Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une start-up lutte contre les faux médicaments en Tanzanie via une nouvelle plate-forme en ligne

Frank Arabi (à gauche) explique étape par étape comment acheter des produits pharmaceutiques sur PharmLinks. Crédit photo: Goodhope Amani, utilisée avec autorisation.

Le problème des faux médicaments est un cauchemar qui touche tout le monde – y compris la Tanzanie. Bien que le gouvernement ait mis en place une réglementation sur les entreprises médicales, il existe encore des échappatoires permettant aux gens de vendre des faux médicaments en ligne et dans les magasins en raison du manque de vérification avant que les médicaments arrivent sur le marché.

Maintenant, une plate-forme en ligne appelée PharmLinks, fondée en Tanzanie, veut mettre un terme au problème des faux médicaments. La plate-forme met en relation les fournisseurs et les grossistes en produits pharmaceutiques avec les détaillants, leur permettant d'acheter des produits de qualité dans les pharmacies enregistrées, mais aussi de surveiller le marché.

Frank Arabi, étudiant en médecine à l'Université Muhimbili de la santé et des sciences connexes a co-fondé PharmLinks après avoir observé un certain nombre de défis rencontrés par l'industrie pharmaceutique en Tanzanie, notamment le problème de l'approvisionnement, ce qui crée les conditions idéales pour le commerce des faux médicaments.

Frank Arabi, étudiant en médecine et cofondateur de Pharmlinks. Crédit photo: Goodhope Amani, utilisée avec autorisation.

Arabi et son équipe ont conçu un système en ligne pour simplifier les achats de produits pharmaceutiques et lutter contre les faux médicaments en surveillant de près les entreprises tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

“Le site Web fournit une liste de différentes pharmacies, produits et prix. Il fournit des analyses commerciales et la gestion des stocks, il offre également une occasion aux utilisateurs finaux de vérifier les médicaments. C'est donc un système complexe avec une gamme de solutions”, a déclaré Arabi dans une interview avec Global Voices.

Lancé en 2018 et toujours en phase pilote, 35 pharmaciens peuvent désormais se connecter librement sur le site Web et rechercher les produits médicaux de leur choix dans leurs magasins. Le système les dirige vers les fournisseurs en gros et les magasins contrôlés pour la sécurité et répertorie les prix de chaque produit. L'acheteur peut ensuite choisir les produits et les payer en ligne, puis les produits sont livrés peu de temps après.

Identifier les faux médicaments

Venance Majula, une habitante de Dar es Salaam,, se souvient du jour où sa sœur a failli utiliser un faux médicament après l'avoir acheté dans une pharmacie. Heureusement, un membre de la famille qui connaissait la médecine a compris que le médicament était faux en vérifiant les numéros de série et les ingrédients.

“La plupart d’entre nous, ne savons pas ce qui est vraiment original et ce qui ne l’est pas, je pense que les responsables, peut-être les pharmaciens, devraient expliquer ce qu’il faut prendre en compte lors de l’achat ou de l’utilisation d’un médicament”, a déclaré Majula.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 100 000 décès [fr] par an en Afrique sont liés à des médicaments frelatés et non conformes aux normes, et ce nombre est en augmentation.
Arabi pense que le problème des faux médicaments est important et nécessite diverses approches pour le combattre. “Le marché mondial des médicaments contrefaits représente environ 200 milliards de dollars par an”, selon l'OMS, a rapporté Reuters.

“Je pense que le problème des médicaments contrefaits est très complexe et vaste et nécessite une approche multidimensionnelle. Aborder tous les aspects de la chaîne d'approvisionnement n'en est qu'un. Nous croyons au pouvoir de la santé numérique pour améliorer la santé des consommateurs. notre peuple”, a déclaré Arabi.

En juin 2019, le gouvernement, par l'intermédiaire de l'Autorité tanzanienne des médicaments et des dispositifs médicaux (TMDA), a lancé une alerte concernant la présence d'un faux médicament en Tanzanie qui ressemblait à la crème Gentrisone, utilisée pour les infections bactériennes. Un journal local, le Daily News, a révélé que 4 118 tubes avaient été trouvés dans six régions différentes de Tanzanie.

Jusqu'à présent, Pharmlinks a noué des liens avec des dizaines de pharmacies à Dar es-Salaam, le centre des affaires de la Tanzanie, et espère pouvoir en connecter des centaines d'autres dans l'année à venir.

L'industrie pharmaceutique tanzanienne fait face à plusieurs défis, dont un marché noir qui permet aux gens d'acheter des médicaments dans la rue sans ordonnance.

Hawa Alex Dagaa, propriétaire d'une pharmacie, avoue que, sur Tandale Street, à 3 km du centre-ville de Dar, certaines personnes achètent des produits pharmaceutiques à des gens qui ne sont pas autorisés à vendre des médicaments, simplement parce qu'ils les vendent à un prix inférieur.

“Certaines personnes achètent des produits pharmaceutiques à des vendeurs juste parce qu'ils sont bon marché, mais il est parfois difficile de garantir leur authenticité.”

Hawa Alex Dagaa dans sa pharmacie de Tandale, Dar es-Salaam, heureuse d'avoir été initiée à un système en ligne permettant de se procurer des médicaments de qualité. Crédit photo: Goodhope Amani, utilisée avec sa autorisation.

Dagaa estime que le nouveau système en ligne permettra non seulement de gagner du temps, pour trouver des magasins vendant des médicaments à des prix abordables, mais aussi de suivre les produits pharmaceutiques distribués sur le marché, réduisant ainsi les risques d’achat de faux médicaments.

“À cause des embouteillages, il faut beaucoup de temps pour trouver … des produits médicaux pour ma pharmacie en ville, mais avec ce système, vous pouvez vous connecter, passer votre commande, payer et ils vous les livrent”, a-t-elle ajouté.

Pharmlinks n'est pas la seule plateforme numérique centrée sur la lutte contre les faux médicaments en Afrique. En 2018, une plateforme basée au Nigeria, medsaf, a été lancée pour empêcher la circulation de faux médicaments dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, tandis qu'au Ghana, FarmaTrus a également été créé.

Pharmlinks travaille en étroite collaboration avec le Tanzania Pharmacy Council, chargé de l’inscription des pharmacies et des pharmaciens, en consultation avec la TMDA, afin de garantir la viabilité de ce système.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site