Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les nationalistes chinois contre-attaquent en ligne après la publication d'une parodie du drapeau chinois

Caricature tirée du site d'actualités Stand News se moquant de la République populaire de Chine où les habituelles étoiles jaunes ont été remplacées par l'illustration du virus et, sur la droite, une photo du leader Xi Jinping. Image reproduite avec autorisation.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt]

L'ambassade de Chine au Danemark a exigé que le grand quotidien danois Jyllands-Posten, formule des excuses au sujet d'une caricature qui a remplacé les étoiles du drapeau national de la République populaire de Chine (RPC) par la représentation d'un virus. L'image a été publiée le 27 janvier pour illustrer les premières mesures prises par la République Populaire de Chine pour occulter l'épidémie du coronavirus de Wuhan qui s'est depuis propagée dans le monde entier. Après que le Premier ministre danois a réagi à l'incident en faisant référence à la tradition de liberté d'expression du pays, les nationalistes chinois ont enfourché leur cheval de bataille et parodié le drapeau danois.

Au 31 janvier, plus d'une douzaine de cas de coronavirus de Wuhan ont été diagnostiqués en Europe. En Chine, il y a 9 692 cas confirmés [zh], 15 238 cas suspects et 213 décès. De nombreuses voix critiques ont pointé du doigt le manque de communication de la Chine auprès de ses citoyens [fr] au début de l'épidémie en décembre 2019, qui serait à l'origine de cette crise sanitaire mondiale. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a quant à elle décrété l‘urgence sanitaire mondiale suite à la propagation du nouveau coronavirus dans le pays pendant la période du Nouvel An lunaire, à la mi-janvier.

Pour de nombreuses personnes en Chine, la caricature satirique du drapeau de la République Populaire de Chine (RPC)  est une atteinte à la fierté nationale. Le même jour, l'ambassade de Chine a publié une déclaration exigeant des excuses de la part du journal :

Without any sympathy and empathy, [the cartoon] has crossed the bottom line of civilized society and the ethical boundary of free speech and offends human conscience…We express our strong indignation and demand that Jyllands-Posten and [cartoonist] Niels Bo Bojesen reproach themselves for their mistake and publicly apologize to the Chinese people.

Sans aucune compassion ni bienveillance, la caricature a outrepassé les limites de la bienséance et les principes éthiques de la liberté d'expression, et elle heurte la conscience humaine… Nous manifestons notre vive indignation et exigeons que le Jyllands-Posten et le caricaturiste Niels Bo Bojesen reconnaissent leurs manquements et présentent des excuses publiques au peuple chinois.

Néanmoins, aucunes excuses n'ont été formulées et plusieurs journaux en Europe ont republié la caricature dans le cadre de leur reportage sur le communiqué des autorités chinoises. Au grand dam de la Chine, le Premier ministre danois Mette Frederiksen a évoqué l'incident et défendu la tradition de liberté d'expression du pays :

I have nothing more to say but that we have a very, very strong tradition in Denmark not only for freedom of expression, but also for satire drawings, and we will have that in the future as well… it is a well-known Danish position, and we will not change that.

Je n'ai rien de plus à ajouter si ce n'est que nous jouissons d'une tradition très forte au Danemark, en ce qui concerne non seulement la liberté d'expression mais aussi les dessins satiriques, et nous continuerons dans ce sens à l'avenir… C'est une position danoise bien ancrée et nous ne la modifierons pas.

Entre-temps, les internautes hongkongais ont fait observer que le premier “drapeau viral chinois” est apparu le 23 janvier sur le site d'actualités The Stand News, basé à Hong Kong (cf photo plus haut). Une autre illustration satirique a ensuite été publiée dans le cadre d'un reportage sur les déclarations de l'ambassade de Chine :

Image de The Stand News, reproduite avec autorisation.

En effet, plusieurs caricatures de satire politique exploitant le drapeau national chinois ont été publiées en ligne :

“Le Danemark est petit et la Chine est forte”

Toutefois, pour les nationalistes chinois en ligne, le Danemark est mal placé pour se gausser de la Chine. Voici une théorie qui circule sur le web chinois :

Alors que le peuple chinois est en lutte contre le coronavirus, le journal danois Jyllands-Posten a publié une caricature pour offenser la Chine, exploitant la misère des autres pour susciter l'attention, et recourant à la rhétorique de la “démocratie” et des “droits humains”. C'est une attitude si hypocrite et si mesquine. Commentaires des internautes chinois résidant à l'étranger : pendant la Seconde Guerre mondiale, le Danemark a capitulé devant l'Allemagne en 4 heures. La Chine s'est battue pendant 14 ans [pendant la même période]. Le Danemark est tellement ridicule aujoud'hui.

À côté de ces considérations, un grand nombre de représentations du drapeau national danois sont apparues sur le web. En voici quelques-unes qui rappellent l'histoire des “4 heures avant de capituler” :

Hey ! Écoute ! C'est une super idée ! ! !

D'autres sont plus insultantes, comme celle-ci :

Ce petit pays est terriblement arrogant. Pour prendre au sérieux la liberté d'expression, que chacun des 1,4 milliard de Chinois se contente d'une seule phrase et ce pays va finir par pleurer.

D'autres encore se servent du symbole nazi pour injurier le drapeau danois. Voici quelques unes des nombreuses illustrations qui circulent sur Twitter :

La “liberté d'expression” au Danemark.

Quatre heures.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site