Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Ouzbékistan, les personnes LGBTQ+ sont forcées de vivre dans l'ombre

La place Amir Timur à Tashkent, la capitale de l'Ouzbékistan. Photo de l'auteur, qui souhaite conserver l'anonymat. La personne apparaissant sur cette image n'est pas censée représenter un membre de la communauté LGBTQ+. Image reproduite avec autorisation.

L'Ouzbékistan fait partie d'une poignée de pays [en] de l'ex-URSS en Asie Centrale où les actes homosexuels entre adultes consentants sont sanctionnés par la loi. Les personnes inculpées dans ce cadre risquent jusqu'à trois ans de prison. La société ouzbèke, profondément marquée par la culture perse pré-moderne, est riche d'une histoire et d'une tradition poétique [en] où figurent des relations amoureuses entre personnes de même sexe. Cependant, durant la période de domination russe puis soviétique au vingtième siècle, ces relations ont été criminalisées. Quand l'Ouzbékistan a obtenu l'indépendance en 1991, le gouvernement a conservé ces lois intactes.

Aujourd'hui, une homophobie caractérisée par son agressivité a été intégrée dans le discours dominant. Cette intolérance est ouvertement cautionnée par les membres du gouvernement [en], les autorités religieuses (aussi bien musulmanes qu'orthodoxes russes), ainsi que de nombreux internautes qui appellent non seulement à l'arrestation mais aussi à la mise à mort des personnes LGBTQ+. Ce climat de peur a de graves conséquences pour la communauté, qui ne se trouve en sécurité nulle part dans l'espace public. Parfois, les Ouzbèkes LGBTQ+ sont contraint.e.s au travail du sexe ou forcé.e.s à dénoncer leurs pairs auprès de la police. Quand ils et elles sont assassiné.e.s [en], les auteurs de ces crimes sont condamnés à des peines légères, ou même acquitté.e.s, à supposer que l'enquête aboutisse, ce qui est loin d'être une généralité.

Global Voices s'est entretenu avec l'un.e des rares activistes LGBTQ+ en Ouzbékistan, qui fournit un soutien juridique et psychologique à cette communauté forcée à la clandestinité.

Pour des raisons de sécurité, le nom de l'activiste a été omis. Cet entretien a été modifié par souci de concision.

Global Voices (GV): Quels sont les principaux facteurs contribuant à la situation actuelle de l'Ouzbékistan, où l'homophobie est répandue et banalisée?

Боходир: Самой главной причиной гомофобии в узбекском обществе – это религия ислам, в которой говорится что бесакалбазов (людей нетрадиционной ориентации) надо убивать. Узбекистан является светской страной, но многие необразованные Узбеки не понимают этого, для них это обычное дело открыто призывать к убийствам ЛГБТ людей -это чаще происходит в социальных сетях. Все остаются безнаказанными и не боятся, потому что гомосексуальность ещё и наказывается уголовной статьёй 120.

В последнее время гомофобия возросла, появились ряд гомофобных каналов – которые публикуют личные данные ЛГБТ людей – начиная просто с фотографии и заканчиваю иногда паспортными данными. 

Вторая причина так это статья – то есть власть тоже гомофобная. Все твердят что 120 статья хоть и существует, но не практикуется, однако 3 месяца тому назад, двое парней были задержаны по 120 статье. Таким образом 120 статья создаёт среду, в которой нарушаются права человека и совершаются преступления без наказаний. Сотрудники правоохранительных органов благодаря дискриминационной статье шантажируют ЛГБТ людей, но вначале их подвергают пыткам и моральным унижениям, угрожают разоблачением.

Bohodir: La raison principale expliquant l'homophobie dans la société ouzbèke, c'est la religion musulmane, qui affirme que les “besoqolboz” (les personnes ayant une orientation sexuelle en dehors des normes) doivent être mis.e.s à mort. Beaucoup d'Ouzbeks qui n'ont pas reçu une éducation poussée ne comprennent pas que l'Ouzbékistan est un État laïque, et ne voient rien de mal à appeler ouvertement à l'assassinat de personnes LGBT, surtout sur les médias sociaux. Ils agissent en toute impunité et ils n'ont pas peur, sachant que l'homosexualité est toujours criminalisée en vertu de l'article 120 du Code pénal.

Récemment, on observe une recrudescence de l'homophobie. Plusieurs comptes homophobes [sur les réseaux sociaux] apparus récemment ont publié des informations privées sur des personnes LGBT, dont des photos et, dans certains cas, les détails figurant sur le passeport.

La deuxième raison expliquant cette homophobie vient de la loi, qui rend le gouvernement homophobe. Certains prétendent que, bien que l'article 120 soit en vigueur, il n'est pas vraiment appliqué. Mais il y a quatre mois, deux hommes ont été arrêtés en raison de cette loi. L'existence de l'article 120 crée un environnement dans lequel les droits humains sont bafoués et les crimes restent impunis. Les membres des forces de l'ordre font aussi du chantage aux personnes concernées par cette loi, les torturent, leur font subir des traitements dégradants et les menacent de révéler leur homosexualité à leur famille et à leur employeur.

GV: Quelles stratégies sont mises en place par les membres de la communauté LGBTQ+ pour survivre dans de telles conditions?

Б: Многим ЛГБТ-людям трудно социализироваться в таком гомофобном обществе, к тому же их внутренняя гомофобия не даёт им покоя, некоторые из них ищут выход в исламе, других превращает в гей-гомофобов, которые потом становятся большой угрозой для остальных ЛГБТ-людей. Некоторые из них заканчивают свою жизнь самоубийством.

Существует очень много стереотипов об ЛГБТ-сообществе, типа они вербуют несовершеннолетних детей или ЛГБТ может привести к вырождению узбекской нации.

Под страхом разоблачения многие лесбиянки и геи выходят замуж/женятся против своей воли, под давлением родственников и родителей, а пройдя некоторое время, либо об их ориентации кто-то узнаёт и происходит развод, или же ведут двойную жизнь.

B: Il est très difficile de développer un esprit de solidarité dans une société tellement homophobe. L'homophobie intériorisée entre constamment en jeu. Certain.e.s tentent de trouver refuge dans l'Islam, tandis que d'autres deviennent des gays homophobes et posent une menace sérieuse pour les autres personnes LGBT. D'autres encore choisissent de mettre fin à leurs jours.

Il y a de nombreux stéréotypes sur la communauté LGBT, qui est notamment accusée de pédocriminalité ainsi que d'être la cause de l'extinction de la nation ouzbèke.

Craignant d'être découvert.e.s, beaucoup de lesbiennes et d'hommes gays s'engagent dans des mariages [hétérosexuels] contre leur gré, à cause de la pression exercée par leurs proches. Après un certain temps, quand leur orientation sexuelle finit par être découverte, ils divorcent ou mènent une double vie.

Un panneau décrivant un code vestimentaire “pudique” pour les étudiant.e.s sur le campus de l'Université Nationale Ouzbèke. Photo de l'auteur, qui souhaite conserver l'anonymat. Image reproduite avec autorisation.

GV: Étant donné ce que vous décrivez ici, y a-t-il quelque chose à faire pour soutenir la communauté?

Б: Необходимо открыть фонд для осуществление некоторых проектов и расширения возможностей. Открытие сайта — платформы для распространения всех необходимых информационных материалов для улучшения качества жизни ЛГБТ-людей, для создания безопасной и дружелюбной атмосферы, для работы с ЛГБТ-людьми. Сейчас преступники и гей-гомофобы контролируют все группы для знакомств и каналы про ЛГБТ в Узбекистане, и они имеют доверие ЛГБТ-людей к ним. Страдает очень огромное количество людей. ЛГБТ-люди говорят, что у них всё хорошо — потому что боятся, потому что не знают, куда обратиться.

B: Il est absolument nécessaire de poser les bases de projets et de nouvelles initiatives. De créer un site disséminant des informations pour améliorer la qualité de vie des personnes LGBT. En ce moment, les criminel.le.s et les gays homophobes ont gagné la confiance de la communauté et contrôlent tous les sites de rencontre et les chaines concernant les sujets LGBT en Ouzbékistan. Énormément de gens sont en danger à cause de ça. Comme elles ont peur, les personnes LGBT disent souvent que tout va bien, parce qu'elles ne savent pas où se tourner pour trouver du soutien.

GV: Peut-on voir des signes de changement dans la société ouzbèke, qui amèneraient à plus de tolérance et d'inclusion à long terme?

Б: В первую очередь это осуществление поучительных мероприятий для работ с ЛГБТ-людьми. Создание групп для добровольных волонтеров, которые могут предлагать помощь для развития любого направления активизма. Постоянный мониторинг преступлений, совершённых на почве ненависти к ЛГБТ-людям. Обращения к международным правозащитным организациям на основе мониторинга преступлений, совершённых на почве ненависти к ЛГБТ-людям.

Укрепление доверия между представителями сообщества и ЛГБТ-людьми. Они должны поверить в нас, нас немного, и мы не можем осуществлять работы абсолютно по всем направлениям активизма. Например у нас ещё нет возможностей для поднятия проблемы на законодательном уровне — потому что на законодательном уровне нас самих считают преступниками.

Есть активисты-психологи, которые могут оказывать помощь ЛГБТ-жертвам, пострадавшим от насилия и дискриминации.

Есть несколько активистов, которые работают по направлению здравоохранения — просвещают ЛГБТ-людей о ВИЧ-заболевании, помогают им обращаться в СПИД-центры, но об этом тоже знает небольшое количество ЛГБТ-людей.

Если мы будем молчать — тем самым будем давать добро на все эти преступления, насилие и  дискриминацию.

B: D'abord, il faudrait des événements à caractère pédagogique pour ceux et celles dont le travail est en lien avec la communauté ; nous devons créer des groupes de bénévoles qui peuvent aider à développer différentes formes d'activisme. Nous devons constamment répertorier les crimes de haine en raison de l'orientation sexuelle. Après avoir mené cet inventaire, nous devons alerter les organisations internationales de défense des droits humains sur ces crimes et sur la haine envers les personnes LGBT.

Mais nous devons aussi renforcer le lien de confiance entre les personnes LGBT et le reste de la société. Les gens ont besoin de nous faire confiance, nous ne sommes tout simplement pas assez nombreux pour mener de front tous les combats nécessaires actuellement. Par exemple, étant donné que la loi nous décrit comme des criminel.le.s, nous n'avons aucun levier juridique.

Certains activistes sont psychologues, ce qui leur permet d'aider les membres de la communauté LGBT qui ont été victimes de violence ou de discrimination.

D'autres activistes travaillent dans le domaine de la santé publique. Ils et elles informent la communauté LGBT sur le VIH et aident les personnes concernées à accéder à des centres de traitement du SIDA. Néanmoins, rares sont les membres de la communauté à être au courant de ces actions.

Garder le silence revient à aquiescer aux crimes, à la discrimination et à la violence.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site