Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les habitants d'une ville chinoise en quarantaine grondent : “Pékin a laissé tomber Wuhan !”

Photo partagée sur Twitter, sur laquelle une femme brandit une pancarte portant l'inscription 中央政府放弃武汉了吗?signifiant “Le gouvernement central chinois a-t-il abandonné Wuhan ? Photo utilisée avec la permission de l'auteur de ce tweet.

L’article d'origine est paru le 26 janvier 2020. Certaines données ont été mises à jour pour refléter la situation au moment de la publication de cette traduction.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt]

La ville de Wuhan, au cœur de la Chine, a été mise en quarantaine par le gouvernement chinois le 23 janvier 2020 afin de prévenir la propagation du coronavirus (2019-nCoV). Le nouveau virus serait apparu en décembre 2019 sur un marché de Wuhan. Aujourd'hui, plus de 11 millions d'habitants vivent dans un état de choc et de panique en raison de l'absence de réponse médicale appropriée et d'informations fiables.

Selon les dernières mises à jour délivrées par les autorités chinoises, il y a maintenant 14 551 cas de contamination confirmés et 304 décès en Chine continentale sur la période qui s'étend du 8 décembre 2019 au 02 février 2020.

La majorité des patients contaminés sont soit des résidents de Wuhan, soit des personnes ayant récemment séjourné dans la ville. Néanmoins, le chiffre officiel ne traduit peut-être pas toute la vérité car certains porteurs du virus ne présentent pas de symptômes graves et les établissements médicaux n'ont pas la capacité de prendre en charge les patients infectés ou suspectés de l'être.

Il y a eu un certain nombre d'estimations sur le nombre réel de personnes touchées en recourant à un modèle de transmission de l'épidémie. Une équipe médicale internationale a évalué que le nombre de résidents contaminés de Wuhan pourrait être supérieur à 11 341 d'ici le 21 janvier alors qu'il pourrait atteindre 191 529 d'ici le 4 février 2020.

Aujourd'hui, le virus mortel s'est propagé sur toute la Chine, à l'exception du Tibet, car un grand nombre de travailleurs migrants et d'étudiants de Wuhan sont retournés dans leur province d'origine depuis le début du mois de janvier pour le réveillon du Nouvel An lunaire [fr], le 25 janvier.

Afin de juguler la progression de l'épidémie, le gouvernement central a décidé de placer la ville en quarantaine le 23 janvier – l'aéroport, les gares et les transports publics ont tous été fermés. Le lendemain, 11 autres villes de la province du Hubei ont été ajoutées à la zone de quarantaine.

Quand le gouvernement annonce “zéro nouvelle contamination entre le 5 et le 15 janvier”

Les citoyens de Wuhan sont naturellement en état de choc car, à peine quelques jours auparavant, les autorités leur avaient assuré que le virus pouvait être circonscrit étant donné qu'il n'y avait aucune preuve de transmission interhumaine. 

Le journaliste Chu Chaoxin, basé à Wuhan, a retracé la chronologie [zh] depuis le 31 décembre 2019, date à laquelle le dispositif d'alerte face à l'épidémie a été activé, et a constaté qu'entre le 5 et le 15 janvier, les autorités sanitaires de Wuhan n'avaient signalé aucune nouvelle contamination avérée. Le nombre de cas confirmés s'est maintenu à 59 victimes. Cette période a coïncidé avec la réunion annuelle du gouvernement connue sous le nom de Lianghui (littéralement, Deux rendez-vous politiques) de la ville de Wuhan et de la province de Hubei : 

武汉市的两会期间无新增病例,死的一例公布时间恰好是武汉两会闭幕之后。湖北省的两会期间,也无新增病例,无死亡病例,只有治愈出院的。省里的两会闭幕当日,新增17例,但消息是18日公布的。

Aucun cas récemment confirmé pendant les Lianghui de Wuhan. Le premier cas de décès a été communiqué après la fin de ces réunions politiques de Wuhan. Aucun cas nouvellement confirmé, aucun décès pendant les sessions à Hubei. La déclaration ne concernait que les patients qui quittaient l'hôpital. Alors que les Lianghui provinciales ont été cloturées le 18 janvier, l'autorité sanitaire a signalé 17 nouveaux cas avérés.

Plus alarmant encore est le constat que les fonctionnaires n'ont pas suspendu les activités de fin d'année. Le 18 janvier, une communauté de résidents de Wuhan a tenu un buffet de fin d'année [zh] pour 40 000 familles (environ 130 000 personnes). Le 21 janvier, les hauts fonctionnaires de la province se sont rendus au Wuhan Honshan Hall pour assister à la représentation culturelle de fin d'année de la province du Hubei [zh].

Sentiment d'abandon 

Le 23 janvier, on comptait 886 cas confirmés et 26 décès dans toute la Chine, lorsque Pékin a soudainement annoncé la mise en quarantaine de Wuhan. Les habitants de la ville ont paniqué, courant chercher de la nourriture, des produits de première nécessité, des médicaments et des masques – et certains ont tenté d'échapper à la quarantaine. Beaucoup ont critiqué cette décision soudaine, comme l'a écrit ce citoyen qui a quitté Wuhan avant le confinement de la ville :

我不知道政府是昏庸无能还是准备放弃这个省,我宁愿是前者。

因政府失职造成的封城及交通封锁,最起码政府得提供免费口罩,社区消毒,大折扣的食物补给,及医护人员上下班免费班车,病患免费就医通道……且应该在封城前就布属好。这些是一个政府承认过失的基本诚意。然而,什么都没有,只有冰冷的公文…

Je ne sais pas si le gouvernement est tout simplement incompétent ou s'il est sur le point d'abandonner toute la province. Je préfère retenir la première hypothèse. Le gouvernement devrait prendre en charge la mise en quarantaine et au moins fournir des masques gratuits, assurer l'approvisionnement en nourriture, assainir les zones résidentielles, le transport des professionnels de santé et acheminer les malades vers les hôpitaux… Ils auraient dû se tenir prêts avant même l'annonce de l'épidémie. Ce sont des dispositions de base d'un gouvernement efficace et responsable. Pourtant, il ne s'est rien passé en dehors d'une déclaration officielle.

En conséquence, tous les hôpitaux ont vu affluer des patients ayant manifesté des symptômes qui pourraient révéler des cas de coronavirus. La grande majorité d'entre eux a été priée de rester confinés chez eux car il n'y a pas suffisamment de personnel médical et de médicaments pour accueillir davantage de patients. 

Sur les médias sociaux, des appels à l'aide pour être admis à l'hôpital de Wuhan ont continué à circuler. Pourtant, de nombreux hôpitaux semblent manquer d'équipements de protection suffisants pour protéger le personnel médical contre la contamination. Les professionnels de santé eux-mêmes étaient en proie au désespoir : une vidéo montrant une infirmière faisant une crise de nerfs dans un hôpital de Wuhan est devenue virale ces derniers jours :

Je partage cette vidéo afin que les gens puissent mieux appréhender ce que ressentait le personnel médical de Wuhan et qu'ils montrent plus de respect pour leur mission. Il y a beaucoup de messages qui circulent sur WeChat que je me refuse à dévoiler. Mais je tiens à préciser que si nous ignorons tous les problèmes provoqués par un gouvernement incompétent, un jour nous finirons tous par en être victimes.

Jennifer Zeng, journaliste indépendante, a republié le récit d'un témoin oculaire de Wuhan :

Un ancien journaliste du Southern Weekend : alors que j'avais fait un reportage sur l'épidémie de SRAS il y a 17 ans et suivi la progression de la grippe aviaire du Sichuan au Guangxi à Hanoi au Vietnam il y a 16 ans, je suis terrifié par ce qui se passe à Wuhan. Le 24 janvier, de nombreux hôpitaux de Wuhan étaient en butte à une grave pénurie de personnel médical et de fournisseurs. Personne ne se chargeait des corps. L'ampleur de l'épidémie, la pénurie de matériel médical et la gestion chaotique de la crise – tout cela, je ne l'aurais jamais imaginé.

Une des principales raisons de la panique est le fait que certains internautes, rétribués par le gouvernement ou s'exprimant de leur propre chef, sillonnent les médias sociaux, accusant les personnes qui réclament de l'aide ou qui expriment leur frustration, de colporter des rumeurs et ainsi de semer le chaos. Certains internautes ont également craint que les autorités ne bloquent l'accès à Internet à Wuhan dans le cadre du confinement, comme le signale cet internaute :

Besoin d'aide ! Si l'accès à Internet est suspendu à Wuhan, comment pouvons-nous communiquer avec le reste du monde ? Donnez-moi quelques conseils. Je vous en supplie !

Le 25 janvier, le premier jour du Nouvel An lunaire, le président chinois Xi Jinping a finalement brisé le silence sur la progression du nouveau coronavirus en reconnaissant que le nouveau virus se propageait très rapidement et que le pays se trouvait dans une situation grave.

Le même jour, Pékin a affecté 450 membres du personnel médical militaire à Wuhan pour contribuer aux opération de secours sanitaire. À partir du 26 janvier, les voitures privées ont été interdites de circuler dans la ville et en l'espace de 10 jours, les autorités ont entrepris la construction de deux nouveaux hôpitaux à Wuhan pour accueillir 2 300 patients supplémentaires.

Cependant, comme le virus s'est répandu dans tout le pays, les villes de second plan moins bien loties, en particulier celles de la province de Hubei, pourraient être exposées à des foyers de contamination analogues, comme le précise cet internaute :

Veuillez accorder une attention particulière aux villes situées à la périphérie de Wuhan. La situation dans les autres régions du Hubei n'est pas encourageante. Aujourd'hui, le monde entier a les yeux rivés sur Wuhan, n'oubliez pas les autres villes, sauvez-les aussi s'il vous plaît…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site