Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La déception de la Macédoine du Nord après la non-décision de l'UE s'exprime avec humour sur Twitter

Une proposition de “nouveau drapeau macédonien” avec un schéma fonctionnel du veto français à l'octroi d'une date pour le début des négociations d'adhésion à l'UE avec la Macédoine du Nord. Graphique traduit par @banekoma, utilisation avec permission.

Rude semaine pour la Macédoine du Nord et l'Albanie que celle qui s'est terminée le 19 octobre, puisque la date de l'ouverture anticipée depuis longtemps des négociations d'adhésion à l'Union européenne (UE) des deux pays des Balkans occidentaux ne s'est pas matérialisée, en grande partie à cause du veto de la France.

Malgré la recommandation expresse de la Commission européenne d'attribuer la date, ni les ministres des affaires étrangères réunis à Luxembourg en Conseil des Affaires générales le 15 octobre, ni les chefs des 27 États membres au Conseil européen des 17 et 18 octobre n'ont pu atteindre de consensus. Résultat : le report d'une décision déjà retardée.

La non-décision de l'UE a obligé le premier ministre macédonien Zoran Zaev à convoquer des élections anticipées. “Une grande injustice nous a été infligée… Je suis déçu et en colère, et je sais que notre peuple l'est également” a-t-il déclaré dans une conférence de presse le 21 octobre. L'élection de Zaev sur un programme pro-UE en 2017 mettait un terme à 12 années de gouvernements nationalistes autoritaires en Macédoine du Nord.

La déception de Zaev était aussi celle de hauts responsables de l'UE, comme le Commissaire à l'élargissement Johannes Hahn, qui a également dit son inquiétude devant une décrédibilisation de l'UE. Mais les réactions des utilisateurs de réseaux sociaux de Macédoine du Nord, dont beaucoup espéraient que leur pays allait pouvoir devenir membre de l'UE aussi vite que possible, se sont étagées de la surprise désagréable à l'indignation et aussi… à l'humour.

Les fantassins de l'armée de trolls dépendant du plus grand parti d'opposition du pays ont laissé éclater leur jubilation, tout en saisissant l'occasion de stigmatiser les leaders d'opinion europhiles. C'est ainsi qu'un portail de propagande a publié une photo trafiquée d'un faux tweet prétendant qu'un journaliste avait proféré des vulgarités haineuses contre les Français et les Roms.

Les nationalistes dont le parti recevait des soutiens de toute sorte du Kremlin ont répété les demandes de démission du gouvernement, et réitéré leur souhait d'un détricotage de l’accord de Prespa, qui changea le nom du pays en prérequis d'une adhésion à l'UE et à l'OTAN.

Mais comme dans d'autres moments de tension politique, il s'est trouvé des internautes pour évacuer leur frustration en traitant l'affaire à la légère :

L'UE a réussi à corriger même les incorrigibles optimistes.

De nombreuses réactions se sont concentrées sur le rôle de la France dans les derniers rebondissements :

Le French Kiss, c'est quand au bon moment, les yeux dans les yeux, tu l'attires avec douceur contre ton corps, et alors tu bloques son processus d'adhésion à l'UE.

Un utilisateur de Twitter a même demandé si les Français gardaient rancune depuis 2012, lorsque le pouvoir populiste de droite macédonien avait plagié l'Arc de triomphe de Paris, en produisant une copie locale dans le cadre de son projet Skopje 2014.

Le 15 octobre, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu'une des raisons du refus d'élargissement de l'UE aux Balkans de l'ouest était le grand nombre de demandes d'asile que la France reçoit de ressortissants albanais. Le compte satirique de Mile Panika a riposté à la justification de Macron par un tweet qui a obtenu une centaine de retweets et plus de 600 ‘likes’. Une parfaite illustration de l'air du temps dans la région qui sous-tend l'émigration de masse, susceptible d'empirer :

Ils ne veulent que de la racaille comme nous entre dans l'UE. Que quelqu'un leur dise que s'ils nous donnent la date il y a une chance que quelques-uns d'entre nous restent ici. Et s'ils ne nous la donnent pas [la date], alors nous viendrons tous, et serons un beaucoup plus gros problème.

Mile Panika a été membre de l'émission télévisée humoristique K – 15, du genre Monty Python, arrêtée en 2012 quand ses sponsors, sous la pression du gouvernement nationaliste de Nikola Gruevski, ont fermé le robinet. Un des anciens sketchs de l'émission, qui ironise sur la résistance de l'UE à l'adhésion des Balkans de l'Ouest, a fait le tour des médias sociaux ce week-end — un portail macédonien a commenté qu'il avait “prédit l'avenir dans le style des Simpsons“.

Le sketch propose de lier la Macédoine au Monténégro, ce qui apporterait de multiples avantages, comme l'accès à la mer pour la Macédoine enclavée et une solution à la querelle du nom avec la Grèce (rédhibitoire à l'époque), puisque le nom du nouvel État serait un mot-valise de Monténégro et Macédoine du Nord : “Macédoine Noire”.

Des centaines d'utilisateurs de Twitter ont aussi partagé et aimé le tweet d'un compte parodique créé pour moquer le premier ministre de Macédoine du Nord Zoran Zaev. Ce compte en anglais comporte d'intentionnelles fautes de grammaire et traduit les expressions macédoniennes de façon littérale, pour l'effet comique. Par exemple, le tweet ci-dessous traduit fautivement “да сме живи и здрави”, signifiant “L'important c'est la vie et la santé”, quoi qu'il arrive — mais ce n'est pas tout à fait ce qui ressort de la transcription :

Si pas de date pour être santé et et vivant

Évoquant la possibilité que les forces anti-élargissement à l'intérieur de l'UE puissent ne pas permettre l'entrée de nouveaux États membres dans cette vie, l'expert en technologies de l'information Ilijanco Gagovski a fait allusion à un autre élément de la culture populaire, familière à quiconque né avant 1980. Il a rappelé un dicton souvent répété du leader yougoslave Josip Broz Tito à propos de la politique à deux axes de réformes intérieures visant à reconstruire le pays après la deuxième guerre mondiale tout en le préparant à défendre son indépendance face aux ingérences étrangères pendant la guerre froide :

Pendant le règne de Tito, on lui attribuait une formule populaire : ‘Travaillons comme si nous avions 100 ans de paix, mais préparons-nous comme s'il y avait la guerre demain !’
Adaptée à notre situation ça donnerait ‘Réformons comme si nous négociions déjà l'entrée dans l'UE, mais en même temps cherchons une solution comme si nous n'entrions jamais !’

Enfin, le graphiste et activiste @banekoma, qui avait publié sur différents forums des textes satiriques avec des propositions pour le nouveau drapeau macédonien, a suggéré une version au goût du jour du drapeau de l'UE, agrémenté du personnage principal de la série télévisée d'animation italo-japonaise Calimero. En Macédoine, l'oisillon malchanceux est célébrissime pour sa réplique récurrente “C'est pas juste !” :

#NouveauDrapeauEuropéen #date

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site