Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des écoles flottantes pour les enfants des régions inondées du Bangladesh

A Shidhulai Swanirvar Sangstha floating school boat. Screenshot from YouTube video by Great Big Story.

Un bateau-école de Shidhulai Swanirvar Sangstha. Capture d'écran d'une vidéo YouTube publiée par Great Big Story.

[Sauf mention contraire, tous les liens de ce billet renvoient vers des pages en anglais, ndlt]

Shikkha Tori, qui signifie mot à mot « le bateau de l'éducation », est un programme innovant développé par l'organisation non-gouvernementale BRAC [fr], qui permet aux enfants vivant dans certaines zones du Bangladesh parmi les plus inondables de suivre leurs cours sur ces bateaux.

Un tiers du Bangladesh, notamment le nord-est du pays, se trouve à seulement un mètre au-dessus du niveau de la mer. Ces zones humides, ou haor en bengali, se transforment en de vastes étendues d'eau pendant la mousson et restent submergées pendant environ sept à huit mois par an. Durant cette saison, les routes inondées empêchent ainsi les élèves des familles pauvres de se rendre dans les écoles traditionnelles.

C'est pourquoi des associations à but non lucratif telles que Shidhulai Swanirvar Sangstha, et plus tard BRAC, ont mis en place des bateaux-écoles pour les enfants, de façon à ce que l'école vienne à eux. Ces bateaux servent en outre de navette qui vient les chercher chez eux.

C'est un souvenir d'enfance qui a fait naître cette idée de bateau-école dans l'esprit de Mohammed Rezwan, fondateur et directeur exécutif de Shidhulai Swanirvar Sangstha. Il a lui-même grandi dans une région inondable et pendant la mousson, il devait utiliser le bateau familial pour se rendre à l'école. Cependant, ses amis d'enfance n'ont pas tous eu la même chance.

I thought, if the children cannot come to school because of floods, then the school should go to them by boat.

Je me suis dit que si les enfants ne pouvaient pas aller à l'école à cause des inondations, alors l'école viendrait à eux en bateau.

Grâce au soutien d'organisations telles que le Global Fund for Children et la Fondation Bill et Melinda Gates, le premier bateau-école a largué ses amarres en 2002.

Le nombre d'élèves inscrits dans des établissements d'enseignement primaire dans le pays s'élève à plus de 9 millions, alors qu'il n'y a qu'environ 110 000 écoles primaires publiques et privées. De plus, environ 20 millions de personnes vivent dans les zones humides du pays, où moins de 1 % de la population termine le lycée.

BRAC, la principale ONG du Bangladesh, a également lancé des bateaux-écoles en 2012 dans le cadre de son projet d'éducation [pdf].

Les écoles flottantes de Shidhulai Swanirvar Sangstha ont reçu plus de 80 000 élèves depuis le lancement du programme, et les bateaux de BRAC, plus de 14 000. Ainsi, ces deux initiatives ont contribué à la hausse de la fréquentation scolaire.

Une école flottante au Bangladesh. Près de 80 000 enfants du niveau primaire ont reçu une instruction ici depuis 2002. Il existe 25 bateaux de ce type, très actifs dans les districts de Pabna, Natore et Sirajganj, et couvrant huit rivières différentes, grâce à Shidhulai Swanirvar Sangstha.

Même si ces cours n'ont pas lieu dans une salle de classe traditionnelle, il a été démontré que les élèves de ces programmes réussissent aussi bien que les autres élèves du pays [pdf].

Parmi les bateaux de BRAC, certains disposent de mini-bibliothèques, d'un coin dédié aux sciences et d'ordinateurs portables avec connexion internet, tandis que Shidhulai Swanirvar Sangstha a équipé certains de ses bateaux de panneaux solaires qui fournissent de l'électricité le soir pour permettre aux élèves qui travaillent dans la journée d'assister aux cours.

Bonne idée : au Bangladesh, où les inondations sont fréquentes, Shidhulai Swanirvar Sangstha gère 54 écoles et cliniques médicales flottantes et collabore avec les communautés locales à la construction de fermes flottantes.

Les professeurs sont recrutés parmi les habitants de la communauté locale et sont formés pour pouvoir discuter avec les élèves de leur développement physique et mental, des effets du changement climatique et des différentes façons de protéger l'environnement.

Les enseignants au #Bangladesh sont confrontés à un problème. Non seulement ils font face aux mêmes défis que les professeurs d'autres pays pauvres (contraintes budgétaires, manuels scolaires dépassés) mais ils doivent en plus se soucier de la mousson. Les inondations sont tellement fréquentes que souvent, les élèves ne peuvent se rendre à l'école.

Pour faire face à cette situation, une association caritative locale a décidé d'amener l'école jusqu'aux élèves en organisant des cours sur des bateaux. Celui-ci est l'une des 23 écoles flottantes actives toute l'année dans cette région du #Bangladesh et gérées par l'association à but non lucratif Shidhulai Swanirvar Sangstha.

Le site internet HundrED.org a d'ailleurs partagé un article à ce sujet :

« Les bateaux-écoles de BRAC sont le produit d'un concept simple mais efficace : si les enfants qui vivent dans des régions isolées ne peuvent aller à l'école, alors l'école viendra à eux. » @BRACworld transforme la vie des enfants qui habitent des zones inondables. Découvrez comment ça se passe !

Ce concept de bateaux-écoles a depuis inspiré d'autres pays en développement, notamment les Philippines, le Cambodge, le Nigéria, le Viêtnam [fr] et la Zambie [fr].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site