Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Macédoine du Nord : le gouvernement s'engage à retirer un manuel scolaire à caractère sexiste

Le bureau d'un étudiant macédonien : manuels, règle, et figurine de jeu.

Des manuels scolaires macédoniens sur le bureau d'un étudiant. Photo par Meta.mk, sous licence CC-BY.

L’article d'origine a été publié en anglais le 26 décembre 2019.

Cet article est initialement paru sur le site de l'agence de presse Meta.mk [en], un projet porté par la Fondation Metamorphosis. Une version adaptée est publiée ci-dessous dans le cadre d'un accord de partage de contenus.

Le 16 décembre dernier, le ministère de l'Éducation et des Sciences de la République de Macédoine du Nord a annoncé la révision du contenu d'un manuel de sociologie des classes de lycée après avoir reçu une pluie de critiques sur Internet [mk].

Utilisé depuis 2002 dans les établissements scolaires de Macédoine du Nord [mk], ce manuel contient des extraits expliquant que :

Причините за различното учество на жените во криминалитетот се објаснуваат со општествената положба на жената. Ако жената е затворена во домот и нема никакви јавни улоги, таа нема можност да прави кривични дела. Жената на тој начин е заштитена од многу комуникации, одговорности, ангажмани, натпревари, конфликти и е упатена да се грижи за семејството, а со тоа помалку е изложена на влијанието на објективните криминогени фактори. Во услови на поголема општествена активност можно е да дојде до поголема криминална активност особено кај некои видови кривични дела.

La différence de représentation des femmes dans les activités criminelles s'explique par leur statut social. Si une femme reste chez elle sans participer aux activités publiques, elle n'a pas la possibilité de commettre de délits. En effet, elle est protégée d'un grand nombre d'échanges, de responsabilités, de revendications et de conflits, et se consacre au bien-être de sa famille. La femme est ainsi moins exposée aux facteurs de risque criminels. Le nombre total d'actes, notamment de certains délits, pourrait augmenter, si l'activité des femmes se développe dans la société.

Une page du manuel de sociologie controversé en Macédoine du Nord.

Extrait du manuel de sociologie controversé. Image partagée sur les réseaux sociaux.

Sur la même page, le texte se poursuit :

Жените во помал обем ги извршуваат и следниве кривични дела: прељуба, недозволен абортус, уцени, кражби, кривоклетство.

Dans des proportions plus faibles, les femmes commettent les crimes suivants : adultère, avortement illégal, chantage, vol et parjure.

En réalité, l'adultère n'est pas considéré comme un délit en Macédoine du Nord.

Le ministère de l'Éducation et des Sciences (MES) explique que le manuel sera révisé et réimprimé avant la rentrée scolaire de 2020. Cet ouvrage avait initialement été rédigé par Nelko Stojanoski, Milena Gjuroska, et Zoran Matevski, tou·te·s les trois professeur·e·s d'université.

Des représentants du MES spécifient que, depuis 2017, des manuels scolaires ont déjà été révisés et actualisés en collaboration avec des enseignant·e·s et des étudiant·e·s. Toutefois, le livre dont il est question aujourd'hui n'avait pas fait l'objet de remarques. Une déclaration officielle rapporte que :

Во таа насока, уште во 2017 година Министерството, односно Педагошката служба спроведе анкета помеѓу наставниците во основните и средните училишта со цел да достават сугестии, да укажат на забелешки од сите можни аспекти во врска со содржината на учебниците кои се одобрени и се применуваат во наставата, заради пристапување кон нивна корекција и ажурирање. За учебниците за кои добивме забелешки беше спроведен процес на корекција и повторно печатење во 2018 година, но меѓу нив не беше и учебникот кој денес е предмет на повеќе медиумски текстови, односно за истиот не беа доставени забелешки.

Sur ce point, le service pédagogique, qui dépend du ministère, a mené une enquête auprès des enseignant·e·s du primaire et du secondaire en 2017.  Elles et ils ont été invité·e·s à transmettre des suggestions et des critiques sur tous les aspects des ouvrages approuvés et utilisés dans l'enseignement afin de pouvoir les réviser ou les actualiser. La correction et la réimpression des manuels a démarré en 2018. Néanmoins, le manuel qui déclenche aujourd'hui une controverse dans les médias n'avait pas été seléctionné lors de ce processus de révision, puisqu'aucune remarque n'avait été formulée au moment des consultations antérieures.

Le mémo ajoute que le MES avait demandé au Bureau pour le développement et l'éducation [mk] (BDE), l'organe d'État en charge de l'élaboration des programmes, d'examiner le contenu de l'ensemble des ouvrages. L'évaluation du BDE va servir de base à la future réforme des programmes scolaires.

Irena Cvetkovic, directrice générale de Coalition Margins, consulte un document.

Irena Cvetkovic, de Coalition Margins. Photo de Andrej Lembanov, reproduite avec autorisation

Irena Cvetkovik, directrice générale de Coalition Margins [en], une organisation de défense des droits humains, a déclaré à l'agence de presse Meta.mk que des stéréotypes et des attitudes discriminatoires se cachaient derrière l'utilisation du discours de « vérité scientifique » au sein du système éducatif macédonien.

Фактот дека жените по статистика извршуваат помал број на кривични дела споредено со мажите не може да се објаснува, а уште помалку да се одобрува, со одржување на родовата нееднаквост и притискање жените да останат во приватната сфера на домот и семејството, оставајќи ја јавната сфера на мажите. Точно е дека жените се помалку подложни на криминално онесување, но тоа треба да биде претставено како пример, како добар пример и токму заради тоа да се инсистира жените што повеќе да ја окупираат јавната сфера носејќи поинакви вредности како чесност, посветеност.

Les données statistiques montrent que les femmes sont responsables de moins de délits que les hommes. Cependant, ce constat ne doit pas servir à expliquer, ou encore pire à justifier, l'inégalité des genres. Il ne doit pas non plus constituer un argument pour contraindre les femmes à rester au foyer ou auprès de leur famille en laissant la sphère publique seulement aux hommes. Il est vrai que les femmes seraient moins enclines aux comportements délictueux. Toutefois, il conviendrait de présenter ce constat comme un exemple positif appuyant l'idée d'un investissement plus important des femmes dans la sphère publique où elles amèneraient avec elles des valeurs comme l'honnêteté et le dévouement.

Irena Cvetkovik, docteure en études de genre, a lancé un appel aux autorités et aux membres du corps enseignant pour effectuer une révision complète de l'ensemble des ouvrages et du matériel pédagogique. Ce travail serait une première étape vers une réforme globale du système éducatif macédonien. Elle a également souligné que Coalition Margins n'avait eu de cesse de réclamer cette révision depuis 2011.

En 2012, l'université des Saints Cyrille-et-Méthode, à Skopje, a refusé sa candidature pour un poste d'attachée d'enseignement à la faculté de philosophie. Auparavant, des professeur·e·s de pédagogie dans cette même université l'avaient attaquée en justice pour diffamation. Irena Cvetkovik avait rédigé un éditorial de presse où elle dénonçait les contenus homophobes d'un de leurs manuels. Le tribunal s'était alors prononcé en sa faveur. De nombreuses personnes ont suspecté les professeur·e·s concerné·e·s d'avoir fait pression auprès de l'université pour que le poste lui soit refusé [en].

Dijana Stojanovic Djordjevic, gestionnaire de programme pour la fondation Kvinna till Kvinna.

Dijana Stojanovic Djordjevic. Photo de la fondation The Kvinna till Kvinna, reproduite avec autorisation.

Dijana Stojanovik Gjorgjevik, docteure en sciences politiques et spécialisée sur le genre, est gestionnaire de programme pour la fondation The Kvinna till Kvinna, une organisation pour les droits des femmes. Elle a déclaré à l'agence de presse Meta.mk que les ouvrages d'enseignement primaire et secondaire contenaient une quantité effrayante de contenus discriminatoires, stéréotypés et inappropriés.

Elle ajoute qu'on y trouve des histoires populaires (comme La femme paresseuse [mk], par exemple), des chants et des proverbes où les valeurs patriarcales sont valorisées sans tenir compte du contexte des sociétés modernes.

Elle conclut que :

Само детално прегледување на сите содржини со родови очила и низ родова призма може да ги елиминира оние информации кои што допринесуваат за одржување на родовата нееднаквост.

Seule une analyse détaillée de tous les manuels dans une perspective de genre permettra d'éliminer les propos encourageant l'inégalité femmes-hommes.

Le parti pris idéologique et la piètre qualité du matériel scolaire [en] dans les écoles nord-macédoniennes faisaient partie des principaux moteurs du mouvement de protestation contre le gouvernement conservateur au pouvoir entre 2006 et 2017.

Améliorer la qualité des manuels scolaires et utiliser un langage non sexiste est d'ailleurs une promesse électorale majeure [mk] du gouvernement de centre-gauche élu en 2016.

Or, à l'heure actuelle, ces engagements n'ont été que partiellement tenus, et l'atonie palpable des autorités contribue au récent scandale sur les médias sociaux autour du livre de sociologie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site