Une nouvelle nation du Pacifique ? Bougainville a voté en faveur de son indépendance d'avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Source: Page Facebook Bougainville Referendum Commission

[Article d'origine publié le 13 décembre] Plus de 180.000 Bougainvillais ont participé à un référendum du 23 novembre au 7 décembre et ont voté en masse en faveur de l'indépendance de préférence à une plus grande autonomie au sein de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Bougainville est une province insulaire située à l'est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et faisant géographiquement partie des îles Salomon en Océanie.

Une guerre civile a éclaté à Bougainville en 1988 autour de l'impact social et environnemental de la mine de Panguna operée par une compagnie australienne sur l'île. L'agitation était née de ce que l'exploitation de la mine ne bénéficiait pas à la population locale. Le gouvernement central de Papouasie-Nouvelle-Guinée déploya l'armée ce qui mena à un conflit armé. La crise dura des années et coûta des milliers de vies jusqu'à ce qu'un accord de paix soit signé en 2001 avec la création d'une administration autonome de Bougainville. L'accord comportait aussi la garantie de tenue d'un référendum déterminant si les Bougainvillais préféreraient l'indépendance ou l'autonomie au sein de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La décision finale reviendra au Parlement de Papouasie-Nouvelle-Guinée après réception des résultats du référendum.

Dans l'intervalle, Bougainville fête le référendum couronné de succès :

C'est l'indépendance pour le peuple de Bougainville. 176.928 ont voté pour l'Option 2, et 3.043 pour une plus grande autonomie de la PNG

La Commission du référendum de Bougainville a publié une déclaration détaillant l'importance des résultats :

The Referendum roll had equal numbers of women and men voting

The Referendum roll had 25 percent first-time voters

The voter turnout of at least 85 percent was high when compared with international democratic electoral experience, and is the highest of any electoral process in Papua New Guinea

The informal vote of 1,096 was low when compared with international democratic electoral experience and national elections.

Le registre du référendum a compté un nombre égal de votants hommes et femmes

Le registre du référendum a compté 25% de primo-électeurs

La participation d'au moins 85 % était élevée comparée à la pratique électorale démocratique internationale, et est la plus élevée de tous les processus électoraux en Papouasie-Nouvelle-Guinée

1.096 votes informels, c'est peu comparé à la pratique électorale démocratique internationale et aux élections nationales.

Ci-dessous quelques photos de Bougainvillais pendant le référendum. Beaucoup ont participé avec enthousiasme à ce scrutin historique, surtout ceux qui ont subi les longues années de lutte pendant la guerre civile.

Hier mon père a exprimé son suffrage au référendum de Bougainville. J'ai perdu 2 frères pendant le conflit, et comme d'innombrables autres je pense chaque jour aux séquelles de la guerre. Puissions-nous avoir une paix durable.

Sur Bougainville les mères transportent les urnes de façon traditionnelle. Elles disent qu'elle manient avec précautions l'avenir de leurs enfants. “Donnez-nous ce que nous voulons” Escortées par les policiers et les chants traditionnels..singsing Kaur pairap lo arawa lo bik sun…

Le comptage sera effectué en 3 équipes de 8 heures et les résultats sont attendus au plus tôt mardi de la semaine prochaine. L'annonce officielle sera faite par le président du référendum Bertie Ahern. #La paix par des moyens pacifiques

Mais il existe aussi des Bougainvillais estimant que le référendum aurait dû être une occasion d'aborder d'autres importantes préoccupations en rapport avec le processus de paix, comme les demandes de réparations des victimes des années de conflit. Un groupe Facebook appelé ‘Voix de Bougainville silencieuse’ rappelle aux autorités la nécessité de faire respecter les droits fondamentaux et de prendre en considération l'appel des victimes ‘silencieuses’ de la guerre. Henny Kuijpers, un membre de ce groupe, a pris la parole au nom des familles demandant justice pour les souffrances endurées pendant la guerre :

We the innocent victims of this war will never be free and the war will never end for us psychologically until our human rights, our Constitutional rights which were deprived of us as Bougainvilleans and Papua New Guineans have been addressed and sorted out by the PNG government and our ABG leaders.

Nous, les victimes innocentes, ne serons jamais libres et la guerre continuera psychologiquement pour nous jusqu'à ce que nos droits humains, nos droits constitutionnels dont nous avons été privés en tant que Bougainvillais et [citoyens] de Papouasie-Nouvellle-Guinée soient traités et réparés par le gouvernement de la PNG et l'ABG [gouvernement autonome de Bougainville].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site