Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Quand diables, anges et saints courent les rues en République tchèque

Face à face traditionnel avec Saint Nicolas et deux diables à Prague le soir du 5 décembre. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Le soir du 5 décembre, les rues et les places de la République tchèque se remplissent de personnages inhabituels : des diables, anges et saints coiffés de hauts couvre-chefs. Le 5 décembre est la veille de la Saint-Nicolas, une fête spéciale des enfants tchèques parmi les réjouissances de décembre.

Saint Nicolas était un évêque chrétien du troisième siècle né dans la ville grecque de Myre, aujourd'hui située en Turquie. L'hagiographie chrétienne a ajouté de nombreuses légendes à sa biographie au long des siècles. Selon l'une d'elles, plutôt sanglante, un boucher tue trois petits enfants et les met dans un tonneau de saumure au moment où Nicolas est de passage dans la ville. Pressentant la perfidie qui se trame, il ressuscite les enfants. Sans doute une des principales raisons pour lesquelles en République tchèque et dans d'autres pays d'Europe centrale, ainsi qu'en Belgique et aux Pays-Bas, la Saint Nicolas a une célébration en rapport étroit avec les enfants.

Dans la tradition tchèque, Saint Nicolas se promène dans les rues et parfois frappe aux portes, accompagné d'un ange et d'un diable, et demande aux parents si leurs enfants ont été sages ou non dans l'année. Si le compte-rendu est positif, l'ange caresse la tête de l'enfant et lui donne une friandise. Les enfants qui se sont mal conduits se font symboliquement réprimander par le diable.

La fête est considérée comme une affaire familiale, et de nombreux jeunes gens se déguisent en l'un des trois personnages et déambulent dans les rues pour joyeusement amuser et/ou effrayer les enfants. Ces festivités ont toujours été si populaires qu'elles étaient largement observées en Tchécoslovaquie même à l'ère communiste, quand les célébrations religieuses publiques étaient bannies, car on les considérait comme ayant en partie des racines païennes. Aujourd'hui, la fête est célébrée par les municipalités, mais des trios “non-officiels”, spontanés, déambulent également et gardent vivante la tradition.

Voici quelques photos prises à Prague dans la soirée du 5 décembre 2019, montrant différents aspects des festivités tchèques de la Saint-Nicolas.

Un diable professionnel place Wenceslas à Prague. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Trio municipal place Wenceslas à Prague. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Les diables vérifient la conduite des enfants, place Wenceslas à Prague. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Apparemment ce garçon s'est bien conduit et a mérité ses friandises. Náměstí míru à Prague. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Trio spontané, Náměstí míru à Prague. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Le diable et Saint Nicolas prennent la pose. Náměstí míru à Prague. Photo de Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site