Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les habitants fuient les cendres et la fumée du plus petit volcan actif des Philippines

Cliché de Ciriaco Santiago III / Manila Today

Cet article de Ciriaco Santiago III, publié à l'origine en tagalog (filipino) sur Manila Today, un site d'information indépendant basé aux Philippines, a été traduit en anglais par Karlo Mongaya. Il est reproduit et traduit sur Global Voices avec l'autorisation de l'auteur.

Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais.

L'éruption phréatique du volcan Taal (une émission de fumée due à la surchauffe hydrique de l'embouchure du volcan) s'est produite aux Philippines le 12 Janvier 2020. Le Taal, situé au sud de la capitale Manille, est l'un des plus petits volcans actifs du monde.

Cette éruption a provoqué des chutes de cendres dans les villes voisines et même en divers endroits des régions [fr] de Tagalog Sud (au sud Manille), Grand Manille, et de Luçon Centre (au nord de la capitale). Tous les vols à destination et en provenance de l'aéroport international de Ninoy Aquino ont été annulés.

Les 13 et 14 janvier, les cours à tous les niveaux et les activités gouvernementales, à l'exception des “services de première nécessité” (les hôpitaux, les urgences, etc.) ont aussi été annulés dans le Tagalog Sud, dans le Grand Manille ainsi que dans quelques zones de Luçon Centre. Les écoles restaient fermées à Batangas, Cavite, et Laguna au quatrième jour de l'éruption volcanique.

Le lendemain de l'éruption, le 13 janvier, l'Institut philippin de vulcanologie et sismologie (PHIVOLCS) a émis une alerte d'éruption magmatique en provenance du volcan Taal.

Selon le Conseil national de réduction et de gestion des risques de catastrophes, le nombre de personnes de Batangas et Cavite affectées et déplacées par l'éruption volcanique est estimé à plus de 30 000. Son bureau de la province de Batangas a recensé plus de 33 000 personnes accueillies dans ses centres d'évacuation. Ce chiffre ne tient pas compte des gens temporairement installés dans des logements de leur choix.

Les habitants ont déploré le manque d'information et de préparation durant l'éruption, et nombreux sont ceux qui, exposés au danger imminent des secousses et de la fumée, se sont échappés par leurs propres moyens. Ils ont été incapables de récupérer immédiatement les animaux abandonnés sur l'île volcanique, dont des centaines de chevaux servant au transport des touristes vers l'embouchure du volcan, ainsi que d'autres animaux présumés morts à cause de la forte chute de cendres.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today

Les habitants de Barangay San Nicolas ont commencé à évacuer les lieux vers 15h de l'après-midi le 12 janvier, après avoir constaté que le volcan Taal émettait de la fumée.

Cliché de Ciriaco Santiago III / Manila Today

La fumée provenant du volcan Taal s'est épaissie le dimanche 12 janvier.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today. On peut aperçevoir l'épaisse fumée dégagée par le volcan Taal derrière la statue du Christ rédempteur dans le verger Marian de Balete à Batangas.

La pêche est la première source de revenu des communautés résidant aux alentours du volcan Taal. L'éruption volcanique menace environ 15 033 tonnes de tawilis, une espèce de poisson en danger se trouvant dans le lac Taal.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today

Au deuxième jour de l'éruption, seules des empreintes d'animaux sont visibles dans un village d'Agoncillo, suite à l'évacuation de la population la nuit précédente.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today

Quelques résidents sont retournés récupérer les moyens de subsistance et leurs animaux laissés derrière eux.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today

Melvin Ocampo lave le cheval Princess Love Bunga pour lui enlever les taches causées par l'émission nocturne de cendres de l'explosion du volcan Taal.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today

Le travail et la vie continuent pour un habitant de Brgy. (village) Kinalaglagan, Mataas na Kahoy, malgré l'éruption en cours du volcan Taal.

Photo de Ciriaco Santiago III / Manila Today

La fumée du volcan Taal est encore épaisse au second jour de l'éruption.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site