simango (MDM, Mouvement Démocratique du Mozambique)

Né à Beira, ville située au centre du pays, Daviz Simango sera candidat à la présidence pour la troisième fois consécutive. Fondé en 2009, le MDM a été créé suite au départ de M. Simango de la RENAMO. Daviz est actuellement maire de la ville de Beira, poste qu'il occupe depuis plus de dix ans. Il a été réélu lors des élections municipales en octobre 2018.

  • Mário Albino (AMUSI, Action du Mouvement Uni pour le Salut Intégral)

Mário Albino est le président du parti AMUSI, basé à Nampula au nord du pays. En 2018, M. Albino s'est présenté au poste de maire de la ville mais n'a obtenu que 4,2 % des votes. Le parti AMUSI a été lancé par d'anciens membres du MDM.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site