Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La manifestation “Courir contre la dictature” a attiré des milliers de personnes en Thaïlande, malgré le harcèlement et les menaces

À Bangkok, des milliers de personnes ont participé à la course de manifestation. Photo de la page Facebook de l'évènement “Courir contre la Dictature”.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt]

Le 12 janvier 2020, environ 13 000 personnes ont participé à la course “Courir contre la dictature” organisée à Bangkok en Thaïlande, et ce, malgré les menaces d'arrestation et les tentatives d'intimidation de la police. Des courses similaires ont également eu lieu dans d'autres provinces du pays, et même à l'étranger.

Ce fut la plus grande action de contestation contre le gouvernement depuis la prise du pouvoir par l'armée en 2014. Bien que des élections aient été tenues en 2019, les détracteurs du régime estiment que les militaires contrôlent toujours l'administration. Le Premier ministre actuel Prayuth Chan-ocha n'est autre que le chef de l'Armée qui était à la tête du coup d’État de 2014.

La manifestation a été organisée pour mettre en exergue les revendications constantes de la population en faveur de la restauration des droits démocratiques. Le nom de la course “Wing Lai Lung”, qui signifie en thaï “Courir pour évincer l'Oncle”, fait référence au gouvernement de Prayuth accusé de restreindre les libertés civiles des citoyens malgré la fin apparente du régime militaire.

Depuis le lancement de l'appel à manifester en décembre, les membres en charge de l'organisation de l'événement disent avoir été harcelés par les autorités partout dans le pays. Dans certaines provinces, les autorisations ont été annulées par les gouvernements locaux. Des activistes suspectés par les autorités de faire partie des organisateurs ont été interrogés par la police.

Quelques jours avant la manifestation du 12 janvier, le journal The Bangkok Post a publié un éditorial critiquant les réactions hostiles de certains officiels :

The reactions by the authorities and intimidation tactics are not just wrong but also absurd. Yet, it no laughing matter either. As the country has returned to democracy, no citizen should face such intimidation.

La réponse des autorités et les stratégies d'intimidation sont non seulement néfastes, elles sont également absurdes. Toutefois ce n'est pas non plus quelque chose à prendre à la légère. Le pays étant redevenu une démocratie, aucun citoyen ne devrait faire face à ce type d'intimidations.

L'organisation Thai Lawyers for Human Rights (les avocats thaïlandais pour les droits humains) a publié un précis juridique visant à défendre les droits des personnes ayant participé à la course de contestation :

Run Against Dictatorship is a legitimate expression approved by the Constitution. If the organizers of the event do want to arrange it in the form of rally or public assembly, they must notify the police. The police, however, have no power to prohibit the activity.

“Courir contre la dictature” est une forme d'expression légitime approuvée par la Constitution. Si les organisateurs souhaitent que l'événement prenne la forme d'un rassemblement ou d'une réunion publique, ils doivent en informer la police. Cette dernière n'a par contre aucun pouvoir pour l'interdire.”

Le 12 janvier, le hashtag  #วิ่งไล่ลุง [th] (#RunAgainstDictatorship) a fait le buzz sur Twitter, se hissant parmi les “tendances” en Thaïlande. Retrouvez ci-dessous quelques photos de la manifestation :

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Bangkok pour l'évènement “Courir contre la dictature”.

Ayant précédemment participé à d'autres manifestations, je dois dire que l'évènement “Courir pour évincer l'Oncle” est extraordinairement bien organisé : l'accès des médias, le poste médical, la gestion des déchets. Les participants font la queue pour le ravitaillement. Succès de la nouvelle génération.

Un tank, un lapin et des jeunes enfants ont rejoint “Courir contre la dictature” dans le centre ville de Bangkok.

Aujourd'hui, à Chiangmai et à travers la Thaïlande, des “Courses contre la dictature” sont organisées. La population s'empare des rues pour demander au gouvernement dictatorial de Prayuth de s'en aller afin que le pays retrouve une réelle démocratie. Nous exigeons une participation à la vie politique, la démocratie, les droits humains et un développement équitable.

Des sympathisants du gouvernement ont quant à eux organisé un rassemblement intitulé “Dern Cheer Lung”, signifiant en thaï “Marche pour encourager l'Oncle”. Entre 7 000 et 8 000 personnes ont participé à cette marche qui s'est également déroulée à Bangkok, mais dans un autre parc de la ville.

En parallèle de “Courir contre la dictature”, une foule s'est également amassée à Bangkok en soutien au Premier ministre Prayuth Chan-ocha, utilisant le hashtag #เดินเชียร์ลุง (#marche pour encourager l'Oncle). Le nombre de participants est loin d'être aussi conséquent que celui de l'autre manifestation, mais il y a certainement plus d'un millier de personnes ici.

Forts du succès rencontré par l'évènement “Courir contre la dictature”, les organisateurs ont déclaré qu'ils se préparaient pour une prochaine course qui se tiendra cette fois à Chiang Mai, dans le nord du pays, le 2 février prochain.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site