Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une vie en marge : le peuple lyuli en Ouzbékistan

Portrait montrant le visage d'un jeune homme en gros plan

Un jeune homme issu de la communauté lyuli dans la province de Sourkhan-Daria [fr] dans le sud de l'Ouzbékistan. Photo d'Aleksandr Barkovsky, reproduite avec autorisation.

Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.

L'Ouzbékistan a été le berceau de plusieurs empires et nations en Asie centrale, une caractéristique reflétée dans sa population multiethnique [fr] de plus de 30 millions d'habitants. Si l'ethnie ouzbek en constitue la majorité, il existe près de 50 autres ethnies, dont les Luli ou Lyuli. Cette petite communauté vit en marge de la société ouzbèke et fait souvent face à des discriminations en raison de son origine ethnique.

On pense que les Lyuli entretiennent une lointaine parenté avec les peuples rom et sinti d'Europe et du Moyen-Orient, mais leur origine demeure confuse. De ce fait, il est aujourd'hui difficile de trouver un consensus sur la meilleure manière de décrire cette communauté en français. En russe, le terme le plus fréquemment utilisé est « цыгане » – souvent traduit par « gitan » -, qui est considéré par la plupart des gens comme un terme dépréciatif et a dans une large mesure été remplacé par celui de « Rom ».

D'après une étude [pdf] menée en 2019 par la chercheuse ouzbèke Kamilla Zakirova :

Central Asia's [Roma] are usually called Lyuli. The Lyuli describe themselves using the term Mughat, an Iranian term meaning “fire cult followers,” which is applied to Zoroastrians. They have inhabited the territories of Central Asia for centuries, ever since their ancestors migrated from the Punjab in present day Pakistan. There are no accurate contemporary data on the Lyuli population because it does not participate in the government conducted census and many members of the Lyuli population never obtain legal documents.

[Les Roms] d'Asie centrale sont souvent appelés Lyuli. Les Lyuli se désignent quant à eux sous le nom de Mughat, un terme iranien qui signifie « disciples du culte du feu », et s'applique aux Zoroastriens. Ils peuplent les territoires d'Asie centrale depuis des siècles, lorsque leurs ancêtres ont émigré du Pendjab dans l'actuel Pakistan. Il n'existe aucunes données fiables sur la population lyuli actuelle car elle ne figure pas dans le recensement organisé par le gouvernement et nombre de personnes appartenant à cette communauté n'obtiennent jamais de documents officiels.

Filip Noubel s'est entretenu avec Aleksandr Barkovsky, un militant et artiste conceptuel qui appartient lui-même à la minorité russe. Il s'est intéressé aux Lyuli à titre personnel et a réalisé une série de courtes vidéos sur la communauté. L'entretien a été modifié par souci de concision.

Filip Noubel : Quel est le principal problème social rencontré actuellement par les Lyuli ?

Александр Барковский: Проблема образования – негласное решение с обеих сторон о недостижимости образования и отчасти его ненадобности. причины этого происходят по вине обеих сторон, как цыган, в основном из-за их патриархальных принципов, когда глава клана авторитарный мужчина имеет единственное право голоса и принимает решение не в пользу получения образования, а чаще всего в пользу сложившихся правил диаспоры. В обществе доминирует идея того, что цыгане «люли» сами сделали свой выбор не в пользу получения образования и давать им возможность учится и получать различные профессии не имеет никакого смысла. Хотя при опросе самих цыган «люли» можно узнать, что среди них есть большой процент желающих изменить свою судьбу. Взрослые цыгане говорят, что хотят для своих детей «лучшей судьбы» и понимают, что этого можно добиться при получении хорошего образования.

Aleksandr Barkovsky: La question de l'éducation. Il existe un consensus implicite selon lequel l'éducation serait inaccessible et pas vraiment nécessaire. L'explication est à rechercher des deux côtés. Le peuple rom perpétue des traditions patriarchales. Ainsi, le chef de clan, un homme qui concentre toute l'autorité, prend des décisions non pas en faveur de l'éducation mais suivant les règles établies dans la communauté. La plupart des gens pensent que, étant donné que les Lyuli choisissent de ne pas poursuivre leur éducation, il est inutile de leur donner l'opportunité d'étudier et d'acquérir différentes compétences. Pourtant, lorsque l'on interroge la communauté, il apparaît que beaucoup de Lyuli veulent changer de vie. Les adultes disent qu'ils souhaitent « une meilleure vie pour leurs enfants », et comprennent que le seul moyen d'y parvenir est d'avoir accès à une éducation de qualité.

FN : Cela signifie-t-il que les enfants lyuli n'ont réellement aucun accès à l'éducation ?

AБ: Большая проблема цыган «люли» это дети лишенные детства. В семьях цыган «люли» детей рожают много, но выживают из них только половина иногда меньше. Уже с первых недель жизни мать берет ребёнка с собой в город где она ходит целый день летом под палящем солнцем зимой под снегом, в одной руке держа ребёнка, а другой прося милостыню. Таким образом ребёнок можно сказать что с молоком матери уже впитывает в себя картину мира попрошайничества, лишений, унижений и бесконечных побоев.

AB: L'un des problèmes majeurs est le fait que l'on prive les enfants lyuli de leur enfance. Les familles lyuli ont de nombreux enfants, mais seule la moitié survit, voire même moins. Dès les premières semaines d'existence, la mère emmène son enfant dans le centre-ville où elle marche sous un soleil de plomb ou dans la neige en tenant son enfant d'une main et en mendiant de l'autre. Par conséquent, les enfants absorbent avec le lait de leur mère l'image d'un monde où règnent la mendicité, les privations, l'humiliation et les coups permanents.

un élève concentré prend des notes dans un cahier au milieu de ses camarades de classe

Un jeune lyuli dans une école prévue pour la communauté dans la province de Sourkhan-Daria dans le sud. Photo d'Aleksandr Barkovsky, reproduite avec autorisation.

FN : Quel est le statut des femmes dans la communauté ?

AБ: Статус женщины в цыганском обществе не равноправен статусу мужчины. Женщина не имеет те же права, но имеет много различных обязанностей. Цыганские женщины вынуждены рожать много детей хотят они этого или нет, и только так они могут получить уважение в цыганском обществе, когда первый вопрос, который задают цыганской женщине это сколько у неё детей? Единственный шанс на образование, которое она может получить это получить его до замужества, что бывает крайне редко. Так же существует огромная проблема ранних браков среди цыган, когда девушку уже в 14-15 лет отдают замуж.

AB: Les femmes n'ont pas un statut égal à celui des hommes dans la société rom. Elles n'ont pas les mêmes droits, mais de multiples obligations. Elles doivent donner naissance à un grand nombre d'enfants qu'elles le veuillent ou non – une famille nombreuse est une manière de se faire respecter dans la communauté, et la première question que l'on pose [aux femmes] concerne le nombre d'enfants qu'elles ont. La seule opportunité d'éducation pour les femmes se produit avant le mariage, et c'est extrêmement rare, notamment car les mariages ont lieu à un très jeune âge. Les filles sont mariées à l'âge de 14 ou 15 ans.

Sous une tente de fortune, un couple au regard triste partage du thé et du pain

Un couple lyuli dans un campement en dehors de Tachkent, la capitale ouzbèke. Photo d'Aleksandr Barkovsky, reproduite avec autorisation.

FN : La religion occupe-t-elle une place importante dans la vie des Lyuli ?

AБ: Цыгане «Люли» позиционируют себя как мусульмане сунниты, читают намаз и отмечают все религиозные исламские предписания и праздники. В светском же исламском обществе узбеки так и таджики дискриминируют их как единоверцев, считая их «не истинными» мусульманами из-за их языческого прошлого, кастовой системы, огнепоклонничества. Понимание ислама цыганами «Люли» носит скорее контекст народного ислама с элементами языческого прошлого которые и по сей день имеют место в жизни цыган.

AB: Les Roms lyuli se déclarent musulmans sunnites. Ils pratiquent la prière ainsi que toutes les autres obligations et fêtes religieuses. Au sein d'une société musulmane laïque, ils sont confrontés à des discriminations de la part des Ouzbeks et des Tadjiks qui ne les considèrent pas comme étant de « vrais » musulmans en raison des éléments païens incorporés à leurs pratiques religieuses, de leur système de caste et de leur culte du feu. L'approche de l'islam adoptée par la communauté lyuli relève davantage d'un spiritualisme islamique populaire associé à des éléments du passé pré-islamique, qui demeure à ce jour dans la vie des Roms lyuli.

Assis par terre, enfants et adultes partagent un repas de pain, fromage et pâtisseries.

Une famille lyuli dans un cimetière russe orthodoxe à Tachkent lors des fêtes de Pâques, où manger à côté des pierres tombales fait partie de la tradition. Photo d'Alexander Barkovsky, reproduite avec autorisation.

FN : Comment le gouvernement aborde-t-il les problèmes sociaux auxquels est confrontée la communauté ?

AБ: Проблема социальной незащищенности цыган «Люли», от части в том, что о них никому ничего не известно в обществе. Где они проживают и в каком количестве? От суда следует что власти могут вести любую политику по отношению к цыганской диаспоре и это всегда будет оставаться незамеченным. Поэтому для соблюдения их конституционных прав, необходима прозрачность ситуации и максимально возможная её информативность.

AB: La principale raison pour laquelle les Roms lyuli manquent de protection sociale tient simplement au fait que personne ne sait rien à leur sujet. Où vivent-ils ? Combien sont-ils ? Quelle que soit la politique mise en place par le gouvernement, elle n'aura aucun effet. C'est pourquoi, en vue de protéger leurs droits constitutionnels, il est nécessaire d'encourager la transparence ainsi que le recueil d'informations.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site