- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Le mouvement féministe vénézuélien prend de l'ampleur face à l'incurie des politiques

Catégories: Amérique latine, Venezuela, Femmes et genre, Manifestations, Médias citoyens, Politique, The Bridge
Une foule de femmes vêtues de noir défilent pour les droits des femmes.

Manifestation du 8 mars 2020, à Caracas, Vénézuéla. Photo d'Uquira, reproduite avec autorisation.

Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en espagnol, ndlt.

Au Vénézuéla, les féministes ont l'air d'avoir obtenu ce qu'aucun autre mouvement n'a réussi à accomplir en vingt ans dans ce pays : surmonter les divisions politiques et dénoncer la situation de plus en plus précaire des Vénézuéliennes.

En 2019, 391 femmes ont été tuées au Vénézuéla selon une banque de données collectée [1] par une équipe locale de journalistes à partir d'articles électroniques, en l'absence de rapports officiels.

Mais la situation des femmes au Vénézuéla est aussi une crise dans la crise. Ainsi, les experts humanitaires classent [2] [pdf] le Vénézuéla dans la catégorie d’urgence humanitaire complexe [3] [pdf], c'est-à-dire due à une crise politique ou politicisée d'origine humaine, qui entraine de graves pénuries en médicaments (dont les contraceptifs), en produits de consommation (dont des articles d'hygiène personnelle) et en nourriture. À cela s'ajoutent 16 506 décès [4] par mort violente en 2019, qui en font l'un des pays les plus violents dans la région et au monde. Un tel tableau explique que 4,9 millions [5] [pdf] de Vénézuélien·ne·s aient quitté le pays en tant que migrant·e·s ou demandeurs d'asile.

On assiste depuis 2014 à de nombreuses manifestations pour renverser le président Nicolás Maduro, qui est accusé de corruption et d'incompétence. En 2019, Juan Guaidó s'est auto-proclamé président par intérim, ce qui n'a fait que polariser davantage le pays.

C'est dans ce contexte mouvementé que tout mouvement social est facilement catégorisé comme « pro-Maduro » ou « pro-opposition ».

On aurait cru, en décembre 2019, que les féministes se divisaient aussi de cette manière, puisque des groupes de femmes avaient organisé [6] des manifestations séparées pour chanter et danser l'hymne Un violeur sur ton chemin du collectif féministe chilien La Tesis, à l'instar d'autres groupes féministes à ce moment-là [7] [en] de par le monde. Les manifestantes pro- et anti-gouvernement refusaient de chanter ensemble.

Une manifestante dénudée jusqu'à la taille se fait inscrire un slogan sur le ventre.

Manifestation du 8 mars 2020, à Caracas, Vénézuéla. Photo d'Uquira, reproduite avec autorisation.

Toutefois, le 8 mars 2020, lors de la Journée internationale des femmes, il est devenu clair que les féministes du pays devaient dépasser leurs clivages politiques. Le collectif féministe Uquira a ainsi organisé [8] une marche à laquelle se sont jointes des organisations d'obédiences politiques variées, telles que Comadres Purpuras [9]Le Réseau de femmes d’Amnesty International [10]Fundamujer [11]Hermanas Naturales [12]WeLab Venezuela [13]Aliadas en Cadena [14]Feminismo Inc [15]En Tinta Violeta [16]Faldas-R [17]Araña Feminista [18] et bien d'autres.

Si le nombre de participantes était faible, guère plus d'une centaine [8], il augmente néanmoins chaque année.

Les militantes du collectif Comadres Púrpuras (marraines pourpres) ont affirmé dans un tweet [19] leur refus d'être « utilisées » que ce soit par le gouvernement ou l'opposition.

Notre proposition et notre projet ont pour but de rebâtir le tissu social, qui a été utilisé selon une logique de propagande venant aussi bien des autorités officielles que de l'opposition traditionnelle.

[Affiche] 9M ensemble, meeting de femmes : qu'est-ce qu'être travailleuse aujourd'hui au Vénézuéla ?

Programmes politiques peu favorables

Les féministes vénézuéliennes dénoncent l'absence d'actions préventives contre les féminicides et de poursuites des agresseurs, en dépit d'une réforme de 2014 [26] reconnaissant le féminicide comme un crime. Parmi les 554 meurtres de femmes reconnus comme tels au cours des deux dernières années, on ne compte que 119 condamnations [27]. Sur le papier, le Vénézuéla a une législation adéquate pour lutter contre les violences sexistes, mais on ignore les budgets qui y sont consacrés et il n'y a pas assez de policiers.

En sus des violences sexistes, la vulnérabilité économique des femmes semble avoir aussi uni les féministes. Le salaire minimum mensuel est inférieur à 4 dollars US [28]. Impossible alors pour les femmes de se procurer des articles de première nécessité, des soins médicaux, des contraceptifs. Cela les oblige aussi à rester dans des relations violentes ou à émigrer dans des conditions précaires qui les exposent l'exploitation sexuelle et aux abus.

Les féministes veulent reprendre les espaces occupés par les partis politiques dominants, puisque que le gouvernement et l'opposition semblent l'un et l'autre échouer à résoudre les problèmes liés aux violences sexistes.

Le Plan national [29] de Guaidó, le programme politique qui guidera le pays si jamais il parvient à devenir le président officiel, ne fait pas la moindre mention de la lutte contre les violences envers les femmes, ni ne propose de mesures pour résoudre les problèmes spécifiques auxquels les femmes sont confrontées sous le régime actuel.

Le gouvernement Maduro se présente comme féministe alors qu'il se caractérise plutôt par des institutions impuissantes et une indifférence générale. La ministre pour les Femmes et l’Égalité de genre, Asia Villegas, a abordé [30] la question des violences sexistes en Colombie et au Mexique au cours d'un événement piloté par le gouvernement le 8 mars, sans même mentionner à la situation de son propre pays.

Des manifestantes de la Journée des femmes brandissent des pancartes.

Sur les pancartes, on peut lire les slogans suivants : « Les violences faites aux femmes sont des délits », « Courageuse », « Pas une de moins ». Manifestation du 8 mars 2020, à Caracas, Vénézuéla. Photo d'Uquira, reproduite avec autorisation.

En 2014, le Comité des Nations unies pour l'élimination de la discrimination contre les femmes a fait des recommandations [31] [fr] au gouvernement Maduro, l'incitant à mettre en place des changements destinés à décriminaliser l'avortement sous certaines conditions, à réduire le taux de grossesses d'adolescentes (95 sur 1 000 femmes [32] de 15 à 19 ans tombent enceintes au Vénézuéla, le taux le plus élevé après le Honduras), à réduire la mortalité maternelle et à prendre des mesures concrètes pour lutter contre les violences sexistes.

En novembre 2018, le Tribunal inter-américain des droits humains a conclu [33] [en ; pdf] que le Vénézuéla était responsable d'avoir « rendu possibles des actes de torture et d'esclavage sexuel » sur l'avocate et activiste renommée des droits des femmes Linda Loaiza [34] [en]. Un an plus tard, le 18 novembre 2019, Loaiza se plaignait [35] que le Vénézuéla n'avait toujours pas mis en place les mesures de compensation ordonnées par le Tribunal.

Au milieu de la foule, deux manifestantes cagoulées tiennent une grande banderole

Sur la banderole, on peut lire : « Nous nous déclarons en rébellion ». Manifestation du 8 mars 2020, à Caracas, Vénézuéla. Photo d'Uquira, reproduite avec autorisation.

Le 8 mars, c'est aussi le droit à l'avortement que réclamaient les femmes. L'interruption volontaire de grossesse reste une activité clandestine en raison des restrictions légales dans le pays, l'une des juridictions les plus conservatrices [36] de la région. Les avortements non médicalisés seraient responsables de près de 20 % des décès maternels selon un rapport de 2019 [37] [fr ; pdf] de la Haute Commissaire des Nations unies, Michelle Bachelet. De plus, un rapport de 2016, la dernière année où les rapports ont été rendus publics, constatait une hausse de 66 % du nombre de décès de femmes [38] [pdf] en raison de complications en cours de grossesse par rapport aux années précédentes. Différents groupes militants ont déposé une proposition de loi [39] pour décriminaliser l'avortement en juin 2018, sans aucun effet à ce jour.

Quelques jours avant la Journée international des femmes, le Président Maduro a déclaré [40] que « les femmes devraient avoir six enfants et augmenter la population du pays », une affirmation tout à fait irresponsable au vu des chiffres ci-dessus.

Mis à part Henrique Capriles, un ex-gouverneur candidat aux élections présidentielles en 2012 qui a soutenu [41] l'avortement thérapeutique, aucun leader de l'opposition n'a jamais formulé la moindre déclaration à ce sujet.

Un groupe de manifestantes à l'arrêt brandit des pancartes en forme de pierre tombale.

« L'Etat ne s'occupe pas de moi! Ce sont mes amies qui le font ». Manifestation du 8 mars 2020, à Caracas, Vénézuéla. Photo d'Uquira, reproduite avec autorisation.

Le 8 mars, alors que ni le gouvernement ni l'opposition ne semblaient faire quoique ce soit pour que cessent les violences contre les femmes, les féministes vénézuéliennes de différentes couleurs politiques se sont réunies pour dire :

El Estado no me cuida! Me cuidan mis amigas!

L’État ne s'occupe pas de moi! Ce sont mes amies qui le font !

Consultez le dossier spécial de Global Voices sur la lutte contre les violences sexistes en Amérique Latine [42] [fr].